Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Sports

Michel Platini se verrait bien quatre ans de plus à la tête de l'UEFA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/03/2010

Au terme d'un congrès de l'UEFA à Tel-Aviv, en Israël, l'ancien numéro 10 de l'équipe de France a fait part de son intention de briguer un second mandat de quatre ans à la tête de l'instance dirigeante du football européen.

AFP - Michel Platini, "président heureux" de l'UEFA, a annoncé jeudi au terme du congrès de l'instance européenne à Tel-Aviv qu'il serait candidat à sa propre succession en mars de l'année prochaine, une élection pour laquelle il fait figure d'archi-favori.

Près de trois ans après avoir décroché à l'arraché ce poste prestigieux, l'ex-meneur des Bleus a pu mesurer le chemin parcouru: son annonce, jeudi, s'est terminée sur une "standing ovation" des responsables des 53 fédérations européennes, les mêmes qui voteront au congrès électif de 2011 à Paris.

"Je suis un homme heureux, un président heureux, je suis très heureux de vous connaître. Je suis très heureux de travailler avec vous", a déclaré Michel Platini, 54 ans, prenant la parole au terme du congrès.

"Nous avons déjà fait beaucoup de choses et je sais qu'on pourrait faire +é-nor-mé-ment+ de choses dans l'avenir, c'est pour ça que j'annnonce ma candidature à la présidence de l'UEFA", a-t-il poursuivi, s'attirant les applaudissements de la salle.

Blatter: "Suite normale de sa carrière"

"Je voulais (vous) consacrer ma réponse", a-t-il encore souligné pour expliquer son mutisme sur le sujet jusque-là dans les médias.

Même lors de son allocution inaugurale du congrès, l'ancien international français avait pris soin de ne pas évoquer son cas personnel.

Le président de la Fédération internationale (Fifa), Joseph Blatter, s'était néanmoins chargé de lui "rendre un hommage particulier".

"Je suis heureux, c'est la suite normale de sa carrière. Et vous avez vu la réception de son annonce dans la salle", a ensuite déclaré à l'AFP "Sepp" Blatter, qui veut y voir un encouragement à poursuivre lui aussi sa mission -ce qu'il souhaite- à la tête de la Fifa.

"Je me vois très bien poursuivre avec lui, a-t-il reconnu. Il m'avait mis dans la confidence et m'avait fait promettre de ne rien dire. Il y a une amitié profonde entre Michel et moi. Son bilan est très bon."

M. Platini, 54 ans, avait été élu président de l'UEFA le 26 janvier 2007 à Dusseldörf pour une durée de quatre ans. Il avait battu à l'époque le candidat sortant, le Suédois Lennart Johansson.

"Peut être zéro" candidat contre lui

Cette accession d'un Français à la tête d'une des plus grandes instances sportives mondiales avait lavé l'affront de Paris, candidat déçu aux JO-2012.

Dans l'optique de l'élection de l'an prochain, Michel Platini est le premier à se déclarer. Les autres candidats, s'ils existent, ont jusqu'à trois mois avant le congrès de Paris pour se faire enregistrer.

"Est-ce que je pars confiant? Je ne sais pas...", a-t-il déclaré devant la presse. "Un vote c'est un vote je ne peux pas vous dire. Il peut y avoir un, deux, trois, quatre, cinq candidats contre moi, il y en aura peut-être zéro, je ne sais pas", a-t-il poursuivi.

Sauf énorme coup de théâtre, il sera archi-favori. Son élection, il y a quatre ans, avait soulevé un tollé chez ses adversaires, à l'issue d'un scrutin serré.

Présenté alors comme un dangereux "révolutionnaire" par ses détracteurs, il a su distiller ses réformes. Il fut ainsi un des artisans de la disparition du G14 -permettant à l'UEFA de renouer le dialogue avec les "Grands d'Europe"-, de l'ouverture de la Ligue des champions à des "petites nations" et surtout de la mise en place d'un contrôle de gestion (fair-play financier).

+De quoi êtes-vous le plus fier?+ lui a demandé la presse: "Qu'on ne me dise plus que je suis un tireur de coup franc!".
 

Première publication : 25/03/2010

COMMENTAIRE(S)