Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

Sports

L'US Quevilly privée de son stade fétiche face au PSG

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 02/04/2010

Le petit poucet des demi-finales de la Coupe de France n'accueillera pas le PSG au stade Robert Diochon de Rouen, où il a l'habitude d'évoluer. Pour des raisons de sécurité, l’US Quevilly jouera à domicile... à Caen.

Pour des raisons de sécurité, la demi-finale de la Coupe de France qui opposera, le 14 avril, l’US Quevilly (CFA) au Paris Saint-Germain (L1) aura finalement lieu au stade d’Ornano, à Caen.

Dernières informations - vendredi 2 avril
  • L'achat de billets ne sera ouvert qu'aux personnes résidant dans les cinq départements de Haute-Normandie et de Basse-Normandie
  • L'identité des acheteurs sera relevée au moment de l'aquisition
  • La vente limitée à quatre billets par acheteur
  • Les billets ne pourront être acheté sur Internet et ni aux guichets du Stade Michel d'Ornano le jour du match (14 avril)

 

Le désormais mythique stade Robert Diochon de Rouen, où le petit poucet normand a éliminé deux "géants" de Ligue 1 (Rennes, 1-0, et Boulogne-sur-Mer, 3-1), ne fournit pas les garanties de sécurité suffisantes pour accueillir le PSG, selon le ministère de l’Intérieur. Depuis la mort de l’un de ses supporters à la suite du match entre Paris et Marseille, le 28 février, le club de la capitale a été placé en quarantaine par les autorités, l’obligeant à jouer à huis-clos ses trois dernières rencontres afin d’éviter tout conflit entre hooligans des tribunes "Auteuil" et "Boulogne" du Parc-des-Prince.

Les Quevillais déçus

Pour éviter un débarquement massif de supporters parisiens en Normandie, le PSG n'organisera aucun déplacement. Un système de billetterie nominative sera par ailleurs mis en place. De plus, un arrêté préfectoral interdira d'arborer les couleurs du PSG dans la ville de Caen le jour du match. Des mesures de sécurité, qui, on l'espère, ne gâchera pas la fête des Quevilliais qui viendront assister en masse à cette rencontre historique.

Le président de Quevilly, Michel Mallet, qui avait menacé de boycotter la rencontre si elle était délocalisée, s’est dit déçu par cette décision. "Avoir fait tout ce parcours avec notre 12e homme... On regrette profondément de ne pas jouer à Diochon. Mais pas de polémique. On ne va pas se 'noircir' la tête, relativise-t-il. Ce n'est pas la décision qui me satisfait le plus, mais on n'est pas là pour pleurer", a-t-il déclaré à l’issue de la réunion entre les deux clubs, la Fédération française de football et la préfecture de Seine-Martime. De son côté, le président du PSG, Robin Leproux, s'est apparemment montré très conciliant dans les négociations, affirme l’AFP, citant une source proche du dossier.

Première publication : 01/04/2010

  • COUPE DE FRANCE

    Monaco et Lens rejoignent Paris et Quevilly en demi-finale

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Les supporters du PSG privés de déplacements jusqu'à la fin de la saison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)