Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le lundi et le mercredi à 16h45. Le samedi à 7h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 26/03/2010

L’accord européen d'aide à la Grèce est un "certificat de solidarité", selon Juncker

Dans un entretien exclusif à France 24, le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, revient sur le plan d'aide à la Grèce financé par la zone euro et le FMI signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer.

"On ne laissera pas tomber la Grèce", a affirmé vendredi Jean-Claude Juncker à France 24, au lendemain de l’annonce d’un accord entre les pays de la zone euro sur l’aide à apporter à la Grèce. Le président de l'Eurogroupe a tenu à rassurer les marchés : "La Grèce se voit délivrer un certificat de solidarité. Je voudrais que les marchés financiers lisent bien ce certificat".

Celui-ci estime toutefois que "la Grèce n'aura pas besoin d'avoir recours à cet instrument parce qu'elle dispose d'un plan de consolidation crédible". En effet, le Premier ministre grec, George Papandréou, a annoncé début mars un plan d'austérité marqué par une série de mesures visant à réduire le déficit budgétaire: baisse des salaires de la fonction publique, hausse des impôts et gel des retraites.

L’accord signé jeudi soir, au terme d’un long bras de fer, prévoit qu'Athènes pourra avoir recours à un fonds financé par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) si les mesures d'austérité prises par le gouvernement grec ne permettent pas de rétablir la situation financière du pays. Ce plan d’aide initié par la France et l'Allemagne sera principalement alimenté par des prêts bilatéraux, complété d’une aide du FMI. Aucun chiffre n’a pour l’instant été évoqué.

Le "bon sens" de la taxe carbone

Après l’annonce de cet accord, couplé d'un engagement à renforcer la discipline budgétaire dans l'UE, l'euro a doucement remonté face au billet vert vendredi, à l’ouverture des marchés européens, en repassant au dessus de 1,33 dollar. Quelques jours auparavant, les cours avaient réagi de façon négative et avaient vu l’euro atteindre son plus bas niveau depuis 10 mois, après la dégradation de la notation portugaise par l’agence Fitch.

Jean-Claude Juncker s’est dit confiant face aux inquiétudes concernant un éventuel effet domino dû aux situations économiques difficiles de l’Irlande, de l’Espagne, de l’Italie et, récemment, du Portugal. "Je ne vois aucune similitude entre la situation de la Grèce et de ces pays", a-t-il déclaré.

Lors de l’entretien à France 24, celui-ci a également soutenu la proposition du président français Nicolas Sarkozy à propos d’une taxe carbone européenne. Pour le président, une taxe française ne saurait être appliquée sans la mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l'Europe, afin de taxer les importations de pays réfractaires à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

"Je partage l'idée qu'il faudra que l'Europe réfléchisse davantage à l'instauration d'une taxe carbone aux frontières", a déclaré le président de l'Eurogroupe, avant de conclure : "Je soutiens Nicolas Sarkozy, parce que je soutiens le bon sens".

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/08/2014 France

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

L'historien, écrivain et professeur Benjamin Stora est le tout nouveau directeur de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Elle entend éclairer le public sur les...

En savoir plus

18/08/2014 Centrafrique

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

A l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire, Guillaume Foliot, directeur adjoint du programme alimentaire mondial (PAM) en Birmanie, commente l'action menée par cet...

En savoir plus

14/06/2014 Développement durable

Patrick Deixonne, chef de la mission "Septième Continent"

Patrick Deixonne a exploré pendant plusieurs semaines le "Septième continent", vaste zone de l'Atlantique Nord polluée par les déchets plastiques. De retour, il commente les...

En savoir plus

13/08/2014 L'État islamique en Irak et au Levant

Narmen Ali Muhamed Amen, professeur d'archéologie à Erbil

Narmen Ali Muhamed Amen est professeur d'archéologie à l'université Salah Eddine à Erbil. Elle suit de très près les événements au Kurdistan où elle a beaucoup de famille. Sur...

En savoir plus

09/08/2014 Chrétiens d'Orient

Ephrem-Isa Yousif, historien et philosophe

Après la conquête de Mossoul, l'EIIL a désormais pris le contrôle de Karakoch, la plus grande ville chrétienne d'Irak. Pas moins de 100 000 chrétiens ont dû quitter la ville :...

En savoir plus