Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

EUROPE

Le Parlement vote une résolution condamnant le massacre de Srebrenica

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2010

Le Parlement serbe a adopté, ce mercredi, un texte qui condamne le massacre de 8 000 Bosniaques en juillet 1995, à Srebrenica. Longtemps minimisé par la Serbie, le crime a été qualifié de génocide en 2007 par la Cour internationale de justice.

AFP - Le Parlement serbe a voté mercredi une résolution condamnant le massacre de quelque 8.000 Musulmans à Srebrenica en juillet 1995, mettant fin à des années de refus par les Serbes de reconnaître l'ampleur de ce drame, qui n'a pas été qualifié de génocide.

La déclaration, soutenue par les députés majoritaires de la coalition au pouvoir, présente ses excuses aux familles des victimes. Elle été adoptée avec une majorité de 127 voix sur les 173 parlementaires présents.

"Le Parlement de Serbie condamne avec une extrême vigueur le crime commis contre la population bosniaque de Srebrenica, en juillet 1995, tel qu'établi par l'arrêt de la Cour internationale de justice", indique la déclaration.

Analyse de Florence Hartmann, ex porte-parole du TPI



Les parlementaires ont également formellement présenté "leurs condoléances et leurs excuses aux familles des victimes parce que tout n'a pas été fait pour empêcher la tragédie", ajoute le texte.

"La déclaration n'est qu'un début parce que les questions qu'elle traite ne sont que la partie émergée de l'iceberg du passé auquel nous devons nous confronter", a déclaré Nenad Canak, membre de la coalition au pouvoir, à l'issue du vote.

"(La résolution) a été l'étape la plus difficile mais je suis convaincu que nous allons maintenant entamer le processus de révision de l'histoire récente et cela va être long et douloureux", a-t-il ajouté.

La Serbie appelle de ses voeux la poursuite de sa coopération avec le Tribunal pénal international de l'ONU sur l'ex-Yougoslavie (TPIY) et souligne l'importance qu'il y a "à trouver et arrêter Ratko Mladic pour qu'il soit traduit devant le TPIY".

Le général Ratko Mladic, qui commandait les forces serbes bosniaques à Srebrenica (enclave protégée par l'ONU en Bosnie orientale), a été inculpé par le TPIY de génocide pour son rôle dans le massacre. Il est toujours en fuite.

Au début des débats qui ont duré 13 heures, Nada Kolundzija, chef du groupe parlementaire de la coalition pro-européenne au pouvoir, a déclaré aux députés que la résolution marquait "une étape importante sur la chemin de la Serbie vers la construction d'une société européenne moderne".

La Serbie espère obtenir le statut de candidat à l'Union européenne d'ici la mi-2011, avait déclaré jeudi le vice-Premier ministre serbe, Bozidar Djelic.

A la mi-juillet 1995, après avoir séparé les hommes et les femmes, les forces bosniaques serbes ont tué environ 8.000 hommes et adolescents musulmans bosniaques à Srebrenica à la fin de la guerre de Bosnie (1992-1995).

Ce drame est le seul épisode de la guerre de Bosnie à avoir été qualifié de génocide par le TPIY et la Cour internationale de justice (CIJ).

Pendant des années, la Serbie a minimisé l'ampleur de cette tragédie et de nombreux Serbes considèrent toujours Ratko Mladic comme un héros qui a lutté pour la cause serbe.
 

Première publication : 31/03/2010

COMMENTAIRE(S)