Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Economie

Ford vend Volvo au chinois Geely

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/03/2010

L'accord de vente de Volvo au constructeur chinois Geely a été signé ce dimanche. Ford se sépare du constructeur suédois pour 1,8 milliard de dollars, soit quatre fois moins que le prix payé en 1999 pour l'acquérir.

AFP - Après plus d'une décennie passée dans l'orbite de l'Américain Ford, le suédois Volvo Automobile a entamé dimanche une nouvelle ère avec sa vente au chinois Geely, qui veut en faire un "tigre" pour conquérir la Chine.

"Le premier constructeur d'automobiles privées"

Selon l'accord signé par Geely au siège historique de Volvo à Göteborg, dans le sud-ouest de la Suède, le suédois a été vendu 1,8 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros), soit près de quatre fois moins que le prix auquel Ford l'avait acheté en 1999.

"Je vois Volvo comme un tigre", a lancé Li Shufu lors d'une conférence de presse avec des dirigeants de Volvo et de Ford suivant l'annonce de la signature. "Le tigre appartient à la forêt, il ne peut pas être mis dans un zoo, dans un tout petit enclos. Nous devons libérer ce tigre", a déclaré le patron chinois aux journalistes réunis au siège de Volvo, où le drapeau chinois avait été hissé avant même l'annonce de l'accord.

"Le coeur du tigre se trouve en Suède et en Belgique (où se trouvent ses principales usines, ndlr), mais sa puissance doit être projetée partout dans le monde et je vois la Chine comme un des marchés où Volvo doit montrer sa capacité à lâcher les chevaux".

"C'est la philosophie de cet accord, nous voulons défendre nos marchés en Europe et aux Etats-Unis et développer Volvo dans les pays émergeants, notamment la Chine", a dit celui qui a fondé Geely en 1986, sans néanmoins vouloir se prononcer précisément sur d'éventuels plans d'ouvertures d'usines en Chine.

La transaction, la plus grande acquisition chinoise dans l'automobile à l'étranger, marque l'entrée de plain-pied du géant asiatique dans le paysage automobile européen, ainsi qu'une nouvelle ère pour Volvo, qui connaît des difficultés après plus de dix ans passés dans le giron de Ford.

Groupe plus qu'octogénaire, spécialisé dans les grands modèles -berlines et breaks- haut de gamme, Volvo - "je roule" en latin- a vu ses ventes plonger en raison de la crise économique qui a profité aux petits modèles abordables, passant de presque 460.000 unités en 2007 à 374.300 en 2008 et 334.800 l'an passé.

Mais le suédois, encore en perte au quatrième trimestre, prévoit un rebond avec la reprise économique mondiale qui favorise son créneau.

"Nous allons porter nos capacités de production à 390.000 véhicules cette année, contre 330.000 l'an passé", a expliqué Stephen Odell, PDG sur le départ de Volvo.

La mainmise sur un Européen par un jeune constructeur chinois dont la production était inférieure à celle de Volvo l'an passé, a suscité des inquiétudes quant à la protection des technologies et l'avenir des emplois, principalement dans les grands sites de Göteborg et de Gand en Belgique.

Malgré des réticences initiales, les syndicats de Volvo Automobile, qui emploie environ 22.000 personnes dans le monde dont près de 16.000 en Suède, avaient approuvé l'accord samedi.

"Volvo c'est Volvo, et Geely c'est Geely", a assuré M. Shufu. "Ce sont des entreprises distinctes. Geely est bien décidé à protéger et nourrir tout ce qui fait la grandeur de Volvo", a-t-il dit, mentionnant sécurité, qualité ou encore respect de l'environnement, ainsi que les bastions belge et suédois du groupe.

Geely et Ford avaient annoncé avoir trouvé un terrain d'entente pour Volvo fin décembre, mais l'accord de vente lui-même restait à finaliser.

Interrogé sur le prix payé par Geely, très nettement inférieur à celui versé par Ford il y a onze ans, le directeur financier de Ford, Lewis Booth, a considéré qu'il était "juste" et dit que son groupe "était heureux de l'accord".

La prise de contrôle proprement dite de Volvo par Geely doit intervenir au cours du troisième trimestre, et non plus au deuxième comme initialement annoncé.

Le vice président chinois Xi Jinping qui se trouvait précisément à Göteborg dimanche n'est pas apparu au siège de Volvo où sa présence était prévisible comme témoin de la signature à l'instar de la ministre suédoise de l'Industrie et vice-première ministre suédoise Maud Olofsson.

Première publication : 28/03/2010

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Geely, le chinois qui veut rouler partout

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Contre toute attente, Ford renoue avec les bénéfices

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)