Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 26/03/2010

L’accord européen d'aide à la Grèce est un "certificat de solidarité", selon Juncker

Dans un entretien exclusif à France 24, le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, revient sur le plan d'aide à la Grèce financé par la zone euro et le FMI signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer.

"On ne laissera pas tomber la Grèce", a affirmé vendredi Jean-Claude Juncker à France 24, au lendemain de l’annonce d’un accord entre les pays de la zone euro sur l’aide à apporter à la Grèce. Le président de l'Eurogroupe a tenu à rassurer les marchés : "La Grèce se voit délivrer un certificat de solidarité. Je voudrais que les marchés financiers lisent bien ce certificat".

Celui-ci estime toutefois que "la Grèce n'aura pas besoin d'avoir recours à cet instrument parce qu'elle dispose d'un plan de consolidation crédible". En effet, le Premier ministre grec, George Papandréou, a annoncé début mars un plan d'austérité marqué par une série de mesures visant à réduire le déficit budgétaire: baisse des salaires de la fonction publique, hausse des impôts et gel des retraites.

L’accord signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer, prévoit qu'Athènes pourra avoir recours à un fonds financé par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) si les mesures d'austérité prises par le gouvernement grec ne permettent pas de rétablir la situation financière du pays. Ce plan d’aide initié par la France et l'Allemagne sera principalement alimenté par des prêts bilatéraux, complété d’une aide du FMI. Aucun chiffre n’a pour l’instant été évoqué.

Le "bon sens" de la taxe carbone

Après l’annonce de cet accord, couplé d'un engagement à renforcer la discipline budgétaire dans l'UE, l'euro a doucement remonté face au billet vert vendredi, à l’ouverture des marchés européens, en repassant au dessus de 1,33 dollar. Quelques jours auparavant, les cours avaient réagi de façon négative et avaient vu l’euro atteindre son plus bas niveau depuis 10 mois, après la dégradation de la notation portugaise par l’agence Fitch.

Jean-Claude Juncker s’est dit confiant face aux inquiétudes concernant un éventuel effet domino dû aux situations économiques difficiles de l’Irlande, de l’Espagne, de l’Italie et, récemment, du Portugal. "Je ne vois aucune similitude entre la situation de la Grèce et de ces pays", a-t-il déclaré.

Lors de l’entretien à France 24, celui-ci a également soutenu la proposition du président français Nicolas Sarkozy à propos d’une taxe carbone européenne. Pour le président, une taxe française ne saurait être appliquée sans la mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l'Europe, afin de taxer les importations de pays réfractaires à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

"Je partage l'idée qu'il faudra que l'Europe réfléchisse davantage à l'instauration d'une taxe carbone aux frontières", a déclaré le président de l'Eurogroupe, avant de conclure : "Je soutiens Nicolas Sarkozy, parce que je soutiens le bon sens".

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/06/2018 Marc PERELMAN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

Dans un entretien accordé à France 24, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, revient notamment sur le sommet de l'Alliance qui doit se tenir les 11 et 12 juillet à...

En savoir plus

18/06/2018 Santiago LOPEZ GONZALEZ

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

Humberto de la Calle, candidat malheureux à la présidentielle colombienne revient sur l'échec de sa candidature, ainsi que sur les raisons qui l’ont poussé à voter blanc lors du...

En savoir plus

18/06/2018 Afrique

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

Journaliste indien ayant vécu cinq ans au Rwanda, Anjan Sundaram est l’auteur de "Bad news, last journalists in a dictatorship". Il revient sur la situation économique et sociale...

En savoir plus

15/06/2018 Xavier CHEMISSEUR

Gernot Rohr : "Nous avons réussi à monter un groupe de jeunes joueurs solidaires"

Alors que la Coupe du monde vient de débuter, nous recevons un globe-trotter du football, ancien joueur du Bayern Munich et des Girondins de Bordeaux, ancien sélectionneur du...

En savoir plus

13/06/2018 Xavier CHEMISSEUR

Alexeï Sorokin : "Le 'Fan ID' apporte beaucoup d’avantages aux supporters du Mondial en Russie"

À quelques heures du coup d’envoi du Mondial en Russie, le Directeur général du Comité d'organisation Alexeï Sorokin revient sur le racisme et le hooliganisme dans le football,...

En savoir plus