Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

FRANCE

L'abandon de la taxe carbone provoque l'ire des Verts et la joie des patrons

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 24/03/2010

Les Verts et les organisations de défense de l'environnement ont vivement critiqué l'abandon de la taxe carbone annoncé par François Fillon. Une décision qui, en revanche, a été accueillie avec enthousiasme par le Medef.

Au lendemain de l’annonce de l’abandon de la taxe carbone, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, a exclu de démissionner. En poste depuis tout juste deux mois, elle s’était pourtant dite "désespérée" par la décision du gouvernement, avant de se réjouir, quelques heures plus tard, de la "clarification" apportée par le Premier ministre, François Fillon.

"On maintient l'engagement sur la taxe carbone et, en plus, on développe une négociation européenne", a-t-elle indiqué, sur la radio RTL, en résumant le message de François Fillon, pour qui cette mesure devait être européenne "pour ne pas plomber la compétitivité" des entreprises françaises.

Pour les Verts et les organisations de défense de l’environnement, cette marche arrière est un coup dur. La Fondation Nicolas Hulot, à l’origine du "pacte écologique" signé par le candidat Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007, a regretté que l’Europe soit "une fois de plus l’excuse toute trouvée pour renoncer à un projet qui n’est plus aujourd’hui soutenu par la majorité présidentielle".

"Du pipeau"

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, s'est dite "estomaquée" par la décision gouvernementale. "Remettre aux calendes grecques, c'est abandonner", a-t-elle estimé, jugeant que l'excuse de l'Europe était "du pipeau".

L’abandon de la taxe carbone marque un coup d’arrêt à la politique écologique de

Nicolas Sarkozy. Cette mesure emblématique du gouvernement, annoncée lors du Grenelle de l’environnement, un an après la signature du "pacte écologique" en 2006, devait pénaliser les produits et les entreprises en fonction de leurs émissions de CO2.

En revoyant la balle dans le camp de l’Union européenne (UE), le gouvernement a répondu aux appels du Medef, le principal syndicat patronal français, qui réclamait un sursis jusqu’en 2011 pour permettre aux sociétés de s’adapter. L’organisation voyait d’un mauvais œil la taxe carbone, estimant que les entreprises françaises seraient pénalisées par rapport à leurs concurrentes dont les pays n’appliquent pas une législation similaire.

"Nous sommes soulagés, notamment pour toute l'industrie, qui n'aurait pas supporté ce nouveau handicap de compétitivité, a expliqué la présidente du Medef, Laurence Parisot. Tout au long des nombreuses réunions avec les ministères concernés, nous avons su convaincre", a-t-elle ajouté.

Première publication : 24/03/2010

COMMENTAIRE(S)