Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Google met une nouvelle fois en cause la censure chinoise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2010

Le géant américain de l'Internet rend finalement la censure chinoise responsable du dysfonctionnement rencontré hier par son moteur de recherche hongkongais. Google avait, dans un premier temps, invoqué des problèmes techniques.

AFP - Le géant américain de l'internet Google a rendu responsable mardi la censure chinoise pour les blocages empêchant les internautes chinois de faire des recherches sur son site hong-kongais Google.com.hk.
  
Un peu plus tôt, Google avait annoncé que les déboires des internautes de la République populaire étaient dus à une erreur de codage émanant de ses ingénieurs.
  
Mais Google est rapidement revenu sur ses conclusions après s'être rendu compte que cette erreur était antérieure d'une semaine aux premiers problèmes rencontrés en Chine.
  
Mardi, de nombreux utilisateurs en Chine étaient dans l'impossibilité d'effectuer des recherches sur Google.com.hk, le site de Hong Kong de Google non-censuré sur lequel les internautes chinois sont désormais redirigés lorsqu'ils effectuent des recherches sur google.cn (Google Chine)
  
"Et donc, si Google.com.hk a été bloqué aujourd'hui, c'est le résultat d'un changement dans la +Grande muraille d'internet+", le surnom donné à la censure chinoise, a expliqué un porte-parole de Google à l'AFP.
  
"Quoi qu'il en soit, il est intéressant de noter que notre moteur de recherche en Chine est retourné à la normale, bien que nous n'ayons rien changé de notre côté", a-t-il poursuivi.
  
Pour Google, il semble que "l'incident soit clos".
  
Si le blocage de Google s'est fait ressentir à Pékin et dans d'autres régions, à Shanghai en revanche, un journaliste de l'AFP n'avait aucun problème pour utiliser le site de recherche.
  
Et les autres services de Google, comme la cartographie ou la musique, ne semblaient pas être perturbés.
  
Le ministère chinois de l'Industrie et de la Technologie de l'information n'était pas joignable mardi soir.
  
En janvier, Google s'était déclaré excédé par des attaques informatiques visant son code source et la messagerie Gmail de militants chinois des droits de l'homme, et avait annoncé qu'il cesserait de censurer les résultats de son moteur de recherche et, si les autorités chinoises s'y opposaient, arrêterait ses opérations dans le pays.
  
La Chine est l'un des principaux marchés pour l'internet avec le plus grand nombre d'usagers au monde (près de 400 millions), mais le régime communiste surveille la Toile pour empêcher toute organisation de la dissidence politique.
  
Cependant, malgré la censure, internet est devenu ces dernières années la principale caisse de résonance du mécontentement social et politique et aussi un outil particulièrement prisé des jeunes générations qui recherchent surtout des services comme les jeux en ligne ou les divertissements.

 

Première publication : 31/03/2010

  • INTERNET

    Google ne se censure plus en Chine

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Google contre la Chine, grands principes contre gros sous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)