Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

Google ne se censure plus en Chine

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/03/2010

Google a décidé de rediriger tous les internautes voulant accéder à son site chinois vers son site basé à Hong-Kong, mettant de facto fin à la censure que le moteur de recherche pratiquait jusque-là dans le pays.

Google.cn n’est plus, vive Google.com.hk ! Après trois mois de bagarre entre le géant de l’Internet et les autorités chinoises, celui-ci a décidé d’arrêter les frais et de ne plus censurer les résultats des requêtes formulées par les internautes chinois.

"La Chine n'a aucun mal à installer son pare-feu"

L’adresse chinoise du moteur de recherche - google.cn - redirige désormais automatiquement ses usagers vers sa version hongkongaise - non censurée.

À l’heure actuelle, les internautes chinois ont donc un accès intégral à tous les résultats de Google. Une recherche pour l’expression "Human Rights Watch" fait ainsi apparaître le lien vers le site de l’association de défense des droits de l’Homme, particulièrement critique à l’égard de Pékin. Jusqu’à hier, un tel résultat était impossible. La Chine n'a pas tardé a critiqué cette mesure, la qualifiant de violation d’une "promesse écrite", selon Xinhua, l’agence de presse officielle du pays.

Dans un billet de blog, le géant de Mountain View explique sa décision par sa volonté de trouver le "meilleur moyen d’honorer [sa] promesse d’arrêter de [se] censurer". L'autre solution aurait consisté en un arrêt pur et simple de Google.cn, sans redirection. Conscient que Pékin peut à tout moment interdire aux internautes chinois d’accéder à google.com.hk, Google a également mis en place une adresse montrant quels sont ses services inaccessibles depuis la Chine. Pour l’instant, cette page n’est pas à jour.

Le moteur de recherche chinois Baidu rebondit

Les hostilités entre les deux géants avaient commencé en janvier, lorsque Google avait annoncé que plusieurs comptes Gmail (sa messagerie électronique) de défenseurs de droits de l’Homme avaient été piratés en Chine. Même si les responsables de ces attaques n’ont pas encore été identifiés, une intervention des autorités chinoises avait été largement évoquée. Une implication que Pékin a toujours démentie...

"C'est une décision politique, voire idéologique"

Le géant de l’Internet avait, dans la foulée, fait savoir qu’il comptait arrêter de censurer ses résultats dans le pays, menaçant de s'en retirer si cela lui était refusé. Le régime chinois avait rétorqué que, pour travailler sur place, il fallait se plier aux lois locales. L’échange d’amabilités avait ensuite pris une dimension plus diplomatique lorsque l’administration Obama avait pris fait et cause pour Google. Depuis près d’une semaine sur google.cn, certaines requêtes sensibles - comme celles relatives au Tibet - n’étaient déjà plus censurées.

En marge de sa décision de rediriger tous les internautes vers son site hongkongais, Google a confirmé qu’il maintenait ses activités de recherche et développement en Chine. À Wall Street, la nouvelle a été accueillie par une progression (+1,48 %) de l’action de… Baidu, le principal moteur de recherche chinois concurrent de Google.

Première publication : 22/03/2010

  • INTERNET

    Google s'autorise quelques libertés avec la censure chinoise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)