Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

La bataille parlementaire sur la réforme de l'assurance-maladie se poursuit

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/03/2010

Un ensemble de modifications apportées à la réforme du système de santé américain promulgué lundi par Barack Obama doit être de nouveau soumis au vote de la Chambre des représentants. Un revirement qui risque de retarder la mise en œuvre du texte.

REUTERS - La Chambre des représentants américaine va devoir se prononcer à nouveau sur un ensemble de modifications apportées à la réforme du système de santé après l’adoption jeudi au Sénat de deux clauses techniques sur la régularité du vote.

Le Sénat a engagé un vote marathon dans la nuit de mercredi à jeudi sur des dizaines d’amendements déposés par les républicains à propos des "corrections" apportées au texte par la Chambre.

Les représentants ont adopté dimanche soir par 219 voix contre 212 le projet de réforme du système de santé dans la version votée par le Sénat en décembre, permettant au président Barack Obama de promulguer le texte mardi.

Mais ils y ont adjoint un ensemble de modifications pour le rendre plus conforme à leurs exigences et c’est sur cet additif législatif que les sénateurs républicains ont engagé une bataille d’amendements, tous rejetés méthodiquement par les démocrates.

Les républicains ont contesté en outre la procédure de vote au Sénat dite de "réconciliation", c’est-à-dire à la majorité simple de 51 voix sur 100 et non à la majorité qualifiée des 60 voix.

Or, deux clauses "mineures et techniques" ont été retenues par les sénateurs sur la procédure de vote concernant une réforme des prêts étudiants, a déclaré un porte-parole du chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid.

Par conséquent, un nouveau vote devra être organisé à la Chambre des représentants sur cet ensemble de modifications, retardant la mise en oeuvre du texte réclamée par Obama.

"Nous sommes confiants dans le fait que la Chambre votera rapidement la loi avec ces changements mineurs", a déclaré Kate Cyrul, porte-parole du président démocrate de la commission de la santé du Sénat, Tom Harkin.

Les démocrates ont dénoncé les manœuvres dilatoires des républicains. "Il est très clair qu’il n’y a aucune tentative visant à améliorer ce projet. Il s’agit d’une tentative visant à détruire le projet", a déclaré Harry Reid.

La réforme de la santé, la plus importante jamais votée aux Etats-Unis, doit permettre d’étendre la couverture santé à 32 millions d’Américains qui n’étaient pas assurés, de développer le plan santé gouvernemental destiné aux plus pauvres, d’imposer de nouvelles taxes aux plus riches et d’interdire certaines pratiques des assureurs consistant par exemple à refuser de couvrir les personnes en mauvaise santé.
 

Première publication : 25/03/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama promulgue la loi sur la réforme du système de santé

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La presse analyse la "victoire historique" d'Obama sur la réforme du système de santé

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La réforme du système de santé et le cri "Tueur de bébés" vus par les internautes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)