Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

Moyen-orient

À Gaza, Ban Ki-moon dénonce le blocus israélien

Vidéo par Julie CALDERON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2010

À Gaza, le secrétaire général de l'ONU a souligné "la nécessité de mettre fin au blocus" israélien qui "impose des souffrances inacceptables" aux civils. Cette visite coïncide avec la venue, aujourd'hui à Jérusalem, du médiateur américain Mitchell.

AFP - Le blocus israélien contre la bande de Gaza cause "des souffrances humaines inacceptables", a affirmé dimanche le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors d'une visite dans l'enclave palestinienne.

"J'ai dit clairement et de manière répétée aux dirigeants israéliens que leur politique de bouclage n'est pas tenable et qu'elle est mauvaise", a déclaré M. Ban à Khan Younès, dans le sud du territoire.

"Elle inflige des souffrances humaines inacceptables à la population de Gaza. Cette politique est également contre-productive. Elle affaiblit les modérés et au contraire donne du pouvoir aux extrémistes", a-t-il souligné.

La bande de Gaza, une étroite bande sablonneuse surpeuplée (1,5 million d'habitants, dont 85% dépendent de l'aide internationale), vit sous embargo israélien depuis sa prise de contrôle par le mouvement islamiste Hamas en juin 2007.

En visite samedi à Ramallah (Cisjordanie), M. Ban avait dit "comprendre et partager" les inquiétudes d'Israël vis-à-vis du Hamas, mais il s'était dit "certain que le blocus peut être levé tout en répondant aux légitimes préoccupations sécuritaires d'Israël".

Jusqu'à cette semaine, les tirs de roquettes depuis Gaza sur le sud d'Israël avaient pratiquement cessé. L'arrêt de ces tirs était le but de guerre déclaré de l'opération "Plomb Durci" (27 décembre 2008 au 18 janvier 2009) qui a fait plus de 1.400 morts chez les Palestiniens et 13 côté israélien.

Toutefois, huit roquettes se sont abattues ces derniers jours sur le sud d'Israël, dont une a tué un ouvrier agricole thaïlandais dans un kibboutz.

Ban Ki-moon a par ailleurs appelé à la libération du soldat israélien Gilad Shalit, 23 ans, détenu depuis 2006 par la Hamas dans la bande de Gaza, et souhaité un échange avec des Palestiniens emprisonnés en Israël.

"J'appelle également à un échange afin que des prisonniers palestiniens et le soldat israélien Gilad Shalit puissent être libérés. Cette question devrait être résolue maintenant", a-t-il déclaré.

L'Allemagne mène depuis des mois des négociations indirectes entre Israël et le Hamas, qui achoppent sur la liste de prisonniers palestiniens que l'Etat hébreu est disposé à relâcher. Israël s'est dit favorable à un tel échange mais refuse de relâcher certains Palestiniens "symboles du terrorisme", comme le réclame le mouvement islamiste.

Le secrétaire général de l'ONU est arrivé dimanche matin dans la bande de Gaza dans le cadre d'une tournée régionale en Israël et dans les territoires palestiniens, au moment où les Etats-Unis s'efforcent de relancer le processus de paix.

Il s'agit de sa deuxième visite dans le territoire palestinien depuis l'offensive israélienne de l'hiver 2008-2009.

Première publication : 21/03/2010

  • PROCHE-ORIENT

    À Ramallah, Ban Ki-moon affirme le soutien du Quartette à un État palestinien

    En savoir plus

  • ONU

    Ban Ki-moon doute de l'existence d'enquêtes "crédibles" sur l'offensive de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)