Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Moyen-orient

Bras de fer pour former le gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2010

Après sa courte victoire aux législatives, le laïc Iyad Allaoui a entamé des négociations sur la formation du cabinet avec l'ensemble des forces politiques. Les tractations s'annoncent difficiles, Nouri Al-Maliki contestant les résultats du scrutin.

AFP - Le vainqueur des législatives en Irak, le laïque Iyad Allawi, a lancé samedi les négociations pour former une coalition gouvernementale avec l'ensemble des forces politiques mais la tâche s'annonce difficile et de longue durée.

Outre la contestation des résultats par le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki, un avis de la Cour suprême sur une interprétation d'un article de la Constitution lié à la désignation du chef du gouvernement pourrait générer une grave crise politique et retarder encore plus la formation du cabinet.

Dossier : Les élections législatives irakiennes

Proclamant les résultats officiels, la commission électorale a annoncé vendredi que le Bloc irakien de M. Allawi avait obtenu 91 sièges au Parlement lors des législatives du 7 mars, contre 89 pour l'Alliance pour l'Etat de droit de M. Maliki.

M. Allawi a annoncé que le vice-Premier ministre sortant, le sunnite Rifaa al-Issawi, serait chargé de mener les négociations avec les autres partis. "Le dialogue se déroule avec les différentes forces politiques sans exception".

"Nous pensons qu'il doit y avoir un gouvernement fort capable de prendre des décisions qui servent le peuple irakien et permettent à l'Irak d'atteindre la paix et la stabilité (...)", a ajouté M. Allawi.

Dans un entretien diffusé ensuite par la télévision locale Soumeria, il a déclaré que des membres de sa liste avaient mené un "dialogue" avec le Dawa, le parti de M. Maliki, mais qu'il n'y avait "en vérité pas de rapprochement".

Selon lui, la campagne avant les élections contre des anciens membres du parti Baas interdit de Saddam Hussein, qui a visé plusieurs membres de sa liste, a même provoqué un "refroidissement des relations" avec M. Maliki.

"Jusqu'à présent il n'y pas de dialogue important (avec le Dawa) comme avec le Conseil suprême islamique d'Irak et les sadristes ou les kurdes mais nous espérons qu'il aura lieu", a-t-il souligné.

"Les tractations à venir vont être très difficiles"
Ex-membre du Baas avant de devenir un opposant résolu au régime de Saddam Hussein, M. Allawi, un chiite laïque, avait dirigé en 2004 le premier gouvernement irakien après l'invasion américaine.

M. Maliki a refusé de reconnaître sa défaite, arguant que les résultats du scrutin n'étaient "pas définitifs".

La Cour suprême doit encore les approuver après l'examen par la commission électorale d'éventuelles plaintes.

Mais une chose est sûre: le nouveau gouvernement ne devrait pas voir le jour avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, le vainqueur ne disposant pas d'une majorité absolue pour former, seul, le cabinet et devra se livrer à des tractations difficiles pour rassembler une coalition gouvernementale.

Compliquant davantage la tâche de M. Allawi, un avis de la Cour suprême, réclamé par M. Maliki, juge que la formation d'un gouvernement pouvait également être confiée à une alliance de listes qui se sont présentées indépendamment mais qui ensemble totalisent le plus grand nombre de sièges.

Si la liste de M. Maliki réussit à former une plus grande coalition avec d'autres listes, elle pourrait être chargée de former le cabinet.

Pour M. Allawi cependant, la Constitution est claire. "Le bloc qui a remporté le plus (de sièges) est celui chargé de former le gouvernement même s'il n'a gagné que d'une demi-personne".

"Le gouvernement actuel du frère Maliki comprenait des alliances comprenant les sadristes, le Conseil islamique et d'autres qui se sont retirés de l'alliance. Si l'on applique cette règle, le gouvernement aurait dû démissionner depuis longtemps car il ne représente plus la majorité", a-t-il dit.

Témoignant de la précarité de la situation sécuritaire, un double attentat à la bombe perpétré une heure avant l'annonce des résultats a coûté la vie à 52 personnes au nord de Bagdad.

"Allaoui veut enterrer le communautarisme politique"

 

Première publication : 28/03/2010

  • LÉGISLATIVES IRAKIENNES

    Iyad Allaoui, un ancien Premier ministre qui rêve de revenir dans le jeu politique

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES IRAKIENNES

    Le duel s'annonce serré entre Nouri al-Maliki et Iyad Allaoui

    En savoir plus

  • IRAK

    Nouveau bain de sang à l'heure du résultat des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)