Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Les pays de la zone euro peinent à surmonter leurs désaccords pour aider la Grèce

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2010

Les 16 pays de la zone euro se rapprocheraient d'un compromis pour aider, aux cotés du FMI, Athènes à surmonter son déficit. Depuis plusieurs semaines, Paris et Berlin peinent à s'entendre sur les moyens à mettre en œuvre pour secourir la Grèce.

AFP - Les pays de la zone euro se rapprochent d'un compromis pour surmonter leur différend sur la Grèce, qu'ils pourraient aider aux côtés du FMI à surmonter sa crise, tout en s'engageant, à la demande de l'Allemagne, à durcir à l'avenir leur discipline budgétaire.
   
Une source diplomatique européenne a déclaré mardi soir à l'AFP que les seize pays utilisant la monnaie commune étaient "proches" d'un accord en ce sens.
   
Celui-ci devrait être finalisé et annoncé jeudi matin à Bruxelles au cours d'un sommet des dirigeants des pays de la zone euro, juste avant une réunion des chefs d'Etat ou de gouvernement de l'ensemble de l'Union européenne, selon cette source bien informée.
   
Le président de l'UE, Herman Van Rompuy, a fait savoir qu'il "envisageait" un tel sommet de la zone euro, réclamé par l'Allemagne et l'Espagne notamment.
   
Le compromis, principalement négocié par l'Allemagne et la France, prévoit que Berlin accepte la mise en place d'un mécanisme de soutien financier pour les pays de la zone euro en grande difficulté, auquel pourrait avoir recours la Grèce.
   
Berlin s'y refusait jusqu'ici, estimant que cela pourrait créer un mauvais précédent. Cette fermeté de l'Allemagne a mis à mal la cohésion de la zone euro ces derniers jours.
   
Toutefois, "l'aide de la zone euro ne viendrait qu'en complément de prêts du Fonds monétaire international (FMI)", a souligné cette source. "Il s'agit donc d'une aide mixte où le FMI jouerait un rôle central", a-t-elle ajouté.
   
Ce point constitue une concession à l'Allemagne qui, plutôt hostile à une solution européenne, privilégiait ces derniers jours l'intervention du FMI.
   
A Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel a indiqué mardi pendant une réunion de son groupe parlementaire être prête à accepter une solution de compromis qui verrait des Etats européens compléter sur une base volontaire des prêts à Athènes du Fonds monétaire international, selon des participants à la rencontre.
   
De même, dans les négociations en cours, Berlin insiste pour que les pays de la zone euro s'engagent à durcir à l'avenir le mécanisme existant de discipline budgétaire dans l'UE, le Pacte de stabilité, avec des sanctions qui pourraient être prises plus facilement à l'encontre des pays trop laxistes.
   
"C'est dans cette direction qu'on va", a indiqué la source diplomatique.
   
Dans ce contexte, l'heure semble être à l'apaisement entre Paris et Berlin sur la Grèce. "On travaille vraiment activement avec l'Allemagne pour apporter une solution au problème, qui satisfasse nos amis allemands et les objectifs de solidarité au sein de la zone euro", souligne une source gouvernementale française.
   
Pour ce qui concerne les contreparties réclamées par Berlin en échange de son feu vert à une aide à Athènes, "les Allemands veulent simplifier la procédure actuelle très lourde sur les déficits excessifs des pays de la zone euro", explique la source diplomatique européenne.
   
"Ils souhaiteraient que des sanctions puissent s'appliquer de manière plus automatique pour les pays enfreignant trop longtemps les règles", a souligné même source.
   
Ces sanctions iraient "jusqu'au retrait des droits de vote" des pays membres au cours des réunions ministérielles européennes à Bruxelles et il serait plus facile d'infliger des amendes.
   
Le quotidien allemand Die Welt à paraître mercredi affirme que le projet de déclaration des Etats de la zone euro, appelée à être publiée jeudi, fera aussi mention d'une possible modification du traité de l'UE pour durcir la discipline budgétaire. Une allusion à la volonté de Berlin de pouvoir exclure à l'avenir, le cas échant, un Etat de la zone euro.

 

Première publication : 24/03/2010

  • GRÈCE

    Les pays européens se déchirent sur l'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    "Exclure un État membre de la zone euro est une idée absurde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)