Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

FRANCE

L'abandon de la taxe carbone provoque l'ire des Verts et la joie des patrons

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 24/03/2010

Les Verts et les organisations de défense de l'environnement ont vivement critiqué l'abandon de la taxe carbone annoncé par François Fillon. Une décision qui, en revanche, a été accueillie avec enthousiasme par le Medef.

Au lendemain de l’annonce de l’abandon de la taxe carbone, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, a exclu de démissionner. En poste depuis tout juste deux mois, elle s’était pourtant dite "désespérée" par la décision du gouvernement, avant de se réjouir, quelques heures plus tard, de la "clarification" apportée par le Premier ministre, François Fillon.

"On maintient l'engagement sur la taxe carbone et, en plus, on développe une négociation européenne", a-t-elle indiqué, sur la radio RTL, en résumant le message de François Fillon, pour qui cette mesure devait être européenne "pour ne pas plomber la compétitivité" des entreprises françaises.

Pour les Verts et les organisations de défense de l’environnement, cette marche arrière est un coup dur. La Fondation Nicolas Hulot, à l’origine du "pacte écologique" signé par le candidat Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007, a regretté que l’Europe soit "une fois de plus l’excuse toute trouvée pour renoncer à un projet qui n’est plus aujourd’hui soutenu par la majorité présidentielle".

"Du pipeau"

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, s'est dite "estomaquée" par la décision gouvernementale. "Remettre aux calendes grecques, c'est abandonner", a-t-elle estimé, jugeant que l'excuse de l'Europe était "du pipeau".

L’abandon de la taxe carbone marque un coup d’arrêt à la politique écologique de

Nicolas Sarkozy. Cette mesure emblématique du gouvernement, annoncée lors du Grenelle de l’environnement, un an après la signature du "pacte écologique" en 2006, devait pénaliser les produits et les entreprises en fonction de leurs émissions de CO2.

En revoyant la balle dans le camp de l’Union européenne (UE), le gouvernement a répondu aux appels du Medef, le principal syndicat patronal français, qui réclamait un sursis jusqu’en 2011 pour permettre aux sociétés de s’adapter. L’organisation voyait d’un mauvais œil la taxe carbone, estimant que les entreprises françaises seraient pénalisées par rapport à leurs concurrentes dont les pays n’appliquent pas une législation similaire.

"Nous sommes soulagés, notamment pour toute l'industrie, qui n'aurait pas supporté ce nouveau handicap de compétitivité, a expliqué la présidente du Medef, Laurence Parisot. Tout au long des nombreuses réunions avec les ministères concernés, nous avons su convaincre", a-t-elle ajouté.

Première publication : 24/03/2010

COMMENTAIRE(S)