Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Vent de fronde à l'UMP au surlendemain de la débâcle des régionales

Vidéo par Melissa BELL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2010

Après la défaite essuyée par la droite lors des régionales, les députés UMP, emmenés par Jean-François Copé (photo), se réunissent à l'Assemblée. Le groupe parlementaire exige de la présidence un changement de cap et un retour "aux fondamentaux".

AFP - Sonnée par sa déroute aux régionales, l'UMP exige de l'exécutif un changement de cap, avec une feuille de route "claire et lisible" et un retour aux "fondamentaux" de la droite, certaines voix allant jusqu'à contester le leadership de Nicolas Sarkozy.

Alors que toute l'attention se porte maintenant, à gauche comme à droite, sur la présidentielle de 2012, Jean-François Copé appelle à la construction immédiate d'"un nouveau pacte majoritaire" au moment où les responsables du parti veulent, comme Frédéric Lefebvre, "prendre le temps pour répondre aux messages des Français".

Face à des troupes vent debout, le patron des députés UMP entend libérer la parole mardi matin lors d'une réunion à huis clos de son groupe à l'Assemblée qui promet d'être aussi animée qu'au lendemain de la défaite des municipales de 2008.

Très attentif à cette "thérapie de groupe", le chef de l'Etat a reçu M. Copé à l'Elysée à trois reprises en une semaine. On va "crever les abcès" entre députés UMP, mais pas question de "casser la maison", confie M. Copé, rassurant.

Il espère surtout avoir convaincu le chef de l'Etat de revenir "aux fondamentaux": abandon de la taxe carbone, cap sur la réforme des retraites et la loi de modernisation agricole, réduction des déficits, mobilisation sur l'emploi et la sécurité et fin de l'ouverture à gauche.

"Aujourd'hui, à force de dire réforme, réforme, réforme, il n'y a plus de lisibilité", résume le député Elie Aboud. Si ce dernier espère que "la famille ne va pas se déchirer", les couteaux sont bel et bien tirés.

Là où M. Sarkozy proclamait "à élections régionales, conséquences régionales", l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a demandé le "vote de confiance" au Parlement.

Il faut "une majorité beaucoup plus pluraliste" et "un remaniement ministériel de grande ampleur", renchérit le sénateur UMP Philippe Dominati.

Les sarkozystes balaient d'un revers de main. "Président du Sénat, Raffarin nous aurait emmerdés, pas président, il nous emmerde quand même!", s'agace un poids lourd du gouvernement.

Un autre ex-locataire de Matignon, Dominique de Villepin, a lui choisi le soir de la défaite de l'UMP pour jouer sa partition en ébruitant la création prochaine de son mouvement.

Pour y faire parade, M. Sarkozy semblait vouloir profiter du remaniement post-régionales, "modeste", pour faire entrer au gouvernement, après Bruno Le Maire en décembre 2008, un nouveau villepiniste, le député Georges Tron. Un autre, Jean-Pierre Grand, relativise: "On est toujours dans le débauchage: hier la gauche, aujourd'hui nous. Ca va amuser les gens trois jours".

Des parlementaires vont jusqu'à briser les tabous en s'en prenant ouvertement à la personne même du chef de l'Etat. Lassé par cette "France Hauts-de-Seine", Bernard Reynès, proche de M. Copé, assène: "Après Sarkozy I, il faut un Sarkozy II !"

Le sénateur divers droite Jean-Louis Masson va plus loin et se demande si M. Sarkozy est toujours "le meilleur candidat de la droite pour 2012 ou si une alternative doit être recherchée" citant "Villepin, Juppé ou Copé".

Des critiques qui font s'époumoner les proches du chef de l'Etat. "Moi je suis sarkozyste et l'UMP a fait 60% à Levallois! Les plus bas scores, c'est chez ceux qui n'ont pas joué le jeu de la majorité... Regardez chez Alain Juppé à Bordeaux !", a déclaré à l'AFP le député UMP Patrick Balkany. Allusion aux critiques sur les réformes adressées par l'ancien Premier ministre après le premier tour.

Première publication : 23/03/2010

  • RÉGIONALES

    Les "anti-Sarko" se réjouissent en ligne

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Après la défaite aux régionales, Nicolas Sarkozy ajuste son équipe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)