Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le meilleur du théâtre et de la série "Mad Men"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arménie : l’art de la mémoire

En savoir plus

MODE

France : l’association Faber Lambert pour la valorisation des métiers rares

En savoir plus

FOCUS

Ebola : une campagne de vaccination redonne espoir à la Guinée

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : la légalisation attendue du mariage gay

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le troisième mandat de la discorde

En savoir plus

Sports

Le Gabon organisera-t-il la CAN en 2012 ?

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 02/04/2010

Suite à sa dernière visite au Gabon, la Confédération africaine de football a émis des réserves quant à la capacité de Libreville d’organiser la prochaine Coupe d’Afrique. Un ultime rendez-vous a été donné au mois de mai pour faire le point.

La Confédération africaine de football (CAF) est inquiète. Le Gabon, qui doit organiser la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2012 conjointement avec la Guinée équatoriale, a pris du retard dans la construction de ses infrastructures, en particulier à Franceville.

Lors de la troisième visite des inspecteurs, le 24 mars, le vice-président de la CAF, le général Seyi Mémène, a établi ce constat cinglant : "La CAN doit se dérouler au moment voulu dans des conditions requises, qui ne sont pas remplies." Concernant le stade de Franceville, "rien n’a changé, nous avons vu ce que nous avons vu lors de notre dernière visite il y a 18 mois," a-t-il fait remarqué au micro de RFI. En mai, une quatrième et dernière visite, aux allures d’ultimatum pour Libreville, est prévue par la CAF.

Le ministre gabonais des Sports, René Ndemezo'o Obiang, n’a pu qu’accréditer les propos de Mémène. "Compte tenu d'un certain nombre de facteurs [...], nous savons que nous avons accusé un certain retard dans la réalisation de nos infrastructures", a déclaré René Ndemezo'o Obiang à l'antenne de la télévision publique RTG1.

"La Guinée équatoriale veut récupérer la CAN"

Ces "facteurs" seraient, d’après le site d’information Gaboneco, avant tout d’ordre économique : "Selon des sources proches du dossier, c’est le décaissement des fonds [prestataires impayés, ndlr] qui serait à l’origine du retard pris dans ces différents chantiers," peut-on lire sur le site

Pour l’obtention de l’organisation de la CAN, la Gabon avait prévu de construire un stade de 40 000 places et un stade d’entraînement sur le site de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) à Agondjé, de moderniser le stade Omar Bongo à Libreville et de restructurer le stade de Franceville en plus de construire un complexe olympique dans sa banlieue. Pour l’instant, seul le projet de Libreville est en bonne voie.

Ces retards cumulés n’effraient pas Laurent Baboulène, à la tête de CMM Strategy, en charge, avec la société d'édition et de communication ACI ("Business Gabon", "Gaboneco"), d'étudier l'environnement marketing, médiatique et économique de la CAN-2012 au Gabon. "L’ensemble des partis, publics et privés, ont déclaré sur l'honneur que les travaux seraint prêts dans les temps," avance-t-il avant de pointer du doigt l’autre pays organisateur, la Guinée équatoriale, qui pourrait et voudrait, selon lui, "récupérer la CAN pour elle toute seule."

D’après Laurent Baboulène, Malabo est indéniablement en avance sur la construction de ses enceintes sportives mais en retard dans sa stratégie marketing. Fritz Koum, correspondant de RFI au Gabon, constate également l’avance de la Guinée équatoriale, qui "pourrait accueillir la CAN seule" sans pour autant constater de rivalité entre les deux pays organisateurs.

A ce jour, le Nigeria apparaît en bonne voie comme un candidat possible pour remplacer le Gabon, en cas de décision de la CAF, mais toujours avec la participation de la Guinée équatoriale.

Première publication : 01/04/2010

COMMENTAIRE(S)