Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, le conseiller de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

Economie

Malgré leurs déboires, les Toyota se vendent bien au Japon et aux États-Unis

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/04/2010

En dépit des problèmes de sécurité qui ont conduit le constructeur japonais à rappeler quelque 9 millions de véhicules à travers le monde, les ventes de Toyota ont bien résisté au Japon et aux États-Unis au mois de mars.

AFP - Les ventes du géant automobile japonais Toyota au Japon et aux Etats-Unis ont fortement progressé en mars, affichant une étonnante résistance aux problèmes d'accélération incontrôlée qui ont entraîné le rappel de millions de voitures dans le monde.

Au Japon, les ventes de la marque Toyota ont bondi de 50,7% sur un an à 204.514 véhicules, et celles de la marque de luxe Lexus ont doublé, selon des chiffres de l'Association japonaise des concessionnaires automobiles (Jada).

Les résultats définitifs de Toyota aux Etats-Unis le mois dernier devaient être publiés ultérieurement jeudi. Mais le patron de la filiale américaine du groupe, Jim Lentz, avait dit mardi s'attendre à une hausse de l'ordre de 35%.

"Nos fidèles clients sont de retour. Nous avons juste à prouver que nous fabriquons des véhicules de qualité", s'était félicité M. Lentz.

En février, les ventes de Toyota avaient déjà bondi de 47,9% au Japon. Aux Etats-Unis, elles avaient subi un recul plus léger que prévu (-8,7%). Des chiffres qui avaient déjà suscité l'étonnement, en pleine crise des rappels.

Toyota a dû renvoyer au garage quelque 8,7 millions de véhicules dans le monde, en raison de problèmes d'accélération subite accusés d'avoir provoqué plusieurs accidents mortels en Amérique du Nord.

Cette crise a été désastreuse pour l'image de marque du premier constructeur mondial, qui a depuis revu de fond en comble ses procédures de contrôle de qualité, et dont le PDG Akio Toyoda s'est rendu aux Etats-Unis, en Chine et en Europe pour s'excuser et s'expliquer.

Mais les robustes performances de Toyota en mars sont à relativiser, avertissent les analystes. Ils rappellent que les chiffres ont pour base de comparaison le désastreux mois de mars 2009, quand les ventes automobiles étaient en chute libre à cause de la crise économique mondiale.

"Comparé à l'an dernier, qui était si faible, la plupart des constructeurs enregistrent actuellement de bons résultats", a expliqué Tatsuya Mizuno, analyste automobile chez Mizuno Credit Advisory à Tokyo.

Au Japon, les chiffres sont également à prendre avec précaution en raison des délais de livraison: les Toyota vendues au Japon en mars, particulièrement le très populaire modèle hybride Prius pour lequel existe une interminable liste d'attente, ont pour la plupart été commandées plusieurs mois à l'avance, soit longtemps avant la crise des rappels.

"Au Japon, l'impact du problème des rappels n'a pas été aussi fort qu'aux Etats-Unis ou en Europe", a cependant estimé M. Mizuno. "Les articles de presse sur Toyota ont adopté un ton différent ici. Beaucoup de gens continuent à croire que les Américains ont surtout voulu casser du Toyota", a-t-il expliqué.

Aux Etats-Unis, les ventes ont probablement bénéficié des mesures promotionnelles, comme des crédits à taux zéro, mises en oeuvre par Toyota pour contrer les effets négatifs des incidents abondamment couverts par les médias.

Mais ces promotions finiront par grever les finances du groupe, a averti M. Mizuno, également préoccupé par les conséquences des nombreux procès intentés à Toyota aux Etats-Unis par des automobilistes mécontents.

"Les actions en nom collectif constituent une menace significative pour Toyota. On ignore quel en sera le résultat, et combien l'entreprise devra payer pour se débarrasser du problème", s'est-il inquiété.

Première publication : 01/04/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)