Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Amériques

Les recherches des boîtes noires reprennent au large de Recife

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/03/2010

Près de 11 mois après le crash du vol Rio-Paris, le 1er juin 2009, les opérations de recherches des boîtes noires de l'appareil sont entrées dans leur troisième phase au large de Recife, dans le nord-est du Brésil.

AFP - Le coup d'envoi doit être donné jeudi dans le port de Recife à la troisième phase des opérations de recherches en mer des boîtes noires de l'Airbus A330 d'Air France.

L'avion s'était abîmé dans l'Atlantique entre Rio de Janeiro et Paris dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009 avec 228 personnes à bord.

La reprise des recherches pour tenter d'élucider les causes de l'accident, avait été annoncée le 15 mars dernier à Paris par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA).

Jeudi après-midi à Recife (nord-est du Brésil), le BEA fera un point de presse pour expliquer en quoi consistent les nouvelles recherches, en présence des enquêteurs et des équipes d'opérations maritimes et sous-marines.

Deux bateaux, chargés de matériel hautement sophistiqué sont déjà arrivés dans le port de Recife: "l'Anne Candies", en provenance des Etats-Unis et le norvégien "Seabed Worker" sont équipés de quatre sonars et trois robots.

Les recherches porteront sur une zone de 2.000 km2 dans l'océan Atlantique et dureront au moins quatre semaines. Deux précédentes phases de recherches, menées l'été dernier, étaient restées infructueuses.

Les enquêteurs ont besoin des enregistreurs de vol (les boîtes noires) pour comprendre les causes de l'accident. Ils ont à maintes reprises assuré que les sondes Pitot de mesure de vitesse étaient certes défaillantes sur l'appareil accidenté, mais qu'elles ne permettaient pas à elles seules d'expliquer l'accident.

Le 1er juin, l'Airbus A330 d'Air France, effectuant le vol AF447 entre Rio de Janeiro et Paris avec 228 personnes à bord, s'était abîmé dans l'océan Atlantique, ne laissant aucun survivant.

Au moment de sa disparition, l'avion était entré dans une zone orageuse avec de fortes perturbations, une zone où se rencontrent des masses d'air des hémisphères nord et sud et qualifiée de "pot au noir".

Les personnes à bord appartenaient à 32 nationalités, dont 72 Français, 58 Brésiliens et 26 Allemands, selon le ministère français des Transports.

 

Première publication : 25/03/2010

COMMENTAIRE(S)