Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama promulgue la loi sur la réforme du système de santé

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2010

Le président américain Barack Obama a apposé sa signature au bas du texte de loi instaurant la réforme du système de santé. Cette mesure historique offre une couverture santé à 32 millions d'Américains qui en étaient jusque là dépourvus.

AFP - Le président Barack Obama, soulagé et rayonnant, a promulgué mardi une réforme historique de l'assurance maladie visant à étendre la couverture santé à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus, saluant "une nouvelle ère" pour son pays.
   
Dans l'ambiance euphorique et exubérante qui s'est emparée d'une salle d'apparat de la Maison Blanche pleine à craquer, M. Obama, entouré de parlementaires démocrates et de membres de son administration, a signé peu avant midi (16H00 GMT) le texte de loi dont le Congrès a accouché dimanche après un an de débats acharnés.
   
"Alors qu'arrive le printemps, nous saluons l'avènement d'une nouvelle ère aux Etats-

La presse analyse la "victoire historique" d'Obama

Unis", a déclaré M. Obama lors d'un nouveau discours passionné en faveur de cet arsenal législatif.
   
Cette loi "va mettre en mouvement des réformes pour lesquelles des générations d'Américains ont combattu", a ajouté le président, rendant hommage aux parlementaires, ainsi qu'à ses ministres et collaborateurs, et à ses prédécesseurs qui ont essayé en vain de faire adopter une telle réforme depuis un siècle.
   
M. Obama a fait passer une vague d'émotion dans l'assistance en évoquant la mémoire du sénateur Ted Kennedy, décédé l'été dernier sans avoir vu l'aboutissement du combat de toute sa vie, et celle de sa propre mère "qui se disputait avec les compagnies d'assurance alors qu'elle était en train de mourir du cancer".
   
M. Obama, après la cérémonie dans la vénérable "East Room" qui vit entre autres Lyndon Johnson promulguer la loi sur les droits civiques en 1964, a placé cette victoire dans la perspective des autres réformes promises pendant sa campagne, a l'approche des élections de la mi-mandat.
   
Quittant la Maison Blanche pour une salle du ministère de l'Intérieur voisin où l'attendaient 600 personnes, M. Obama a affirmé qu'"il y a encore du travail à faire pour reconstruire notre économie", "doper les embauches", ou encore "améliorer nos écoles". Il a aussi parlé de la nécessité de "réduire notre dépendance vis-à-vis du pétrole étranger".
   
"Aujourd'hui, nous avons amélioré les vies de millions d'Américains", s'est félicité le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, tandis que la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, soulignait que le Sénat devait encore adopter des "corrections" améliorant le texte pour que le processus soit complet.
   
Le Sénat américain a d'ailleurs entamé dan l'après-midi les débats sur ces "corrections" souhaitées par la Chambre des représentants.
   
La loi est toutefois entrée en vigueur dè.s sa signature. Mais elle est déjà contestée sur le terrain juridique aussi bien que politique.
   
Les républicains, qui la jugent trop coûteuse et l'assimilent à une prise de contrôle du système de santé par l'Etat fédéral, entendent faire de ce sujet l'enjeu de la campagne pour les élections de novembre, qui renouvelleront l'ensemble de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat, tous deux contrôlés par les démocrates.
   
Dès jeudi, M. Obama doit effectuer un déplacement dans l'Iowa (centre) pour occuper le terrain médiatique face aux républicains et convaincre les Américains du bien-fondé de cette loi.
   
Selon un sondage Gallup effectué lundi auprès d'un millier de personnes, 49% d'entre elles considèrent comme "une bonne chose" l'adoption de la réforme par le Congrès, contre 40% d'avis contraire.
   
De politique, la bataille est devenue judiciaire après que 14 Etats américains ont saisi la justice mardi pour contester une réforme jugé anticonstitutionnelle. La Maison Blanche s'est dite lundi sereine à ce sujet, estimant que ces recours n'aboutiraient pas.

 

Première publication : 23/03/2010

COMMENTAIRE(S)