Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Asie - pacifique

Google met une nouvelle fois en cause la censure chinoise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2010

Le géant américain de l'Internet rend finalement la censure chinoise responsable du dysfonctionnement rencontré hier par son moteur de recherche hongkongais. Google avait, dans un premier temps, invoqué des problèmes techniques.

AFP - Le géant américain de l'internet Google a rendu responsable mardi la censure chinoise pour les blocages empêchant les internautes chinois de faire des recherches sur son site hong-kongais Google.com.hk.
  
Un peu plus tôt, Google avait annoncé que les déboires des internautes de la République populaire étaient dus à une erreur de codage émanant de ses ingénieurs.
  
Mais Google est rapidement revenu sur ses conclusions après s'être rendu compte que cette erreur était antérieure d'une semaine aux premiers problèmes rencontrés en Chine.
  
Mardi, de nombreux utilisateurs en Chine étaient dans l'impossibilité d'effectuer des recherches sur Google.com.hk, le site de Hong Kong de Google non-censuré sur lequel les internautes chinois sont désormais redirigés lorsqu'ils effectuent des recherches sur google.cn (Google Chine)
  
"Et donc, si Google.com.hk a été bloqué aujourd'hui, c'est le résultat d'un changement dans la +Grande muraille d'internet+", le surnom donné à la censure chinoise, a expliqué un porte-parole de Google à l'AFP.
  
"Quoi qu'il en soit, il est intéressant de noter que notre moteur de recherche en Chine est retourné à la normale, bien que nous n'ayons rien changé de notre côté", a-t-il poursuivi.
  
Pour Google, il semble que "l'incident soit clos".
  
Si le blocage de Google s'est fait ressentir à Pékin et dans d'autres régions, à Shanghai en revanche, un journaliste de l'AFP n'avait aucun problème pour utiliser le site de recherche.
  
Et les autres services de Google, comme la cartographie ou la musique, ne semblaient pas être perturbés.
  
Le ministère chinois de l'Industrie et de la Technologie de l'information n'était pas joignable mardi soir.
  
En janvier, Google s'était déclaré excédé par des attaques informatiques visant son code source et la messagerie Gmail de militants chinois des droits de l'homme, et avait annoncé qu'il cesserait de censurer les résultats de son moteur de recherche et, si les autorités chinoises s'y opposaient, arrêterait ses opérations dans le pays.
  
La Chine est l'un des principaux marchés pour l'internet avec le plus grand nombre d'usagers au monde (près de 400 millions), mais le régime communiste surveille la Toile pour empêcher toute organisation de la dissidence politique.
  
Cependant, malgré la censure, internet est devenu ces dernières années la principale caisse de résonance du mécontentement social et politique et aussi un outil particulièrement prisé des jeunes générations qui recherchent surtout des services comme les jeux en ligne ou les divertissements.

 

Première publication : 31/03/2010

  • INTERNET

    Google ne se censure plus en Chine

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Google contre la Chine, grands principes contre gros sous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)