Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

A supprimer

La Chine ne ferme pas la porte à une série de sanctions contre Téhéran

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2010

Le groupe des six pays en charge du dossier nucléaire iranien, auquel participent la Chine et la Russie, ont accepté de négocier les termes d'une résolution de l'ONU portant sur de nouvelles sanctions contre l'Iran.

REUTERS - Six grands pays, y compris la Russie et la Chine, sont convenus de mettre au point une nouvelle série de sanctions à l'encontre de l'Iran en raison
de son programme nucléaire dans les prochains jours, a annoncé mercredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Les Etats-Unis et certains pays occidentaux soupçonnent fortement l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire, mais Téhéran dit ne développer qu'un programme atomique civil.

Clinton était interrogée par la presse sur une conférence téléphonique qui s'est tenue mercredi entre les représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne.

Le groupe "continue d'être uni", a poursuivi Clinton. "Il y aura de nombreuses consultations non seulement parmi les six mais également parmi les autres membres du Conseil de sécurité et les autres pays membres dans les prochaines semaines",
a-t-elle ajouté.

La représentante américaine à l'Onu, Susan Rice, a confirmé qu'un accord avec la Chine avait été trouvé au cours de la conférence téléphonique.

"La Chine a accepté de s'asseoir et d'entamer de sérieuses négociations ici à New York avec les autres (du groupe des six), (...) en guise de première étape avant d'obtenir l'accord de l'ensemble du Conseil de sécurité sur un régime de sanctions à
l'encontre de l'Iran", a dit Rice dans une interview accordée à la chaîne de télévision CNN.

"C'est un progrès mais les négociations doivent encore commencer", a-t-elle ajouté. "Nous échangeons nos points de vue sur les éléments qui doivent se trouver dans la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu."

Le président Barack Obama a indiqué mardi qu'il souhaitait qu'une résolution soit adoptée dans les prochaines semaines.

La base des négociations, déclarent des diplomates, sera la proposition américaine de sanctions sur laquelle Washington s'est entendu avec ses trois alliés européens - Grande-Bretagne, Allemagne et France - et que les Américains ont transmise aux
Russes et aux Chinois voici un mois.

Pékin déçu par l'absence de réponse iranienne ? 

Lentement, avec réticences, la Chine s'est rangée au côté des autres puissances impliquées dans les négociations sur l'Iran, en soutenant à son tour l'idée de sanctions des Nations unies contre Téhéran, mais Pékin souhaite que de telles nouvelles mesures restent mesurées, ont déclaré des diplomates.

La Russie et la Chine ont, ces derniers temps, appelé l'Iran à accepter l'offre des Occidentaux de transférer ses stocks d'uranium faiblement enrichi en Russie et en France, afin qu'ils y soient traités en vue d'être rapatriés en Iran pour un réacteur de recherche, qui produit des isotopes médicaux.

Selon des diplomates occidentaux, Pékin et Moscou n'ont pas reçu de réponse claire des Iraniens, et cela est l'une des raisons qui ont conduit la Chine à accepter de négocier les termes d'une résolution des Nations unies sur de nouvelles sanctions.

"La Chine a déclaré qu'elle était sur la même longueur d'ondes que la Russie", a déclaré un diplomate, en parlant des consultations intervenues mercredi.

Les quatre puissances occidentales voudraient qu'une résolution soit adoptée en avril, avant la tenue d'une conférence des Nations unies sur la non prolifération nucléaire,
prévue au mois de mai, mais elles reconnaissent que les négociations vont sans doute traîner en longueur jusqu'en juin au moins.

La Maison blanche a dit de son côté avoir bon espoir de pouvoir coopérer avec la Chine pour exercer de fortes pressions sur l'Iran sur le dossier nucléaire.

"Les Chinois savent qu'il n'est pas dans leur intérêt qu'intervienne une course aux armements au Proche-Orient et nous avons bon espoir de pouvoir coopérer avec eux pour exercer une forte pression sur l'Iran", a dit le porte-parole de la Maison
blanche, Bill Burton.

Première publication : 01/04/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Pékin et Moscou font discrètement pression sur Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Clinton juge "prématurée" la construction d'une centrale nucléaire en Iran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    "L'Iran ne croit pas en l'arme atomique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)