Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Lieberman réaffirme son opposition au gel des colonies à Jérusalem-Est

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2010

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a rejeté les demandes de gel de la colonisation à Jérusalem-Est, après avoir reçu son homologue européenne Catherine Ashton.

AFP - Israël a rejeté mercredi les appels de la communauté internationale au gel de la colonisation juive à Jérusalem-Est annexée, tandis que la tension retombait dans les quartiers arabes de la Ville sainte au lendemain de violents heurts entre la police et les Palestiniens.

"Cette demande d'empêcher les Juifs de construire à Jérusalem-Est n'est pas du tout raisonnable", a estimé le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, après avoir reçu son homologue européenne Catherine Ashton, en visite dans la région.

Les déclarations de M. Lieberman, un ultranationaliste, surviennent au moment où les Palestiniens et la communauté internationale réclament l'arrêt de la colonisation à Jérusalem-Est, secteur dont la population est en majorité arabe et dont elle ne reconnaît pas l'annexion, afin de favoriser la reprise du processus de paix.

Les Etats-Unis, en particulier, attendent des Israéliens une "réponse officielle" à leurs critiques concernant la récente annonce de nouvelles constructions dans un quartier juif du secteur oriental, qui a déclenché un tollé international.

Toutefois, le ton a baissé d'un cran entre Israël et Washington, après les échanges très vifs des derniers jours, les deux pays réitérant publiquement la solidité de leur alliance.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a téléphoné au vice-président américain Joe Biden et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton devrait appeler le chef du gouvernement israélien "très bientôt".

La tension est quelque peu retombée aussi dans la rue, même si 3.000 policiers restent en en état d'alerte à Jérusalem pour parer à toute nouvelle flambée de violences.

Signe de confiance, Israël a levé mercredi son bouclage de la Cisjordanie occupée et rouvert au public l'esplanade des Mosquées. Le troisième lieu saint de l'islam est une poudrière politico-religieuse au coeur de la Vieille ville de Jérusalem.

Quelques accrochages sporadiques ont néanmoins eu lieu en Cisjordanie et à Jaffa, près de Tel-Aviv, des pierres ont été jetées sur des bus au cours d'un rassemblement d'Arabes israéliens, selon les médias. Une roquette tirée de la bande de Gaza s'est également abattue sur le sud d'Israël sans faire de dégâts, a dit l'armée.

Le retour à un calme précaire survient au lendemain d'une "journée de la colère" marquée par de violents heurts à Jérusalem-Est, les plus importants depuis des années, et dans les territoires.

Les manifestants protestaient contre l'inauguration lundi de la synagogue historique de la Hourva, reconstruite dans le quartier juif de la Vieille ville et perçue par les Palestiniens comme une provocation.

Une vingtaine de manifestants ont été hospitalisés et des dizaines d'autres légèrement blessés ainsi que 15 policiers. Environ 60 protestataires ont été arrêtés.

"Personne ici ne parle d'une troisième intifada (soulèvement palestinien). Il y a eu mardi quelques foyers de violence à Jérusalem et nous avons ramené l'ordre", s'est félicité le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

De fait, estiment les analystes, les risques d'une troisième intifada sont limités en raison des divisions interpalestiniennes et de la volonté de la présidence palestinienne de contenir les violences.

Selon le directeur du Centre palestinien d'étude et de recherche politique, Khalil Shikaki, l'Autorité n'a aucun intérêt à une explosion quand Israël subit la pression des Etats-Unis sur la question des colonies juives.

"La confrontation entre les Etats-Unis et Israël est une bonne nouvelle pour les Palestiniens. La pression des Etats-Unis est un substitut à la violence palestinienne", a-t-il estimé.
 

Première publication : 18/03/2010

COMMENTAIRE(S)