Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

FRANCE

Handicapés et malades dans la rue pour réclamer un revenu décent

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2010

Des centaines de personnes malades et handicapées ont manifesté samedi à Paris et dans plusieurs villes de France pour dénoncer leurs conditions de vie. Elles réclament un "revenu minimum d'existence" pour sortir de la pauvreté.

AFP - S'estimant négligés par les pouvoirs publics, malades et handicapés sont descendus par milliers samedi dans les rues d'une vingtaine de villes en France pour réclamer un "revenu minimum d'existence" qui leur permette de "sortir de la précarité".

A Paris, place du Trocadéro, au moins 2.500 personnes selon les organisateurs, 800 selon la police, dont beaucoup se déplaçaient en fauteuil roulant, étaient réunies.

Elles ont à plusieurs reprises tourné en rond sur le parvis, où étaient disposés des centaines de portraits de malades et de handicapés, pour symboliser "l'immobilisme des politiques" à leur égard.

Des manifestations se sont aussi déroulées à Toulouse, Marseille, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg, Grenoble, Dijon ou Bordeaux, ainsi que dans de petites villes comme Caen (280 personnes), Evreux (100), Angers (200).

Cette journée de mobilisation, deux ans après une manifestation nationale à Paris qui avait réuni entre 16.000 et 35.000 personnes, était organisée par le collectif "Ni pauvre ni soumis" qui fédère des dizaines d'associations de personnes handicapées ou malades.

Les manifestants portaient des pancartes jaune et noire, les couleurs du collectif, sur lesquelles on pouvait lire: "Rire jaune, colère noire", "un revenu décent, maintenant" ou "casse toi, pauv' Handi".

Le collectif demande un revenu minimum d'existence proche du Smic (environ 1.000 euros net) alors que l'AAH, touchée par 850.000 personnes, s'élève à 682 euros. Elle passera à 693 euros au 1er avril, puis à 711 euros au 1er septembre.

Le ministère du Travail a rappelé samedi son engagement de revaloriser d'ici 2012 l'AAH de 25% et la possibilité à partir du 1er juin pour les bénéficiaires en emploi de cumuler AAH et revenus professionnels "jusqu'à 1,3 fois le Smic".

"Malgré les promesses de revalorisation du gouvernement, dans cinq ans, l'AAH sera toujours inférieure au seuil de pauvreté", a souligné Fatiha Barka à Bordeaux. L'Insee situe le seuil de pauvreté à un peu moins de 900 euros.

Dans le cortège toulousain, qui comptait entre 600 et 1.000 personnes, Odile Morin a fait part de sa colère.

"Nombre de personnes en situation de handicap ou de maladies invalidantes vivent dans des situations de misère (...) et à côté de cela l'accès à la CMU n'est pas toujours possible, on paye toujours plus pour les franchises, le forfait hospitalier, les mutuelles, etc", a-t-elle lancé.

Au nom d'Act Up, Jérôme Martin a souligné à Paris "le lien très étroit entre sida et précarité et handicap et précarité". "La moitié des personnes ayant le virus du sida vivent en dessous du seuil de pauvreté", a-t-il ajouté.

A Marseille, Michèle Baldeti, qui accompagnait son fils handicapé de 36 ans, a insisté pour que l'AAH soit augmentée car "sans le soutien des familles, elle ne permet pas de vivre décemment".

Au Trocadéro, Michel Bliot de l'Assocation française des sclérosés en plaques a abordé l'accès à l'emploi: "Espérer s'en sortir par le travail est une illusion pour la majorité d'entre nous, car le taux de chômage des handicapés est de 20%, soit deux fois supérieur à celui de l'ensemble de la population".

Et pour ceux qui travaillent, l'équation n'est pas forcément résolue. A Lille, Laure Bonvin a raconté que depuis qu'elle a trouvé un emploi de comptable en mai 2009, son allocation de 680 euros par mois a été réduite de moitié: "Je travaille 20 heures par semaine pour un total (salaire et allocation) d'un peu moins de 1.000 euros par mois".
 

Première publication : 28/03/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)