Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Moyen-orient

Face à Obama, Netanyahou reste intransigeant sur la question de Jérusalem

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2010

Le Premier ministre israélien, au cours d'un huis clos de 90 minutes avec le président américain, a menacé de bloquer les négociations pendant un an "si les Américains soutiennent [...] un gel de la construction à Jérusalem".

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a haussé le ton mardi à propos de Jérusalem, faisant apparemment peu de cas du mécontentement du président Barack Obama, qui l'a reçu en fin de journée à la Maison Blanche.
   
M. Netanyahu n'a pas quitté la résidence présidentielle immédiatement après l'entretien, qui a duré 90 minutes selon un responsable américain, et était totalement fermé à la presse.
   
Quelques heures plus tôt, le Premier ministre avait planté le décor de sa rencontre avec le dirigeant du pays principal allié d'Israël.
   
"Si les Américains soutiennent les demandes déraisonnables présentées par les Palestiniens concernant un gel de la construction à Jérusalem, le processus politique risque d'être bloqué pendant un an", avait-il lancé à des journalistes.
   
Et au moment-même où se déroulait la rencontre, plusieurs médias israéliens ont annoncé que la municipalité israélienne de Jérusalem avait donné son feu vert final à la construction de 20 logements à l'emplacement d'un hôtel palestinien à Jérusalem-Est.
   
Cette annonce, si elle est confirmée, résonnera comme un écho de l'incident qui a déclenché il y a deux semaines la crise actuelle entre Israël et les Etats-Unis: l'annonce de 1.600 nouvelles constructions à Jérusalem-Est, en pleine visite du vice-président américain Joe Biden.
   
Washington avait fermement condamné l'initiative, arguant qu'elle n'était pas seulement néfaste pour la paix, mais aussi pour la crédibilité des efforts américains afin de regagner la confiance du monde arabe, et isoler l'Iran.
   
Avant de se rendre à Washington, M. Netanyahu avait offert des gestes de bonne volonté, mais refusé de discuter de Jérusalem.
   
"Le peuple juif a construit Jérusalem il y a 3.000 ans et le peuple juif construit Jérusalem aujourd'hui", a-t-il réitéré lundi soir devant l'AIPAC, le principal groupe d'influence américain pro-Israël réuni en congrès à Washington.
   
L'Autorité palestinienne a jugé mardi que ces propos menaçaient les efforts américains pour relancer le processus de paix.
   
L'Etat hébreu s'est emparé de Jérusalem-Est lors de la Guerre des Six Jours en 1967, avant une annexion que la communauté internationale n'a pas reconnue. Les Palestiniens veulent faire de cette partie de la Ville Sainte leur future capitale.
   
La position de M. Netanyahu, habituelle de la part du chef de gouvernement israélien, prend un sens différent dans le contexte de la forte tension entre Israël et les Etats-Unis.
   
Son discours "creuse le fossé entre l'administration Obama et le gouvernement israélien à propos de Jérusalem et des négociations", estime Haim Malka, du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) à Washington.
   
Avant la rencontre à la Maison Blanche, le secrétaire du cabinet de M. Netanyahu avait assuré que ce dernier était satisfait de ses premiers entretiens à Washington.
   
"Les relations entre Israël et les Etats-Unis sont inchangées", a expliqué Zvi Hauser. Quant au désaccord à propos de Jérusalem, il "remonte à 1967, et il s'agit de divergences entre amis".
   
Le différend entre les alliés sur la Ville Sainte "a été glissé sous le tapis pendant de très nombreuses années, mais ce n'est plus le cas", juge pourtant Michelle Dunne, de la fondation Carnegie, en rappelant l'appel lancé lundi aux deux parties par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton pour qu'elles "discutent de bonne foi" du statut de la ville.
   
"La seule façon de résoudre la question de Jérusalem est de retourner à la table des négociations", a insisté mardi le porte-parole de la diplomatie américaine.

Première publication : 24/03/2010

  • PROCHE-ORIENT

    La construction de 20 nouveaux logements israéliens approuvée à Jérusalem-Est

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Dix jours après sa visite en Israël, Biden reçoit Netanyahou à Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)