Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nobel de la paix pour Tsahal"

En savoir plus

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

Culture

Pour le MoMA, c’est de l’@rt

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/03/2010

Le célèbre Museum of Modern Art (MoMA) de New York a acquis, lundi, le symbole "@" pour "le passage à l’ère du tout informatique" qu'il représenterait. L'arobase figure dorénavant dans le catalogue du département de design et d’architecture du musée.

C’est un petit signe sur un clavier d’ordinateur, mais un grand pas pour le MoMA. Pour la première fois de son histoire, le célèbre musée d’art contemporain new-yorkais a inscrit dans son catalogue le signe "@", une œuvre "virtuelle" libre de droits, comme le souligne sur son blog Paola Antonelli, conservatrice du département de design et d’architecture du musée.

Une acquisition à forte valeur symbolique ajoutée car le "@" représenterait, "par excellence, le passage à l’ère du tout informatique", assure Paola Antonelli. Il est également l’un des signes les plus communs dans notre "communication avec les autres". L’arobase, élément constitutif du courriel, transcenderait en effet la barrière des langues.

Amphora

Pour autant, ce symbole n’est pas né de la dernière pluie, ni du premier ordinateur. S’il est impossible de dater précisément son apparition, le MoMA retrouve sa trace au 6e siècle, puis de nouveau au 16e siècle, dans une lettre d’un marchand italien. À l’époque, il désignait l’amphora, un récipient utilisé comme unité de mesure.

Sa forme finale remonte à 1971. Elle est l’œuvre de Ray Tomlinson, un ingénieur américain. Il est d’ailleurs le premier à avoir utilisé l'arobase dans un e-mail, découvrant à ce symbole une utilité alors que l’"@" peinait tristement dans un coin du clavier…

Si le MoMA a décidé de célébrer ce cheminement historique et symbolique en se l’appropriant, encore faut-il savoir maintenant ce que le musée compte faire d’un symbole qui, libre de droits, appartient à tout le monde et à personne à la fois… Il ne s’agit en effet pas d’une œuvre classique concrète pouvant être exposée et revendiquée comme propriété du musée. C’est d’ailleurs là le prix de la gratuité : l’objet ne lui appartient pas, tout au plus le MoMA peut-il s’approprier le concept. Et c’est bien ce que Paola Antonelli compte faire. En le plaçant à côté d’autres grandes réalisations du design, elle espère mettre en valeur sa capacité à "être réutilisé et à s’adapter".

Première publication : 23/03/2010

COMMENTAIRE(S)