Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Economie

Les ventes du smartphone de Google déçoivent

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/03/2010

Le Nexus One, le téléphone 100 % Google, ne s'est vendu qu'à 150 000 exemplaires en 74 jours. 74 jours ? C'est le temps qu'il avait fallu au premier iPhone d'Apple pour atteindre le cap du million lors de son lancement en 2007...

Les ventes du Nexus One, le premier smartphone intégralement développé sous le contrôle de Google, ne sont pas à la hauteur des espérances des fans du géant de l’Internet. Ils voulaient une machine à tuer l’iPhone, ce n’est pas (encore) le cas.

Soixante-quatorze jours après son lancement le 5 janvier, ce téléphone s’est vendu à 150 000 exemplaires dans le monde, selon une enquête publiée, mardi, par le cabinet américain d’études Flurry. Soixante-quatorze jours, c’est précisément le temps qu’il avait fallu à Apple pour écouler 1 million d’iPhone en 2007. La comparaison fait d’autant plus mal à Google qu’à l’époque l’engouement pour les téléphones dits "intelligents" (les smartphones, capables de bien plus que le simple coup de fil) n’en était qu’à ces balbutiements.

Ce qui devait être le fer de lance du géant de Mountain View dans sa conquête du secteur du mobile se fait même sérieusement voler la vedette par un autre téléphone : le Droid. En 74 jours d’exploitation, cet appareil, équipé du système d’exploitation Android de Google mais mis au point par Motorola, a été acheté par 1,05 million de consommateurs. Des ventes qui en font actuellement le plus sérieux concurrent de la star d’Apple.

De fait, Google paie les pots cassés d'une stratégie que nombre d'observateurs jugeaient risquée. En choisissant de distribuer son Nexus One uniquement sur Internet, le groupe se privait de la vaste base d’abonnés et de la force de frappe commerciale des opérateurs qui, à l'instar des américains AT&T ou Verizon, se sont bien gardés de le promouvoir...

"Rolls-Royce" des smartphones

L'écart des ventes entre le Nexus One et l'iPhone s'explique également par l'important bouche à oreille dont a pu bénéficier l'appareil d'Apple lors de son lancement. Produit révolutionnaire, premier grand écran tactile et campagne de pub à la démesure de la nouveauté, le smartphone de Steve Jobs jouissait d'une aura dès son arrivée sur le marché. Depuis, les smartphones sont entrés dans les mœurs ; Nexus One n’est en fin de compte qu’un concurrent de plus.

Mais Google a-t-il vraiment eu l'intention de faire trembler Apple ? Son téléphone aurait été pensé comme une "Rolls" plutôt que comme un produit de masse. Ses créateurs avaient espéré, fin janvier, qu’il se vendrait à 150 000 exemplaires et voulait avant tout en faire une vitrine de leur savoir-faire.

N’empêche que les analystes du secteur avaient tablé, à l’instar de Goldman Sachs, sur 3,5 millions de Nexus One vendus en 2010. On en est loin et les actionnaires de Google risquent de faire grise mine. C’est peut-être la raison pour laquelle la société a annoncé, mercredi, un accord pour étendre le réseau de distribution de son appareil à AT&T, le premier opérateur téléphonique aux Etats-Unis

Première publication : 18/03/2010

  • INTERNET

    Aux États-Unis, Facebook devient plus populaire que Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google s'autorise quelques libertés avec la censure chinoise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)