Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Culture

Pour le MoMA, c’est de l’@rt

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/03/2010

Le célèbre Museum of Modern Art (MoMA) de New York a acquis, lundi, le symbole "@" pour "le passage à l’ère du tout informatique" qu'il représenterait. L'arobase figure dorénavant dans le catalogue du département de design et d’architecture du musée.

C’est un petit signe sur un clavier d’ordinateur, mais un grand pas pour le MoMA. Pour la première fois de son histoire, le célèbre musée d’art contemporain new-yorkais a inscrit dans son catalogue le signe "@", une œuvre "virtuelle" libre de droits, comme le souligne sur son blog Paola Antonelli, conservatrice du département de design et d’architecture du musée.

Une acquisition à forte valeur symbolique ajoutée car le "@" représenterait, "par excellence, le passage à l’ère du tout informatique", assure Paola Antonelli. Il est également l’un des signes les plus communs dans notre "communication avec les autres". L’arobase, élément constitutif du courriel, transcenderait en effet la barrière des langues.

Amphora

Pour autant, ce symbole n’est pas né de la dernière pluie, ni du premier ordinateur. S’il est impossible de dater précisément son apparition, le MoMA retrouve sa trace au 6e siècle, puis de nouveau au 16e siècle, dans une lettre d’un marchand italien. À l’époque, il désignait l’amphora, un récipient utilisé comme unité de mesure.

Sa forme finale remonte à 1971. Elle est l’œuvre de Ray Tomlinson, un ingénieur américain. Il est d’ailleurs le premier à avoir utilisé l'arobase dans un e-mail, découvrant à ce symbole une utilité alors que l’"@" peinait tristement dans un coin du clavier…

Si le MoMA a décidé de célébrer ce cheminement historique et symbolique en se l’appropriant, encore faut-il savoir maintenant ce que le musée compte faire d’un symbole qui, libre de droits, appartient à tout le monde et à personne à la fois… Il ne s’agit en effet pas d’une œuvre classique concrète pouvant être exposée et revendiquée comme propriété du musée. C’est d’ailleurs là le prix de la gratuité : l’objet ne lui appartient pas, tout au plus le MoMA peut-il s’approprier le concept. Et c’est bien ce que Paola Antonelli compte faire. En le plaçant à côté d’autres grandes réalisations du design, elle espère mettre en valeur sa capacité à "être réutilisé et à s’adapter".

Première publication : 23/03/2010

COMMENTAIRE(S)