Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

La guerre du yuan s'envenime entre la Chine et les États-Unis

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/06/2010

Les attaques contre la politique monétaire chinoise se multiplient mais Pékin maintient sa position... et le yuan à niveau faible. Dans cette guerre commerciale, les États-Unis accusent la Chine de fausser le jeu.

"Le yuan n’est pas une potion magique destinée à résoudre tous les problèmes économiques mondiaux." Cette sortie d’un responsable du ministère chinois du Commerce témoigne de l’agacement grandissant de Pékin face aux critiques de plus en plus pressantes de nombreux pays, au premier desquels les Etats-Unis, irritées par le taux de change désespérément faible de la monnaie chinoise. Le Fonds monétaire international (FMI) a même officiellement estimé, mercredi, que le yuan était "très sous-évalué".

Depuis le début de l’année, la Chine fait face à une fronde de la part de ses principaux partenaires commerciaux qui lui demandent de mettre fin à sa décision, prise en juillet 2008, de maintenir sa monnaie stable contre le dollar. Si, en 2009, les grandes puissances se voulaient solidaires face au choc économique et financier, 2010 s’annonce comme l’année du bras de fer.

Manipulation

Tout a commencé en janvier lorsque, devant la commission des finances du Congrès américain, le secrétaire du Trésor, Tim Geithner, a assuré que Barack Obama soupçonnait la Chine de "manipuler sa devise". De fait, le président américain reproche à Pékin de fausser le commerce international : un yuan faible favorise les exportations chinoises et handicape celles de leur principal partenaire économique, les Etats-Unis.

Des accusations que le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, s'est empressé de balayer avant de qualifier les demandes américaines de "protectionnisme commercial".

Fin de non-recevoir

Depuis lors, aucune rencontre entre les autorités chinoises et un autre pays ne se fait sans un échange d’amabilités sur la question. Lors d’une visite en Chine, en février, une délégation européenne, qui réclamait une réévaluation du yuan, s’est vu signifier une fin de non-recevoir. Pour sa première visite dans l’ex-empire du Milieu en mars, Barack Obama n’a pas eu plus de succès.

Les principales économies occidentales estiment que cette politique du yuan faible ralentit leur sortie de crise. Cette stratégie les irrite d’autant plus que la Chine a annoncé un taux de croissance de 8,7 % pour 2009. De quoi faire baver d’envie n’importe quel gouvernement européen ou américain.

La prochaine étape de cette guerre commerciale pourrait bien être à la mi-avril, si le rapport annuel du Trésor américain décide effectivement d’inscrire le yuan sur la liste des monnaies manipulées.

Première publication : 17/03/2010

COMMENTAIRE(S)