Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le lundi et le mercredi à 16h45. Le samedi à 7h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 26/03/2010

L’accord européen d'aide à la Grèce est un "certificat de solidarité", selon Juncker

Dans un entretien exclusif à France 24, le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, revient sur le plan d'aide à la Grèce financé par la zone euro et le FMI signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer.

"On ne laissera pas tomber la Grèce", a affirmé vendredi Jean-Claude Juncker à France 24, au lendemain de l’annonce d’un accord entre les pays de la zone euro sur l’aide à apporter à la Grèce. Le président de l'Eurogroupe a tenu à rassurer les marchés : "La Grèce se voit délivrer un certificat de solidarité. Je voudrais que les marchés financiers lisent bien ce certificat".

Celui-ci estime toutefois que "la Grèce n'aura pas besoin d'avoir recours à cet instrument parce qu'elle dispose d'un plan de consolidation crédible". En effet, le Premier ministre grec, George Papandréou, a annoncé début mars un plan d'austérité marqué par une série de mesures visant à réduire le déficit budgétaire: baisse des salaires de la fonction publique, hausse des impôts et gel des retraites.

L’accord signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer, prévoit qu'Athènes pourra avoir recours à un fonds financé par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) si les mesures d'austérité prises par le gouvernement grec ne permettent pas de rétablir la situation financière du pays. Ce plan d’aide initié par la France et l'Allemagne sera principalement alimenté par des prêts bilatéraux, complété d’une aide du FMI. Aucun chiffre n’a pour l’instant été évoqué.

Le "bon sens" de la taxe carbone

Après l’annonce de cet accord, couplé d'un engagement à renforcer la discipline budgétaire dans l'UE, l'euro a doucement remonté face au billet vert vendredi, à l’ouverture des marchés européens, en repassant au dessus de 1,33 dollar. Quelques jours auparavant, les cours avaient réagi de façon négative et avaient vu l’euro atteindre son plus bas niveau depuis 10 mois, après la dégradation de la notation portugaise par l’agence Fitch.

Jean-Claude Juncker s’est dit confiant face aux inquiétudes concernant un éventuel effet domino dû aux situations économiques difficiles de l’Irlande, de l’Espagne, de l’Italie et, récemment, du Portugal. "Je ne vois aucune similitude entre la situation de la Grèce et de ces pays", a-t-il déclaré.

Lors de l’entretien à France 24, celui-ci a également soutenu la proposition du président français Nicolas Sarkozy à propos d’une taxe carbone européenne. Pour le président, une taxe française ne saurait être appliquée sans la mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l'Europe, afin de taxer les importations de pays réfractaires à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

"Je partage l'idée qu'il faudra que l'Europe réfléchisse davantage à l'instauration d'une taxe carbone aux frontières", a déclaré le président de l'Eurogroupe, avant de conclure : "Je soutiens Nicolas Sarkozy, parce que je soutiens le bon sens".

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2014 Virus Ebola

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

L'épidémie de fièvre Ebola, qui a déjà fait plus de 4 500 morts, est au centre des préoccupations de Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale. Dans un entretien accordé à...

En savoir plus

20/10/2014 Politique française

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

Journaliste, éditorialiste et écrivain, Alain Duhamel est un témoin privilégié de la vie politique française depuis cinquante ans. Il a côtoyé tous les présidents et hommes...

En savoir plus

15/10/2014 France

Georges Malbrunot et Christian Chesnot, journalistes et auteurs

Alors que la France a déjà mené plusieurs frappes aériennes en Irak, elle refuse de réaliser des bombardements sur le sol syrien. Punir Damas ou l'amadouer pour que le régime...

En savoir plus

13/10/2014 Russie

Andreï Gratchev, ancien conseiller de Mikhaïl Gorbatchev

Sommes-nous à l'aube d'une nouvelle guerre froide entre Moscou et les Occidentaux ? Comment comprendre la position Russe sur la crise Ukrainienne ? L’Europe est elle perçue...

En savoir plus

11/10/2014 Ukraine

Volodymyr Yermolenko, politologue ukrainien

Volodymyr Yermolenko, philosophe ukrainien, politologue et professeur à l'Université de Kyiv Mohylan à Kiev, est l’invité de France 24. Il revient sur la situation actuelle en...

En savoir plus