Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama promulgue la loi sur la réforme du système de santé

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2010

Le président américain Barack Obama a apposé sa signature au bas du texte de loi instaurant la réforme du système de santé. Cette mesure historique offre une couverture santé à 32 millions d'Américains qui en étaient jusque là dépourvus.

AFP - Le président Barack Obama, soulagé et rayonnant, a promulgué mardi une réforme historique de l'assurance maladie visant à étendre la couverture santé à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus, saluant "une nouvelle ère" pour son pays.
   
Dans l'ambiance euphorique et exubérante qui s'est emparée d'une salle d'apparat de la Maison Blanche pleine à craquer, M. Obama, entouré de parlementaires démocrates et de membres de son administration, a signé peu avant midi (16H00 GMT) le texte de loi dont le Congrès a accouché dimanche après un an de débats acharnés.
   
"Alors qu'arrive le printemps, nous saluons l'avènement d'une nouvelle ère aux Etats-

La presse analyse la "victoire historique" d'Obama

Unis", a déclaré M. Obama lors d'un nouveau discours passionné en faveur de cet arsenal législatif.
   
Cette loi "va mettre en mouvement des réformes pour lesquelles des générations d'Américains ont combattu", a ajouté le président, rendant hommage aux parlementaires, ainsi qu'à ses ministres et collaborateurs, et à ses prédécesseurs qui ont essayé en vain de faire adopter une telle réforme depuis un siècle.
   
M. Obama a fait passer une vague d'émotion dans l'assistance en évoquant la mémoire du sénateur Ted Kennedy, décédé l'été dernier sans avoir vu l'aboutissement du combat de toute sa vie, et celle de sa propre mère "qui se disputait avec les compagnies d'assurance alors qu'elle était en train de mourir du cancer".
   
M. Obama, après la cérémonie dans la vénérable "East Room" qui vit entre autres Lyndon Johnson promulguer la loi sur les droits civiques en 1964, a placé cette victoire dans la perspective des autres réformes promises pendant sa campagne, a l'approche des élections de la mi-mandat.
   
Quittant la Maison Blanche pour une salle du ministère de l'Intérieur voisin où l'attendaient 600 personnes, M. Obama a affirmé qu'"il y a encore du travail à faire pour reconstruire notre économie", "doper les embauches", ou encore "améliorer nos écoles". Il a aussi parlé de la nécessité de "réduire notre dépendance vis-à-vis du pétrole étranger".
   
"Aujourd'hui, nous avons amélioré les vies de millions d'Américains", s'est félicité le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, tandis que la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, soulignait que le Sénat devait encore adopter des "corrections" améliorant le texte pour que le processus soit complet.
   
Le Sénat américain a d'ailleurs entamé dan l'après-midi les débats sur ces "corrections" souhaitées par la Chambre des représentants.
   
La loi est toutefois entrée en vigueur dè.s sa signature. Mais elle est déjà contestée sur le terrain juridique aussi bien que politique.
   
Les républicains, qui la jugent trop coûteuse et l'assimilent à une prise de contrôle du système de santé par l'Etat fédéral, entendent faire de ce sujet l'enjeu de la campagne pour les élections de novembre, qui renouvelleront l'ensemble de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat, tous deux contrôlés par les démocrates.
   
Dès jeudi, M. Obama doit effectuer un déplacement dans l'Iowa (centre) pour occuper le terrain médiatique face aux républicains et convaincre les Américains du bien-fondé de cette loi.
   
Selon un sondage Gallup effectué lundi auprès d'un millier de personnes, 49% d'entre elles considèrent comme "une bonne chose" l'adoption de la réforme par le Congrès, contre 40% d'avis contraire.
   
De politique, la bataille est devenue judiciaire après que 14 Etats américains ont saisi la justice mardi pour contester une réforme jugé anticonstitutionnelle. La Maison Blanche s'est dite lundi sereine à ce sujet, estimant que ces recours n'aboutiraient pas.

 

Première publication : 23/03/2010

COMMENTAIRE(S)