Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Amériques

Sarkozy et Obama souhaitent dissiper les malentendus franco-américains

©

Vidéo par Marina BERTSCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/03/2010

Au lendemain de son discours donné à l'université de Columbia de New York, le chef de l'État français doit retrouver son homologue américain à la Maison Blanche afin d'approfondir un dialogue quelque peu affecté par une année de défiance mutuelle.

AFP - Les présidents américain et français, Barack Obama et Nicolas Sarkozy, se retrouvaient mardi à Washington avec la volonté d'approfondir leur dialogue sur les grands dossiers internationaux et de tourner la page des malentendus qui ont parasité leurs premiers pas.

"C'est un évènement mondain et politique"

Attendu depuis de longs mois côté français, ce rendez-vous à la Maison Blanche vient réparer un oubli, puisque M. Sarkozy est le dernier grand dirigeant européen à y être reçu, bien après la chancelière allemande Angela Merkel ou le Premier ministre britannique Gordon Brown.

Les deux dirigeants devaient se retrouver mardi après-midi (19h30 GMT) pour un entretien de plus d'une heure dans le Bureau ovale, avant de donner ensemble une conférence de presse dans les jardins de la Maison Blanche.

Pour donner un retentissement particulier à cette rencontre, Barack Obama et son épouse Michelle ont convié en soirée leur visiteur et son épouse Carla Bruni-Sarkozy à un dîner à quatre dans leurs appartements privés, avant le départ du couple présidentiel pour Paris.

Cette "première" depuis l'entrée en fonction du premier président noir des Etats-Unis est destinée à faire taire les commentaires sur les difficultés qui ont marqué les premiers mois de la relation entre les deux dirigeants. "Vous invitez un homme d'Etat important à un dîner d'Etat, mais un ami vous l'invitez chez vous", a commenté un diplomate occidental.

Pendant leur entretien, Barack Obama et Nicolas Sarkozy doivent passer en revue les grands sujets de préoccupation mondiale sur lesquels, insistent leurs entourages, leur analyse est très proche.

"Un diner privé entre les couples Obama et Sarkozy"
Après des divergences de calendrier, les deux dirigeants sont convaincus de la nécessité de renforcer les sanctions pour empêcher l'Iran d'accéder à l'arme nucléaire. Ils souhaitent également sortir le processus de paix au Proche-Orient de l'impasse, même si M. Obama reste réservé sur l'idée de réunir une conférence internationale promue par M. Sarkozy.

Les sujets moins consensuels ne seront pas évités. Le président français a annoncé son intention de plaider pour le renforcement de la régulation financière.

Lors d'une "leçon" donnée lundi devant des étudiants de la prestigieuse université Columbia de New York, Nicolas Sarkozy a appelé son homologue à "écouter" le reste du monde et à rejoindre l'Europe et la France pour "inventer les règles de l'économie de demain".

"Le dollar n'est plus la seule monnaie du monde", a-t-il lancé en plaidant pour la "définition d'un nouvel ordre monétaire international".

Même si sa fibre "verte" a sérieusement pâli en France après le report de la taxe carbone, le président français a également souhaité lundi enrôler les Américains dans la lutte contre le changement climatique après l'échec de la conférence de Copenhague.

FOCUS : Sarkozy-Obama, la réconciliation ?
Il devait s'en entretenir mardi en fin de matinée au Congrès avec le sénateur John Kerry, père du projet de loi américain sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Avant de voir, dans la foulée, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Parmi les autres dossiers qui fâchent, les deux présidents devaient évoquer l'Afghanistan, deux jours après la visite surprise de l'Américain. Barack Obama devait ainsi redire que des soldats français supplémentaires seraient les bienvenus et Nicolas Sarkozy lui opposer, selon son entourage, un nouveau refus.

Les deux hommes évoqueront enfin le dossier controversé de l'appel d'offres pour la livraison d'avions ravitailleurs à l'armée américaine, jugé déloyal en Europe, dans lequel Airbus hésite à revenir défier Boeing.

Première publication : 30/03/2010

  • ÉTATS-UNIS

    À New York, Nicolas Sarkozy fait la leçon aux États-Unis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)