Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EUROPE

Brown et Cameron font campagne sur le thème de la relance économique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/03/2010

Le Premier ministre travailliste Gordon Brown et le conservateur David Cameron ont dévoilé les points forts de leurs campagnes, principalement axées sur la relance économique, pour les élections législatives du 6 mai.

AFP - Le Premier ministre britannique Gordon Brown a placé samedi la "relance" de l'économie au coeur de sa campagne dans la perspective des législatives, encouragé par la réduction de l'avance de l'opposition conservatrice dans les sondages.

"Quand les gens demandent quelles sont mes trois priorités pour le pays, je leur dis: continuer sur la voie de la relance, continuer sur la voie de la relance, continuer sur la voie de la relance", a lancé le dirigeant travailliste dans un discours prononcé devant des militants réunis à Nottingham (centre).

"Assurer la relance de l'économie ou l'anéantir, c'est le choix auquel le pays va faire face dans les semaines à venir", a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni n'est sorti de la récession qu'au dernier trimestre 2009, après six trimestres de contraction, soit bien après les Etats-Unis, la France, ou l'Allemagne, et certains experts soulignent les risques de rechute.

M. Brown a ainsi assuré que le scrutin, largement attendu pour le 6 mai, serait "le choix le plus important" que les Britanniques aient à faire "depuis une génération", entre "l'austérité" promise, selon lui, par l'opposition conservatrice, et la "prospérité" qu'assurerait le Labour.

Dans un discours prononcé peu après par David Cameron, le dirigeant conservateur a lui aussi placé l'économie au coeur de sa campagne.

"L'économie s'est enlisée, la société s'est enlisée, tout le pays s'est enlisé avec Gordon Brown. Et c'est de changement dont nous avons besoin... pour faire bouger notre économie, notre pays, notre société", a-t-il déclaré devant des militants rassemblés à Milton Keynes (sud-est).

Les conservateurs étaient jusqu'à peu encore crédités d'une avance supérieure de vingt points sur les travaillistes, mais cette avance ne se situe plus aujourd'hui qu'aux alentours de cinq points.

Un dernier sondage, publié vendredi, a de plus montré que 33% des personnes interrogées faisaient davantage confiance aux travaillistes dans le domaine de l'économie, contre 27% pour les conservateurs.

Le leader des Tories a reconnu que la bataille serait rude pour mettre fin à treize ans de pouvoir travailliste. "Ca va être une bataille difficile, une bataille serrée", a-t-il admis.

Première publication : 27/03/2010

  • ROYAUME-UNI

    Le gouvernement dévoile un budget de relance

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Un nouveau scandale éclabousse le Labour à quelques semaines des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)