Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

A supprimer

La Chine ne ferme pas la porte à une série de sanctions contre Téhéran

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2010

Le groupe des six pays en charge du dossier nucléaire iranien, auquel participent la Chine et la Russie, ont accepté de négocier les termes d'une résolution de l'ONU portant sur de nouvelles sanctions contre l'Iran.

REUTERS - Six grands pays, y compris la Russie et la Chine, sont convenus de mettre au point une nouvelle série de sanctions à l'encontre de l'Iran en raison
de son programme nucléaire dans les prochains jours, a annoncé mercredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Les Etats-Unis et certains pays occidentaux soupçonnent fortement l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire, mais Téhéran dit ne développer qu'un programme atomique civil.

Clinton était interrogée par la presse sur une conférence téléphonique qui s'est tenue mercredi entre les représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne.

Le groupe "continue d'être uni", a poursuivi Clinton. "Il y aura de nombreuses consultations non seulement parmi les six mais également parmi les autres membres du Conseil de sécurité et les autres pays membres dans les prochaines semaines",
a-t-elle ajouté.

La représentante américaine à l'Onu, Susan Rice, a confirmé qu'un accord avec la Chine avait été trouvé au cours de la conférence téléphonique.

"La Chine a accepté de s'asseoir et d'entamer de sérieuses négociations ici à New York avec les autres (du groupe des six), (...) en guise de première étape avant d'obtenir l'accord de l'ensemble du Conseil de sécurité sur un régime de sanctions à
l'encontre de l'Iran", a dit Rice dans une interview accordée à la chaîne de télévision CNN.

"C'est un progrès mais les négociations doivent encore commencer", a-t-elle ajouté. "Nous échangeons nos points de vue sur les éléments qui doivent se trouver dans la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu."

Le président Barack Obama a indiqué mardi qu'il souhaitait qu'une résolution soit adoptée dans les prochaines semaines.

La base des négociations, déclarent des diplomates, sera la proposition américaine de sanctions sur laquelle Washington s'est entendu avec ses trois alliés européens - Grande-Bretagne, Allemagne et France - et que les Américains ont transmise aux
Russes et aux Chinois voici un mois.

Pékin déçu par l'absence de réponse iranienne ? 

Lentement, avec réticences, la Chine s'est rangée au côté des autres puissances impliquées dans les négociations sur l'Iran, en soutenant à son tour l'idée de sanctions des Nations unies contre Téhéran, mais Pékin souhaite que de telles nouvelles mesures restent mesurées, ont déclaré des diplomates.

La Russie et la Chine ont, ces derniers temps, appelé l'Iran à accepter l'offre des Occidentaux de transférer ses stocks d'uranium faiblement enrichi en Russie et en France, afin qu'ils y soient traités en vue d'être rapatriés en Iran pour un réacteur de recherche, qui produit des isotopes médicaux.

Selon des diplomates occidentaux, Pékin et Moscou n'ont pas reçu de réponse claire des Iraniens, et cela est l'une des raisons qui ont conduit la Chine à accepter de négocier les termes d'une résolution des Nations unies sur de nouvelles sanctions.

"La Chine a déclaré qu'elle était sur la même longueur d'ondes que la Russie", a déclaré un diplomate, en parlant des consultations intervenues mercredi.

Les quatre puissances occidentales voudraient qu'une résolution soit adoptée en avril, avant la tenue d'une conférence des Nations unies sur la non prolifération nucléaire,
prévue au mois de mai, mais elles reconnaissent que les négociations vont sans doute traîner en longueur jusqu'en juin au moins.

La Maison blanche a dit de son côté avoir bon espoir de pouvoir coopérer avec la Chine pour exercer de fortes pressions sur l'Iran sur le dossier nucléaire.

"Les Chinois savent qu'il n'est pas dans leur intérêt qu'intervienne une course aux armements au Proche-Orient et nous avons bon espoir de pouvoir coopérer avec eux pour exercer une forte pression sur l'Iran", a dit le porte-parole de la Maison
blanche, Bill Burton.

Première publication : 01/04/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Pékin et Moscou font discrètement pression sur Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Clinton juge "prématurée" la construction d'une centrale nucléaire en Iran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    "L'Iran ne croit pas en l'arme atomique"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)