Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux objets intelligents

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Real Madrid – Bayern Munich, duel de géants en demi-finale

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l'incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

Amériques

Nicolas Sarkozy et Barack Obama affirment leur estime réciproque

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2010

Alors que la presse affirme régulièrement qu'ils s'agacent mutuellement, les présidents français et américain ont voulu prouvé le contraire lors de la visite de Nicolas Sarkozy aux États-Unis, en rivalisant d'amabilités.

AFP - On les disait distants ou agacés l'un par l'autre, ils sont devenus les meilleurs partenaires du monde. Les présidents américain Barack Obama et français Nicolas Sarkozy ont rivalisé de compliments mardi à Washington pour célébrer l'excellence de leur relation.

Au terme d'une heure d'entretien dans le Bureau ovale, c'est Barack Obama qui a ouvert devant la presse le bal des compliments. "Je suis ravi d'accueillir mon cher ami, le président Sarkozy, à la Maison Blanche", a-t-il lancé, "Michelle (son épouse) et moi nous réjouissons particulièrement de recevoir (Nicolas et Carla Sarkozy) à dîner ce soir".

Tout au long de son propos liminaire, le président américain s'est efforcé de tordre le cou aux informations de presse qui évoquaient son "agacement" vis-à-vis de l'empressement de son homologue français à s'afficher à ses côtés.

Son départ anticipé de Paris au lendemain de sa visite sur les plages du Débarquement en juin 2009, sans passer par l'Elysée, était interprété comme une rebuffade ? Il a exalté le souvenir de son séjour français.

"Cette visite (d'aujourd'hui) est une occasion de rendre au président et aux Français l'hospitalité qu'ils m'ont manifestée pendant ma visite", a-t-il souligné, "et je ne crois pas que Sasha (sa fille) oubliera jamais avoir fêté l'anniversaire de ses huit ans à l'Elysée avec le président français".

Barack Obama n'a pas non plus lésiné sur la politique et les qualités personnelles de son invité. Pêle-mêle, il a loué sa décision de réintégrer la France dans le commandement militaire intégré de l'Otan et son "discours éloquent" devant le Congrès fin 2007. Et même confessé "admirer son énergie légendaire" depuis leur première rencontre en 2006.

Sur les grands dossiers internationaux, le locataire de la Maison Blanche a assuré que les deux pays n'avaient "jamais été aussi proches", tirant un trait sur les différences qui les ont séparés, de la fermeté contre l'Iran à la régulation de la finance en passant par la lutte contre le réchauffement climatique.

Sur le même ton, Nicolas Sarkozy a longuement loué sa complicité avec Barack Obama et leur "facilité à travailler ensemble".

"J'ai lu beaucoup de commentaires, ça m'a amusé", a remarqué en préambule le président français. "Pourquoi c'est facile pour nous de travailler ? D'abord parce que le président Obama, quand il dit quelque chose, il tient parole, et c'est extrêmement important", a-t-il poursuivi, "quand il peut il le dit, quand il ne peut pas il le dit, il n'y a pas de surprise".

Le Français a alors détaillé sa "discussion constante" avec l'Américain. Sur la reprise du dialogue franco-syrien, "pas un moment le président Obama n'a ignoré ce qu'on faisait" et sur la Russie, "avant même d'informer les Russes, j'appelle le président Obama", a dit Nicolas Sarkozy.

S'il a concédé que des divergences subsistaient, le président français a assuré qu'elles ne perturbaient pas leur relation. "Je ne vous le dis pas pour vous faire plaisir mais parce que c'est la vérité", a-t-il lancé, "il y a bien des dossiers qui auraient viré à l'affrontement à d'autres époques".

Pour compléter ce tableau sans bavure de leur complicité, Barack Obama a même vanté le "palais raffiné" de son invité qui avait déjeuné dans un célèbre restaurant de Washington connu pour ses hot-dogs.

Par sa réponse, Nicolas Sarkozy a voulu mettre un point final aux rumeurs de rivalité entre les deux dirigeants. "Quand je suis entré, j'ai vu une grande photo du président Obama et j'ai bien peur que lors de votre prochaine visite, vous voyiez une photo bien plus petite, celle du président français", a plaisanté le président français.

Première publication : 31/03/2010

  • DIPLOMATIE

    Sarkozy et Obama souhaitent dissiper les malentendus franco-américains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    À New York, Nicolas Sarkozy fait la leçon aux États-Unis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)