Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Malgré la crise avec Washington, Israël persiste

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2010

Confrontée à la pire crise diplomatique avec son allié historique, Israël campe sur ses positions. Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a affirmé que l'État hébreu "continuerait à construire" des logements à Jérusalem-Est.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, confronté à la pire crise de confiance avec Washington depuis des décennies, a répondu lundi aux critiques en affirmant qu'Israël "continuerait à construire" dans Jérusalem-est annexée.

"La construction continuera à Jérusalem, comme cela a été le cas pendant ces 42 dernières années", y compris dans le secteur à majorité arabe annexé en 1967, a-t-il déclaré devant le groupe parlementaire de son parti, le Likoud (droite).

Cette annonce a provoqué une réponse quasi-immédiate des Palestiniens, qui ont prévenu qu'aucune négociation n'aurait lieu sans gel de la colonisation. "Cette politique ne crée pas l'atmosphère appropriée pour la reprise du processus de paix", a déclaré à l'AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien.

Le département d'Etat américain n'a pas souhaité réagir aux propos de M. Netanyahu, disant attendre une réponse "formelle" d'Israël.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton "a demandé une réponse formelle au gouvernement israélien, et nous attendons cette réponse", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Philip Crowley.

L'annonce par Israël d'un vaste projet de colonisation à Jérusalem-est, en pleine visite la semaine dernière du vice-président américain Joe Biden, a déclenché une tourmente diplomatique entre les deux alliés.

Plusieurs responsables américains ont critiqué en des termes très durs le projet et le moment choisi pour l'annoncer.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, en visite au Caire, a pour sa part estimé que la décision israélienne mettait "en danger" la tenue de pourparlers israélo-palestiniens.

Pour l'ambassadeur d'Israël à Washington, Michael Oren, cité par les médias, il s'agit de la crise "la plus grave depuis 35 ans" entre les deux alliés, quand les Etats-Unis avaient contraint Israël à un retrait partiel du Sinaï égyptien, alors occupé par l'Etat hébreu.

Le porte-parole du Département d'Etat a toutefois tenu à souligner lundi qu'Israël était "un allié stratégique des Etats-Unis et le restera".

"Notre engagement envers la sécurité d'Israël reste inflexible", a-t-il souligné.

M. Netanyahu s'abstient de critiquer ouvertement le président américain Barack Obama et a donné la consigne à ses ministres d'éviter de s'exprimer sur l'affaire.

Cela n'a pas empêché un ministre de son parti, interviewé sous couvert d'anonymat par le quotidien Maariv, d'accuser M. Obama de "chercher à faire tomber le gouvernement Netanyahu" et d'exploiter la crise pour obtenir des concessions d'Israël dans le processus de paix.

"Il est de l'intérêt de nos deux pays de régler au plus vite ce différend et je suis convaincu que nous y parviendrons, comme nous y sommes toujours parvenus dans le passé", a déclaré à l'AFP l'ex-ambassadeur d'Israël à Washington, Zalam Shaval, membre du Likoud.

Il a mis en garde contre le risque que des "critiques américaines trop sévères envers Israël, censées permettre une relance du processus de paix, aient l'effet contraire en poussant les Palestiniens à encore plus d'intransigeance".

Pour le politologue Eytan Gilboa, la crise de confiance "est dans les deux sens, puisque Israël doute de la détermination du président Obama à stopper le programme nucléaire iranien".

M. Netanyahu peut jouer de la "popularité décroissante d'Obama aux Etats-Unis, vu ses échecs sur le plan intérieur, notamment au sein de l'électorat juif qui a massivement voté pour lui", estime cet universitaire.

Sur le terrain, la situation reste tendue en Cisjordanie occupée, où 10 étudiants palestiniens ont été blessés lundi, dont deux par balles réelles, lors d'affrontements avec des soldats israéliens.

Première publication : 16/03/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Mahmoud Abbas refuse de reprendre les négociations de paix avec Israël

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    "Le projet des colonies israéliennes sape les efforts de paix", selon Joe Biden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)