Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Planète

Soixante minutes dans le noir pour la planète bleue

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2010

Après l'Opéra de Sydney ou encore la Cité interdite de Chine, la Tour Eiffel et le palais de l'Élysée ont à leur tour éteint leurs lumières samedi soir. Près de 4 000 villes participaient à l'opération "Une heure pour la planète".

AFP - L'Opéra de Sydney, le front de mer de Hong Kong et le mémorial d'Hiroshima ont tour à tour été plongés dans l'obscurité samedi pour l'opération mondiale "Une heure pour la planète" (Earth Hour) destinée à promouvoir la lutte contre le réchauffement climatique.

A Sydney, les sirènes des ferries du port ont retenti pour donner le signal du "black-out" qui a débuté à 20h30 locales (09H30 GMT), tandis que les immeubles de bureaux et des millions de foyers australiens plongeaient dans le noir.

Cette année, près de 4.000 villes dans 125 pays, contre 88 l'an dernier, participent à l'événement organisé par le Fonds mondial pour la nature (WWF), soit un nombre record de participants quelques mois après les résultats décevants du sommet de l'ONU à Copenhague.

Des centaines d'édifices prestigieux, de la Tour Eiffel à Paris aux Pyramides et Sphinx d'Egypte, en passant par l'Empire State Building de New York, devaient plonger à leur tour dans le noir.

Parmi les 1.200 monuments qui devaient couper leur éclairage pendant une heure, figuraient aussi la Fontaine de Trevi et la Tour de Pise en Italie, les cathédrales Notre-Dame de Paris et Saint Paul à Londres.

En Chine, l'extinction de la Cité interdite et du "Nid d'oiseau", le stade emblématique des jeux Olympiques de Pékin en 2008, revêtaient un aspect particulièrement symbolique dans ce pays à la croissance économique fulgurante, mais qui s'est aussi arrogé le titre de plus gros pollueur de la planète.

"Du Brésil à l'Amérique, au Canada, jusqu'à l'Australie, au Japon, à l'Inde, c'est toute une mosaïque de pays qui participent cette année", s'est félicité le principal responsable de l'opération, Andy Ridley.

Trois heures avant Sydney, le petit archipel néo-zélandais des îles Chatham avait discrètement éteint ses générateurs, ne laissant que douze éclairages publics allumés. L'opération mondiale devait se terminer 24 heures plus tard aux îles Samoa.

Ont suivi la forêt de néons du front de mer de Hong Kong, les bureaux de Jakarta, Séoul et Tokyo.

Une centaine d'étudiants ont allumé des bougies et applaudi quand la lumière s'est éteinte sur le Mémorial de la paix d'Hiroshima, un des rares bâtiments a avoir survécu à la bombe atomique qui a ravagé la ville en 1945, selon un responsable local.

L'obscurité devait aussi recouvrir à Londres Big Ben et le Parlement, et aux Etats-Unis de célèbres sites et monuments comme le Mont Rushmore, l'Empire State Building, le Golden Gate Bridge à San Francisco, ou le "Strip" de Las Vegas, où sont alignés les casinos.

A Rio de Janeiro, les projecteurs éclairant l'immense statue du Christ sur la colline du Corcovado, s'éteindront.

A Dubai, Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde culminant à 828m, sera également dans la nuit.

Mais à Bangkok, la campagne Earth Hour a été suspendue pour des raisons de sécurité alors que des dizaines de milliers de manifestants réunis dans la capitale exigent le renversement du Premier ministre.

Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a estimé vendredi que l'opération était "à la fois un avertissement et une lueur d'espoir".

"Le changement climatique est un sujet d'inquiétude pour chacun d'entre nous. Les solutions sont entre nos mains et sont prêtes à être appliquées par les individus, les communautés, les entreprises et les gouvernements à travers le monde", a-t-il dit.

Cette opération, née à Sydney en 2007, survient trois mois après l'échec du sommet sur le climat de Copenhague. Un accord a minima fixe comme objectif de limiter à deux degrés la hausse moyenne de la température de la planète mais reste très évasif sur les moyens d'y parvenir, ne donnant aucun objectif chiffré à court terme (2020) ou moyen terme (2050).

Les grands pays en développement, dont la Chine et l'Inde, s'arc-boutent contre toute tentative de leur faire accepter des contraintes. Ils considèrent en outre que les objectifs de réduction annoncés par les pays industrialisés sont encore loin du compte.
 

Première publication : 28/03/2010

  • ENVIRONNEMENT

    Une heure dans le noir pour la planète

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)