Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Australie et Rio Tinto disent avoir confiance en la justice chinoise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2010

Au deuxième jour du procès de quatre salariés du groupe anglo-australien Rio Tinto qui se tient à Shanghaï, le gouvernement australien et la société minière ont indiqué qu'ils respecteraient la décision de la justice chinoise.

AFP - L'Australie tout comme le groupe Rio Tinto ont déclaré mardi qu'il fallait désormais laisser la justice chinoise suivre son cours, au deuxième jour du procès sensible de Stern Hu, cadre australien du géant minier jugé à Shanghai.

La première journée, lundi, a été marquée par une admission partielle des faits de corruption de la part du seul accusé étranger, l'Australien Stern Hu, qui dirige le bureau de Rio Tinto à Shanghai, selon des sources judiciaire et diplomatique.

Selon l'avocat d'un des collaborateurs de Stern Hu, ce dernier a en effet plaidé coupable dans le volet corruption de ce procès, suivi de près par les autorités australiennes mais aussi les investisseurs étrangers.

Le directeur de la branche fer de Rio Tinto, Sam Walsh, a fait peu de commentaires sur cette affaire mardi, indiquant seulement que le groupe laissait la justice chinoise faire son travail.

"Nous respecterons la décision de la justice chinoise", a-t-il déclaré à l'agence Dow Jones Newswires.

Le ministre australien des Petites et moyennes entreprises, Craig Emerson, a adopté une position similaire, estimant que Canberra avait fait le nécessaire dans ce procés.

"Notre demande auprès du gouvernement chinois a été de tenir ce procès rapidement et de manière transparente. Je pense que nous avons fait tout ce que nous pouvions, laissons la justice suivre son cours", a-t-il déclaré à Sky News.

Stern Hu et trois de ses collègues sont accusés d'espionnage industriel et corruption.

Cette affaire a suscité des tensions entre Canberra et Pékin. Le Premier ministre australien, Kevin Rudd, a averti que "le monde allait être très attentif" à ce procès.

Première publication : 23/03/2010

  • JUSTICE

    Le chef du géant minier Rio Tinto en Chine plaide coupable de corruption

    En savoir plus

  • CHINE

    Ouverture du procès pour espionnage de quatre employés de Rio Tinto

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)