Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Merkel juge "prématurée" l'aide européenne proposée à la Grèce

©

Vidéo par Clément MASSE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2010

Devant le Bundestag, Angela Merkel a réitéré son refus d'apporter un soutien financier à Athènes. Selon la chancelière allemande, l'endettement abyssal de la Grèce est dû à "la violation des années durant du Pacte de stabilité".

AFP - La chancelière allemande Angela Merkel a répété avec force mercredi l'opposition de son pays à un soutien à la Grèce, estimant que faire un geste envers Athènes maintenant n'était "pas la bonne réponse" mais qu'il fallait "attaquer le problème à la racine".

"Une manifestation de solidarité rapide ne peut pas être la bonne réponse", selon la chancelière conservatrice, qui s'exprimait devant les députés allemands. Il faut au contraire "attaquer le problème à la racine", à savoir que la Grèce remette elle-même de l'ordre dans ses finances publiques, a-t-elle ajouté.

Il ne faut pas "apporter une aide prématurée, mais mettre de l'ordre dans tout cela, autre chose serait fatal", selon Mme Merkel.

L'Allemagne est extrêmement réticente à apporter un soutien financier à Athènes. Les ministres des Finances de la zone euro ont pourtant décidé lundi soir des grandes lignes d'un plan d'aide éventuel à la Grèce, au cas où celle-ci en aurait besoin. Mais Berlin répète à l'envi que la Grèce n'a pas demandé d'aide et que les mesures d'aide envisagées, qui ne sont en aucun cas "une décision politique", ne devraient pas avoir à être mises en oeuvre.

La chancelière a renvoyé la responsabilité des problèmes de la Grèce au pays même. Ce n'est pas la spéculation sur les marchés financières qui a mis Athènes en mauvaise posture, mais "la violation des années durant du Pacte de stabilité", a-t-elle rappelé, précisant que la spéculation n'avait fait que "renforcer" cet effet.

La Grèce croule sous la dette et un déficit budgétaire énorme. L'annonce de ses chiffres a initié une crise de confiance, et le pays ne peut se refinancer sur les marchés qu'à un coût élévé, ce qui exacerbe ses problèmes. En réaction, le gouvernement a initié une série de réformes et de mesures d'économies drastiques, que Mme Merkel a saluées une fois de plus mercredi.

La chancelière s'est également prononcée en faveur de la possibilité d'exclure un pays de la zone euro, une éventualité qu'avait déjà évoquée son ministre des Finances Wolfgang Schäuble. Cela devrait pouvoir être le cas, "en dernier recours", et "quand un pays ne remplit pas les conditions, encore et encore", a-t-elle déclaré.

Les mécanismes du Pacte européen de stabilité et de croissance, qui prévoient notamment des pénalités financières et amendes envers ceux qui contreviennent à ses règles d'orthodoxie budgétaires, ne sont pas adaptés, a-t-elle déclaré, dans la mesure où un pays "ne peut pas payer quand il n'a pas d'argent", comme c'est le cas à l'heure actuelle pour la Grèce.

L'Allemagne est sur la sellette en ce moment en Europe. Outre les divergences sur la Grèce, elle fait face aux critiques de certains de ss partenaires sur sa politique économique, qui négligerait la consommation au profit des exportations, au détriment de ses partenaires. La ministre française des Finances Christine Lagarde a suggéré mercredi que l'Allemagne baisse ses impôts pour stimuler la consommation, et par ricochet les exportations françaises.

"Je ne crois pas qu'il faille s'orienter sur le plus faible, plutôt sur le plus fort", au niveau européen, a rétorqué Mme Merkel.

Première publication : 17/03/2010

  • GRÈCE

    Les fonctionnaires grecs manifestent de nouveau contre le plan d’austérité

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    L'Eurogroupe a bouclé son plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)