Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou refuse de transiger sur la question de Jérusalem

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2010

En réponse à Hillary Clinton qui, devant le principal lobby pro-israélien des États-Unis, a condamné la colonisation en Israël, le chef du gouvernement hébreu a déclaré que Jérusalem n'était pas "une colonie, mais la capitale" du pays.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est resté ferme sur la question de Jérusalem, lundi à Washington, après que la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé Israël à faire des choix "difficiles mais nécessaires".
   

"Sur les constructions, la politique ne changera pas"

Dans une déclaration devant le Congrès annuel de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le principal lobby pro-israélien aux Etats-Unis, M. Netanyahu s'est montré confiant "dans la poursuite de l'amitié" avec les Etats-Unis.
   
"D'un président à l'autre, d'un Congrès à l'autre, l'engagement de l'Amérique dans la sécurité d'Israël est resté indéfectible", a-t-il déclaré dans son discours de 45 minutes.
   
Qualifiant les Etats-Unis de "plus grande nation du monde", il a indiqué avoir confiance sur le fait "de pouvoir obtenir la poursuite de l'amitié" avec Washington.
   
Il s'est montré également ferme sur l'Iran, affirmant qu'Israël attendait que "la communauté internationale agisse de manière rapide et décisive" contre la menace nucléaire iranienne et se réservait "le droit de se défendre par lui-même".
   
Israël attend "de la communauté internationale qu'elle agisse de manière rapide et décisive pour contrecarrer ce danger, mais nous nous réserverons toujours le droit de nous défendre nous-mêmes", a-t-il dit.
   
"Jérusalem n'est pas une colonie" mais la capitale d'Israël. "Le peuple juif a construit Jérusalem il y a 3.000 ans et le peuple juif construit Jérusalem aujourd'hui. Jérusalem n'est pas une colonie. C'est notre capitale", a déclaré le Premier ministre israélien, en estimant qu'il suivait simplement la politique de tous les gouvernements d'Israël depuis 1967, une déclaration accueillie par une ovation debout de la part de la plupart des quelque 7.500 délégués présents à la conférence, mais aussi quelques protestations.
   

À la Une : Netanyahou, les États-Unis impuissants ?
M. Netanyahu faisait allusion au secteur oriental de la Ville sainte conquis et annexé par Israël en juin 1967. La communauté internationale ne reconnaît pas cette annexion.
   
Une douzaine de nouveaux quartiers juifs abritant quelque 200.000 Israéliens vivent dans ce secteur, aux côtés de 270.000 Palestiniens.
   
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait appelé lundi Israël à faire des choix "difficiles mais nécessaires" au premier jour de la visite à Washington de M. Netanyahu.
   
Une avancée vers la paix "exige que toutes les parties, y compris Israël, fassent des choix difficiles mais nécessaires", avait déclaré Mme Clinton devant le comité.
   
Les relations sont passablement dégradées entre les Etats-Unis et Israël en raison du refus de M. Netanyahu de lâcher du lest sur la colonisation. La crise diplomatique avec Washington a éclaté avec l'annonce de la construction de 1.600 logements dans un quartier juif de Jérusalem-Est, en pleine visite du vice-président Joe Biden à la mi-mars.
   
Les constructions israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie nuisent au climat de confiance, au dialogue de paix et au rôle de médiation des Etats-Unis, avait insisté lundi Mme Clinton.
   
Le Premier ministre, dans son discours, n'a à aucun moment fait allusion à la querelle actuelle sur les nouvelles implantations juives.
   
M. Netanyahu doit rencontrer mardi à la Maison Blanche le président Barack Obama, auréolé de la réussite de sa réforme du système de santé.
   
A Bruxelles, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, représentant du Quartette pour le Proche-Orient, a dit voir chez les Israéliens la volonté de se lancer dans des négociations directes avec les Palestiniens, pour peu que les parties jugent "que ces négociations auront des chances d'être constructives".

Première publication : 23/03/2010

  • DIPLOMATIE

    Hillary Clinton appelle Israël à faire des "choix difficiles" pour la paix

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Dix jours après sa visite en Israël, Biden reçoit Netanyahou à Washington

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Une manifestation contre les colonies israéliennes dégénère à Hébron

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)