Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

Un Marine poursuivi pour son rôle dans la tuerie de Haditha en Irak

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/03/2010

Un tribunal militaire américain a décidé de maintenir les poursuites contre le sergent Wuterich, ouvrant la voie à son procès. Ses 7 co-accusés dans la tuerie de Haditha, qui a causé la mort de 24 civils irakiens en 2005, avaient été blanchis.

AFP - Un juge militaire américain a maintenu vendredi les accusations visant un Marine pour son rôle dans la tuerie de Haditha en Irak qui avait causé la mort de 24 civils en 2005, devenant le pire crime de guerre reproché aux Américains dans ce pays.

Le sergent Frank Wuterich, 30 ans, est le dernier homme du rang qui reste encore passible de la cour martiale dans cette affaire, ses sept co-accusés ayant tous été blanchis.

Le juge, le lieutenant-colonel David Jones, a indiqué vendredi que la "requête visant à abandonner les accusations contre le sergent Frank Wuterich est rejetée", lors de l'audience qui a eu lieu à Camp Pendleton (Californie), à 130 km au sud de Los Angeles.

Cette décision ouvre la voie au procès du sergent Wuterich, dont l'ouverture a été fixée au 13 septembre par le juge Jones. Franck Wuterich a demandé à ce que le jury soit composé de militaires.

La défense du sergent avait tenté de faire arrêter la procédure en affirmant que le général James Mattis qui avait formulé les accusations contre lui avait été irrégulièrement influencé par le colonel John Ewers, chargé de l'enquête sur l'affaire. Mais le juge a estimé qu'il n'y pas eu "d'influence irrégulière".

Mains jointes, assis derrière une table, le sergent est resté impassible à l'énoncé de la décision. Frank Wuterich faisait dès le début figure d'accusé principal, étant mis en cause pour "homicide volontaire" sur au moins neuf personnes.

Au cours des trois dernières années, lui-même et un groupe de soutien n'ont cessé de clamer son innocence dans les médias et sur internet.

"Nous savons que notre fils est innocent, nous savons qu'il n'a rien fait de mal, nous savons qu'il a agi dans les règles", ont réagi vendredi les parents du sergent. "C'était un Marine qui faisait ce à quoi il avait été formé".

La procédure, instruite à Camp Pendleton, la plus grande base de Marines au monde, avait été ouverte après la mise au jour de l'affaire par l'hebdomadaire Time au printemps 2006.

Les faits remontent au 19 novembre 2005, lorsqu'un militaire américain participant à une patrouille avait été tué par une bombe artisanale placée en bord de route dans le village de Haditha, à 260 km à l'ouest de Bagdad.

Selon les avocats des Marines, des insurgés cachés dans des maisons civiles ont alors commencé à tirer, et un combat s'est engagé, dans le respect des règles d'ouverture du feu fixées par le haut commandement.

Toutefois, selon l'accusation, il n'y avait pas d'insurgés et les militaires se sont lancés dans trois heures de tuerie pour venger leur camarade, abattant même les cinq occupants d'un taxi qui s'approchait du quartier. Parmi les victimes, 10 étaient des femmes ou des enfants, tués à bout portant.

Dans la même affaire, adaptée au grand écran ("Battle for Haditha" du Britannique Nick Broomfield), un général américain deux étoiles et deux autres officiers du corps des Marines ont reçu des blâmes mais ne seront pas poursuivis.
 

Première publication : 27/03/2010

COMMENTAIRE(S)