Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Asie - pacifique

Google met une nouvelle fois en cause la censure chinoise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2010

Le géant américain de l'Internet rend finalement la censure chinoise responsable du dysfonctionnement rencontré hier par son moteur de recherche hongkongais. Google avait, dans un premier temps, invoqué des problèmes techniques.

AFP - Le géant américain de l'internet Google a rendu responsable mardi la censure chinoise pour les blocages empêchant les internautes chinois de faire des recherches sur son site hong-kongais Google.com.hk.
  
Un peu plus tôt, Google avait annoncé que les déboires des internautes de la République populaire étaient dus à une erreur de codage émanant de ses ingénieurs.
  
Mais Google est rapidement revenu sur ses conclusions après s'être rendu compte que cette erreur était antérieure d'une semaine aux premiers problèmes rencontrés en Chine.
  
Mardi, de nombreux utilisateurs en Chine étaient dans l'impossibilité d'effectuer des recherches sur Google.com.hk, le site de Hong Kong de Google non-censuré sur lequel les internautes chinois sont désormais redirigés lorsqu'ils effectuent des recherches sur google.cn (Google Chine)
  
"Et donc, si Google.com.hk a été bloqué aujourd'hui, c'est le résultat d'un changement dans la +Grande muraille d'internet+", le surnom donné à la censure chinoise, a expliqué un porte-parole de Google à l'AFP.
  
"Quoi qu'il en soit, il est intéressant de noter que notre moteur de recherche en Chine est retourné à la normale, bien que nous n'ayons rien changé de notre côté", a-t-il poursuivi.
  
Pour Google, il semble que "l'incident soit clos".
  
Si le blocage de Google s'est fait ressentir à Pékin et dans d'autres régions, à Shanghai en revanche, un journaliste de l'AFP n'avait aucun problème pour utiliser le site de recherche.
  
Et les autres services de Google, comme la cartographie ou la musique, ne semblaient pas être perturbés.
  
Le ministère chinois de l'Industrie et de la Technologie de l'information n'était pas joignable mardi soir.
  
En janvier, Google s'était déclaré excédé par des attaques informatiques visant son code source et la messagerie Gmail de militants chinois des droits de l'homme, et avait annoncé qu'il cesserait de censurer les résultats de son moteur de recherche et, si les autorités chinoises s'y opposaient, arrêterait ses opérations dans le pays.
  
La Chine est l'un des principaux marchés pour l'internet avec le plus grand nombre d'usagers au monde (près de 400 millions), mais le régime communiste surveille la Toile pour empêcher toute organisation de la dissidence politique.
  
Cependant, malgré la censure, internet est devenu ces dernières années la principale caisse de résonance du mécontentement social et politique et aussi un outil particulièrement prisé des jeunes générations qui recherchent surtout des services comme les jeux en ligne ou les divertissements.

 

Première publication : 31/03/2010

  • INTERNET

    Google ne se censure plus en Chine

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Google contre la Chine, grands principes contre gros sous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)