Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paolo Rumiz, l'appel du large

En savoir plus

FOCUS

Immigration aux États-Unis : Nashville accueille la première communauté kurde du pays

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

Amériques

Le meurtrier d'un médecin pratiquant des avortements condamné à la prison à perpétuité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2010

Un tribunal du Kansas a condamné Scott Roeder, 52 ans, à la prison à vie pour avoir tué un médecin pratiquant des IVG tardives en mai 2009. Cette affaire avait fait la une des journaux dans ce pays divisé sur la question du droit à l'avortement.

AFP - Scott Roeder, qui avait été reconnu coupable du meurtre en mai 2009 d'un médecin pratiquant des avortements tardifs, a été condamné jeudi à la prison à vie assortie d'une période de sûreté de 50 ans par un tribunal de Wichita (Kansas, centre).

Le juge Warren Wilbert l'a par ailleurs également condamné à deux années de prison pour avoir menacé deux personnes travaillant dans l'église où le meurtre s'était produit et qui avaient tenté d'empêcher sa fuite.

Scott Roeder avait abattu le 31 mai 2009 le Dr George Tiller, 67 ans et père de quatre enfants, d'une balle dans la tête dans une église de Wichita. Il a expliqué que ce meurtre était destiné, selon lui, à "sauver la vie de foetus".

Le Dr Tiller était un des rares médecins aux Etats-Unis qui pratiquaient des interruptions volontaires de grossesse (IVG) tardives, c'est-à-dire après 22 semaines. Des militants anti-avortement le surnommaient "Tiller, the baby killer" ("Tiller, le tueur de bébés").

Son assassinat avait fait les gros titres des médias dans un pays très divisé sur la question du droit à l'avortement. Il avait également provoqué la fermeture de la clinique où il pratiquait.

Scott Roeder, qui appartient à la mouvance des chrétiens "born again" (nés une deuxième fois) risquait un minimum de 25 ans de prison après avoir été reconnu coupable d'assassinat.

Dans un communiqué, la famille du condamné a jugé la condamnation proportionnée à la hauteur du "crime haineux commis contre George mais aussi contre toutes les femmes et leurs droits constitutionnels".

"Tout devra être fait pour empêcher cet homme de fomenter d'autres horreurs à partir de la cellule où il va être emprisonné", est-il ajouté.

Avant que sa condamnation à la prison à vie soit énoncée, Scott Roeder s'en est pris pendant une quarantaine de minutes aux défenseurs de l'avortement et notamment à ceux qui l'ont rendu légal.

"George Tiller a démembré des enfants vivants avec l'assentiment de l'Etat et la bénédiction de son église", a-t-il déclaré. "Il faut obéir soit à l'homme soit à Dieu. Il faut choisir", a-t-il ajouté.

Son avocat, Mark Rudy, avait plaidé pour qu'il ne ssoit pas condamné à une peine de sûreté de 50 ans, soulignant que cette affaire ne devait pas être le procès de l'avortement.

La représentante du ministère public, Nola Foulston, avait insisté de son côté sur le fait que l'acte commis par Roeder était éminemment politique et signifiait: "je peux tuer quelqu'un parce que je pense que c'est ce qu'il faut faire".

Elle avait demandé au juge de prendre en considération l'impact régional et national de cet acte et demandé que lui soit infligée la période la plus longue possible sans possibilité de libération conditionnelle, soit 50 ans.

Quant à Lee Thomson, un avocat de la famille du Dr Tiller, il a estimé que Roeder avait "commis un acte de terrorisme", "un meurtre odieux, atroce, cruel, planifié et conçu depuis des années et des années, et exécuté dans le seul but de tuer quelqu'un avec qui il n'était pas d'accord".

Scott Roeder n'était pas passible de la peine de mort en vertu de la loi du Kansas.

Première publication : 02/04/2010

COMMENTAIRE(S)