Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Le camp Berlusconi tire son épingle du scrutin régional

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 30/03/2010

Annoncé perdant du scrutin régional qui s'est déroulé dimanche et lundi en Italie, le camp du président du Conseil italien est parvenu à ravir quatre régions au centre-gauche. L'opposition reste toutefois en tête dans sept régions.

Les Italiens ont largement boudé les urnes, dimanche et lundi, lors d’élections régionales partielles présentées comme un test pour le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, acculé par les scandales et une forte chute de son taux de popularité.

Estimé à près de 65 %, le taux de participation est en recul de 8 points par rapport au dernier scrutin régional de 2005. Un phénomène qui souligne le malaise des électeurs au moment où la péninsule connaît sa plus grave récession depuis un demi-siècle.

Parmi les 13 régions dans lesquelles s'est déroulé le scrutin, 11 étaient jusqu’ici dirigées par l’opposition de centre-gauche. Pour le Peuple de la liberté (PDL) emmené par le Cavaliere, l’objectif était d'en ravir au moins cinq au Parti démocrate.

Selon les derniers résultats disponibles, la droite remporte son pari. La coalition formée par le PDL et la Ligue du Nord remporte la Lombardie et la Vénétie (deux de ses fiefs traditionnels), la Calabre, la Campanie et arrache de justesse le Piémont et le Latium.

Dans la symbolique région de Rome, la syndicaliste de droite Renata Polverini est sortie gagnante d'un duel très serré avec l'ex-commissaire européenne de gauche Emma Bonino. Une victoire célébrée dans les rues de la capitale par des klaxons et un rassemblement Piazza Del Popolo. Une défaite du camp Berlusconi dans cette région aurait été considérée comme un revers personnel pour le chef du gouvernement italien, qui y a fait campagne en première ligne sous le slogan : “L’amour triomphe toujours sur la jalousie et la haine”.

le rôle clé de la Ligue du Nord

La Ligue du Nord a joué un rôle clé dans l'obtention de ces résultats inespérés pour la droite : en Vénétie, son candidat, Luca Zaïa, a remporté le scrutin haut la main, et dans le Piémont, région ouvrière où se trouve le siège de Fiat, Roberto Cota a de justesse supplanté la présidente sortante de gauche, Mercedes Bresso.

Commentant l'avancée de son parti dans ces deux régions, le chef de la Ligue du Nord, Umberto Bossi, a affirmé : "La gauche est K.O., elle a perdu toutes les voix qu'elle avait. Dans le nord, les ouvriers ne votent plus à gauche".

Le scrutin régional est intervenu à l'issue d'une campagne chaotique, dominée par des batailles judiciaires depuis qu’un membre du PDL a laissé passer les délais requis pour déposer ses listes électorales dans le Latium parce qu’il était parti acheter un panini...

Omniprésent sur les chaînes de télévision, Silvio Berlusconi a plusieurs fois suscité la controverse en attaquant les magistrats, qu’il accuse d’être à la solde de la gauche et de vouloir renverser son gouvernement.

Le magnat des médias s’est une fois de plus laissé aller à des déclarations machistes, affirmant avoir un “droit de cuissage” sur les candidates de son parti.

 

Première publication : 29/03/2010

  • ITALIE

    Élections régionales à haut risque pour Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Berlusconi rassemble ses partisans avant les régionales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)