Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le mercredi à 16h45 et le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 26/03/2010

L’accord européen d'aide à la Grèce est un "certificat de solidarité", selon Juncker

Dans un entretien exclusif à France 24, le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, revient sur le plan d'aide à la Grèce financé par la zone euro et le FMI signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer.

"On ne laissera pas tomber la Grèce", a affirmé vendredi Jean-Claude Juncker à France 24, au lendemain de l’annonce d’un accord entre les pays de la zone euro sur l’aide à apporter à la Grèce. Le président de l'Eurogroupe a tenu à rassurer les marchés : "La Grèce se voit délivrer un certificat de solidarité. Je voudrais que les marchés financiers lisent bien ce certificat".

Celui-ci estime toutefois que "la Grèce n'aura pas besoin d'avoir recours à cet instrument parce qu'elle dispose d'un plan de consolidation crédible". En effet, le Premier ministre grec, George Papandréou, a annoncé début mars un plan d'austérité marqué par une série de mesures visant à réduire le déficit budgétaire: baisse des salaires de la fonction publique, hausse des impôts et gel des retraites.

L’accord signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer, prévoit qu'Athènes pourra avoir recours à un fonds financé par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) si les mesures d'austérité prises par le gouvernement grec ne permettent pas de rétablir la situation financière du pays. Ce plan d’aide initié par la France et l'Allemagne sera principalement alimenté par des prêts bilatéraux, complété d’une aide du FMI. Aucun chiffre n’a pour l’instant été évoqué.

Le "bon sens" de la taxe carbone

Après l’annonce de cet accord, couplé d'un engagement à renforcer la discipline budgétaire dans l'UE, l'euro a doucement remonté face au billet vert vendredi, à l’ouverture des marchés européens, en repassant au dessus de 1,33 dollar. Quelques jours auparavant, les cours avaient réagi de façon négative et avaient vu l’euro atteindre son plus bas niveau depuis 10 mois, après la dégradation de la notation portugaise par l’agence Fitch.

Jean-Claude Juncker s’est dit confiant face aux inquiétudes concernant un éventuel effet domino dû aux situations économiques difficiles de l’Irlande, de l’Espagne, de l’Italie et, récemment, du Portugal. "Je ne vois aucune similitude entre la situation de la Grèce et de ces pays", a-t-il déclaré.

Lors de l’entretien à France 24, celui-ci a également soutenu la proposition du président français Nicolas Sarkozy à propos d’une taxe carbone européenne. Pour le président, une taxe française ne saurait être appliquée sans la mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l'Europe, afin de taxer les importations de pays réfractaires à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

"Je partage l'idée qu'il faudra que l'Europe réfléchisse davantage à l'instauration d'une taxe carbone aux frontières", a déclaré le président de l'Eurogroupe, avant de conclure : "Je soutiens Nicolas Sarkozy, parce que je soutiens le bon sens".

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/04/2015 Génocide des Arméniens

"L’extermination des Arméniens a été l’acte fondateur de la Turquie républicaine"

Un siècle après le génocide des Arméniens, la Turquie refuse toujours de le reconnaître. Raymond Kévorkian, historien et auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet, se rendra aux...

En savoir plus

18/04/2015 Football

Didier Deschamps : "Je n’ai pas de certitudes, j’ai des convictions" pour l’euro-2016

Le sélectionneur de l'équipe de France est l'invité de France 24. A près d'un an du coup d'envoi de l'Euro-2016, Didier Deschamps fait le point sur les objectifs des Bleus.

En savoir plus

15/04/2015 Russie

Alexeï Pouchkov : l'OTAN est "un danger important" pour les Russes

En dépit des accords signé à Minsk, les violences continuent dans la partie orientale de l'Ukraine. En Europe de l'Est, les pays suivent avec inquiétude l'évolution de la crise...

En savoir plus

10/04/2015 Libye

"Boko Haram et Aqmi viennent grossir les rangs de l'EI" en Libye

La Libye est plongée dans un chaos politique sans précédent. Deux entités se disputent le pouvoir : le gouvernement reconnu par la communauté internationale qui s'est exilé à...

En savoir plus

08/04/2015 RD Congo

Denis Mukwege : "En RD Congo, le viol est une stratégie de guerre"

Depuis seize ans, le docteur Denis Mukwege soigne gratuitement les femmes victimes de violences sexuelles au Sud-Kivu, en République démocratique du Congo. Lauréat du prix...

En savoir plus