Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-patron australien du bureau de Rio Tinto à Shanghai écope de 10 ans de prison

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/03/2010

Un tribunal de Shanghai a reconnu Stern Hu coupable de corruption et d'espionnage industriel. Trois autres employés du géant minier anglo-australien ont été condamnés à des peines allant de 7 à 14 ans de prison.

AFP - Quatre employés du géant minier anglo-australien Rio Tinto ont été reconnus coupables lundi à Shanghai de corruption et espionnage industriel et condamnés à des peines de sept à quatorze ans de prison.

L'Australien Stern Hu, ancien responsable du bureau de Rio Tinto à Shanghai, a été condamné à dix ans de prison, tandis que ses collaborateurs chinois, Wang Yong, Ge Minqiang et Liu Caikui se sont vus infliger respectivement quatorze, huit et sept ans de prison.

Le procès des quatre hommes, arrêtés en juillet, s'est tenu de lundi à mercredi dernier. Il a été très suivi par la communauté des affaires et par Canberra.

Selon les avocats, les quatre accusés avaient plaidé coupable de corruption, tout en contestant certains aspects du dossier, notamment les montants des pots-de-vin touchés.

Stern Hu a été jugé coupable d'avoir touché près de 6,5 millions de yuans (700.000 euros) de pots-de-vin.

Le tribunal de Shanghai lui a infligé une amende de 500.000 yuans (54.450 euros) et confisqué le même montant sur ses avoirs personnels.

Wang Yong était d'accusé d'avoir touché plus de 70 millions de yuans, Ge Minqiang six millions et Liu trois millions.

Un seul avait admis le vol de secrets commerciaux lors des audiences à huis clos consacrées à cette partie des accusations, sans même la présence d'un représentant consulaire australien, avait indiqué un avocat la semaine dernière.

Selon le tribunal, parmi ces secrets commerciaux figuraient des comptes-rendus de réunions de la CISA, l'association chinoise du fer et de l'acier, ou des informations concernant une réduction de la production de l'aciériste Shougang.

Ces fuites ont coûté plus d'un milliard de yuans à Shougang.

Les quatre hommes avaient été arrêtés en juillet, alors que les négociations entre aciéristes chinois et géants miniers sur le prix du minerai de fer pour l'année suivante étaient dans l'impasse.

Leur arrestation avait inquiété les investisseurs étrangers qui travaillent parfois dans des zones de "flou" juridique en Chine. Elle a également tendu les relations entre Pékin et Canberra.

La semaine dernière, le Premier ministre australien Kevin Rudd avait répété que "le monde allait être très attentif" à ce procès.

Première publication : 29/03/2010

  • JUSTICE

    L'Australie et Rio Tinto disent avoir confiance en la justice chinoise

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le chef du géant minier Rio Tinto en Chine plaide coupable de corruption

    En savoir plus

  • CHINE

    Ouverture du procès pour espionnage de quatre employés de Rio Tinto

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)