Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Le "hacker" qui a piraté Twitter arrêté en France

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/03/2010

Le jeune Français de 25 ans qui s’était introduit dans le célèbre site de microblogging Twitter en mai 2009 avant d'y récolter plus de 300 pages de documents confidentiels a été appréhendé en Auvergne.

C’est probablement le pirate informatique français le plus médiatique de ces derniers temps qui vient d'être arrêté. Après une enquête de près d’un an menée conjointement avec le FBI, la police française a appréhendé en Auvergne un jeune homme d’une vingtaine d’années connu sur la Toile sous le pseudonyme de "Hacker Croll".

Son méfait ? Avoir réussi, en mai 2009, à s’introduire illégalement sur les comptes e-mails de plusieurs employés de Twitter, dont ceux du PDG du célèbre site de microblogging, Evan Williams, et de sa femme. Partant de là, il était parvenu à collecter une multitude de mots de passe, dont celui d’administrateur de Twitter. Il pouvait ainsi avoir accès à toute la cuisine interne du fameux réseau social.

Le résultat de sa petite visite : une pile de 310 pages de documents que "Hacker Croll" a fait parvenir, en juillet 2009, à plusieurs sites spécialisés, dont TechCrunch ou Korben. Une fuite qui avait fait, à l’époque, un sacré bruit car ils contenaient des informations aussi futiles que des plans pour un éventuel futur jeu de téléréalité ou les préférences alimentaires de certains employés, mais aussi des données plus sensibles comme les plans pour rentabiliser Twitter…

"Hackito ergo sum"

"Hacker Croll" avait raconté sa démarche au bloggeur Korben et au site Zataz. Il y expliquait n’avoir jamais utilisé les comptes Twitter de la chanteuse Britney Spears ou du président américain Barack Obama pour répandre de fausses informations, comme l'en avait accusé la rumeur sur le Web. En fait, dans son entretien à Zataz, celui-ci affirme n’avoir jamais eu "l’intention de nuire ou de détruire" et que sa démarche répondait au crédo : "Hackito ergo sum" ["Je hacke donc je suis"].

crédit photo: Korben

Cette démarche n’a pas eu l’heur de plaire à Twitter qui, après avoir minimisé l’attaque, s’était empressé de changer ses mots de passe et de renforcer sa sécurité. Après l’avoir arrêté, la police française a affirmé que, outre Twitter, "Hacker Croll" avait également piraté des comptes Facebook et Gmail. Il serait également impliqué dans plusieurs petites arnaques sur le Net. "Hacker Croll" a reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Clermond-Ferrand pour le 24 juin.

Photos : korben.info

Première publication : 24/03/2010

COMMENTAIRE(S)