Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Zardari obtient de l'ONU le report de la publication du rapport Bhutto

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/03/2010

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a "accepté une requête urgente du président du Pakistan", qui réclamait le report de la présentation d'un rapport sensible sur l'assassinat en 2007 de son épouse, l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto.

AFP - Le Pakistan est intervenu in extremis mardi pour demander aux Nations unies de surseoir à la publication d'un rapport qui s'annonce sensible sur l'assassinat de son ex-Premier ministre Benazir Bhutto, sans donner d'explication à sa démarche, selon l'ONU.

Le porte-parole de l'ONU, Martin Nesirky, a annoncé à la presse que le secrétaire général Ban Ki-moon avait "accepté une requête urgente du président du Pakistan, lui demandant de reporter la présentation du rapport jusqu'au 15 avril".

Le document, élaboré par une commission indépendante appointée par l'ONU, qui a commencé son enquête le 1er juillet dernier, devait être remis à M. Ban mercredi.

Le président pakistanais Asif Ali Zardari est le veuf de Mme Bhutto. Il lui a succédé de facto à la tête du Parti du peuple pakistanais (PPP), actuellement au pouvoir.

M. Nesirky n'a pas donné la raison pour laquelle Islamabad avait demandé ce report, affirmant ne pas la connaître.

"Le rapport est achevé et prêt à être publié", a-t-il souligné. Quant à la raison, "vous devrez la demander aux autorités pakistanaises", a-t-il dit en réponse à un journaliste.

Pressé de questions par une presse très intriguée par cette situation inhabituelle, il a affirmé que le rapport serait in fine publié, que les autorités pakistanaises ne l'avaient pas encore vu et n'en prendraient connaissance que le 15 avril. Il a également assuré que M. Ban n'avait pas lu le rapport non plus.

Une porte-parole onusienne à Islamabad avait indiqué mardi matin que tous les bureaux de l'ONU au Pakistan resteraient fermés pendant trois jours à partir de mercredi, par mesure de sécurité.

Après l'annonce du report de la publication, cette porte-parole, Ishrat Rizvi, a affirmé que la mesure serait maintenue au moins pour mercredi. "Nous n'avons pas encore de nouvelle annonce. Les bureaux seront fermés au moins demain et nous apprécierons alors la situation", a-t-elle dit.

Le 5 octobre, un kamikaze en uniforme militaire avait attaqué le bureau fortifié du Programme alimentaire mondial de l'ONU (Pam) à Islamabad, tuant cinq de ses employés.

La commission d'enquête comptant de trois membres était chargée "d'enquêter sur les faits et circonstances de l'assassinat" et non de déterminer "la responsabilité criminelle des auteurs", qui reste du ressort exclusif des autorités pakistanaises.

Elle est dirigée par l'ambassadeur du Chili à l'ONU, Heraldo Munoz. Ses deux autres membres sont Marzuki Darusman, ancien procureur général indonésien, et Peter Fitzgerald, ancien responsable de la police irlandaise. Une conférence de presse de M. Munoz, prévue mardi à l'ONU, a été annulée.

Mme Bhutto, deux fois Premier ministre dans les années 1990, a été assassinée le 27 décembre 2007, en sortant d'un meeting électoral à Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad.

Alors qu'elle saluait la foule, le haut du corps hors de sa voiture blindée, un homme a ouvert le feu sur elle avant de faire exploser la bombe qu'il portait sur lui.

Une équipe de Scotland Yard a conclu que le souffle de l'explosion avait projeté sa tête contre la poignée du toit ouvrant alors qu'elle se baissait, provoquant une blessure mortelle.

Le gouvernement de l'époque, qui soutenait le président d'alors Pervez Musharraf, avait aussitôt accusé les islamistes proches d'Al-Qaïda, qui menaient depuis plus d'un an une campagne extrêmement meurtrière d'attentats suicide dans tout le pays, d'avoir tué Mme Bhutto.

Mais l'entourage de celle-ci a accusé des caciques de l'ancien gouvernement et des responsables des services de renseignement d'avoir commandité l'assassinat.

Première publication : 30/03/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)