Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Culture

Pour le MoMA, c’est de l’@rt

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/03/2010

Le célèbre Museum of Modern Art (MoMA) de New York a acquis, lundi, le symbole "@" pour "le passage à l’ère du tout informatique" qu'il représenterait. L'arobase figure dorénavant dans le catalogue du département de design et d’architecture du musée.

C’est un petit signe sur un clavier d’ordinateur, mais un grand pas pour le MoMA. Pour la première fois de son histoire, le célèbre musée d’art contemporain new-yorkais a inscrit dans son catalogue le signe "@", une œuvre "virtuelle" libre de droits, comme le souligne sur son blog Paola Antonelli, conservatrice du département de design et d’architecture du musée.

Une acquisition à forte valeur symbolique ajoutée car le "@" représenterait, "par excellence, le passage à l’ère du tout informatique", assure Paola Antonelli. Il est également l’un des signes les plus communs dans notre "communication avec les autres". L’arobase, élément constitutif du courriel, transcenderait en effet la barrière des langues.

Amphora

Pour autant, ce symbole n’est pas né de la dernière pluie, ni du premier ordinateur. S’il est impossible de dater précisément son apparition, le MoMA retrouve sa trace au 6e siècle, puis de nouveau au 16e siècle, dans une lettre d’un marchand italien. À l’époque, il désignait l’amphora, un récipient utilisé comme unité de mesure.

Sa forme finale remonte à 1971. Elle est l’œuvre de Ray Tomlinson, un ingénieur américain. Il est d’ailleurs le premier à avoir utilisé l'arobase dans un e-mail, découvrant à ce symbole une utilité alors que l’"@" peinait tristement dans un coin du clavier…

Si le MoMA a décidé de célébrer ce cheminement historique et symbolique en se l’appropriant, encore faut-il savoir maintenant ce que le musée compte faire d’un symbole qui, libre de droits, appartient à tout le monde et à personne à la fois… Il ne s’agit en effet pas d’une œuvre classique concrète pouvant être exposée et revendiquée comme propriété du musée. C’est d’ailleurs là le prix de la gratuité : l’objet ne lui appartient pas, tout au plus le MoMA peut-il s’approprier le concept. Et c’est bien ce que Paola Antonelli compte faire. En le plaçant à côté d’autres grandes réalisations du design, elle espère mettre en valeur sa capacité à "être réutilisé et à s’adapter".

Première publication : 23/03/2010

COMMENTAIRE(S)