Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Pour Les Verts, l'abandon de la taxe carbone est une décision "populiste"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2010

À la suite de la déroute de l'UMP aux régionales, Nicolas Sarkozy a décidé de supprimer la taxe carbone. Interrogée par FRANCE 24, la porte-parole des Verts, Djamila Sonzogni, accuse le président français de tomber dans le "populisme".

Abandonner la taxe carbone est "une décision irréfléchie et populiste", s'indigne mercredi la porte-parole des Verts, Djamila Sonzogni.

Interrogée par France 24 sur la décision du président français de renoncer à cet impôt écologique, celle-ci estime que "ce retournement de veste" n’est rien d’autre qu’un “calcul politique destiné à retrouver le soutien des petites entreprises et des propriétaires" après la raclée reçue par l’UMP lors des élections régionales. Lors du second tour, dimanche dernier, le Parti socialiste s’est en effet imposé dans 21 des 22 régions de France métropolitaine.

“Il a abandonné la taxe carbone pour se réconcilier avec ceux qui ont voté contre son parti, ceux qui estimaient cette taxe trop coûteuse et ceux qui doutent du bien fondé d’un tel impôt", affirme Djamila Sonzogni. Qui ajoute : “À la longue, cette décision le desservira parce que le problème n’est pas près d’être résolu. Ce qu’il aurait dû faire, c’est chercher une meilleure solution”.

L’absurdité d’un consensus au niveau européen

Les 1 000 plus gros pollueurs industriels du pays - qui diffusent, à eux seuls, 97 % des émissions de CO2 de la France - étaient exemptés de la taxe carbone, qui aurait en revanche fortement ponctionné les petites entreprises et les propriétaires. “Nous avions quelque chose d’imparfait, mais qui aurait pu avoir une portée plus générale, équitable et bénéfique pour les propriétaires et entrepreneurs français. À la place de quoi, il ne reste maintenant plus rien", explique-t-elle à FRANCE 24.

Nicolas Sarkozy a insisté mardi sur le fait que cette taxe n’était pas morte. Mais elle ne sera adoptée, a-t-il expliqué, que si l'Europe met en place une taxe à ses frontières pour protéger l'agriculture et l'industrie. "Il serait absurde de taxer les entreprises françaises en donnant un avantage compétitif aux entreprises des pays pollueurs", a justifié le chef de l'État.

Pour la porte-parole des Verts, il est tout aussi absurde d’attendre un hypothétique accord au niveau européen. "L‘environnement a bel et bien été mis de côté", conclut-elle.

Première publication : 24/03/2010

  • FRANCE

    L'abandon de la taxe carbone provoque l'ire des Verts et la joie des patrons

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Après la défaite aux régionales, Nicolas Sarkozy ajuste son équipe

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Vent de fronde à l'UMP au surlendemain de la débâcle des régionales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)