Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

FRANCE

Après la défaite électorale, Sarkozy s'apprête à remanier le gouvernement

Vidéo par James ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/03/2010

Au lendemain de sa sévère défaite aux régionales, la majorité tente de tirer les leçons du scrutin. Nicolas Sarkozy a reçu ce matin le Premier ministre François Fillon pour faire le point et préparer un remaniement du gouvernement.

Le bilan des élections régionales est sans pitié pour l’UMP. La droite n’a obtenu que 35,4 % des voix en France métropolitaine au second tour, contre 54,1% des voix pour les listes de gauche. Le Premier ministre, François Fillon, qui a reconnu la défaite de son camp, s’entretenait ce matin avec le chef de l’État à l'Elysée pour évoquer un remaniement ministériel - remaniement qui pourrait avoir lieu dans la journée. Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, annonçait dès ce week-end un remodelage "modeste". Le gouvernement assure toutefois qu’aucun changement de cap n’est prévu. "Les Français n'ont pas dit non aux réformes", soutenait dimanche soir le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand.

Coincé entre une gauche "solidaire" et conquérante et un FN revigoré, "la droite sort très affaiblie de ce scrutin, à commencer par son chef, Nicolas Sarkozy", analyse Roselyne Febvre, spécialiste de politique française à FRANCE 24. Des avis discordants, au sein de la majorité, n’ont pas tardé à émerger après ce camouflet électoral. Dimanche soir, Jean-François Copé a appelé la majorité à "revenir aux fondamentaux". "Dans des périodes comme celle-là, difficile pour une famille politique, on doit faire preuve de beaucoup de lucidité, donc crever les abcès", a assèné le chef de file des députés UMP.

Raffarin demande "un vote de confiance" à Fillon

Ce matin, Xavier Bertrand a rétorqué sur RTL que "nous [la majorité ndlr] n'avons tourné le dos ni à nos valeurs, ni à nos fondamentaux, ni à nos électeurs [....]".  Ce matin, sur l'antenne de Canal +, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, déjà très virulent sur son blog, a demandé à François Fillon de venir faire "un discours de politique générale" devant le Parlement et solliciter un vote de confiance.

Entre les deux tours, de nombreuses voix s’étaient déjà élevés contre le "rythme" des réformes, le "style" du président et l’ouverture à gauche. Dans ce contexte, qu’adviendra-t-il des ministres d’ouverture ? Les personnalités de gauche, comme la secrétaire d'État à la Ville Fadela Amara et le Haut commissaire aux Solidarités actives et à la Jeunesse Martin Hirsh, pourraient être les premières à faire les frais du remaniement annoncé. 

 

 

Première publication : 22/03/2010

  • RÉGIONALES

    La gauche triomphe dans 21 des 22 régions métropolitaines

    En savoir plus

  • FRANCE

    La participation en légère hausse pour le second tour des régionales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)