Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Peut-on destituer le pape ?

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/04/2010

Alors que l’Église catholique est mise à mal par une succession de scandales de pédophilie, des manifestants ont réclamé la destitution du pape Benoit XVI. Est-ce seulement possible, conformément aux lois qui régissent l’institution ?

Que dit le droit canon ?

Selon le droit canon, le pape "possède dans l'Église, en vertu de sa charge, le pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel qu'il peut toujours exercer librement" (canon 333).
Il est précisé au canon 1404 que le "premier Siège n'est jugé par personne", et qu’en cas de violation de cette règle "les actes et les décisions sont tenus pour nuls et non avenus".
Le droit canon ne prévoit donc pas la possibilité de destituer le pape.

Il ne prévoit pas non plus de démission en tant que telle. Car, explique Odon Vallet, historien des religions, "le pape est élu par les cardinaux, c’est une manifestation du Saint-Esprit, il n’est donc pas question qu’il remette sa démission dans les mains de qui que ce soit".

Que se passe-t-il en cas de maladie grave ?

En cas de maladie grave empêchant le pape d’exercer son ministère, il est prévu que le pape puisse renoncer à sa charge. Ce recours a par exemple été évoqué peu avant la fin du pontificat de Jean-Paul II, qui souffrait depuis le milieu des années 1990 de la maladie de Parkinson.
L’article 332 du droit canon précise qu’"il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu'elle soit dûment manifestée", afin d’éviter qu’elle soit le résultat d’une quelconque pression. Dans le passé, celles des dirigeants européens étaient choses courantes. L’empereur Napoléon Ier a, notamment, gardé prisonnier le pape Pie VII pendant deux ans au château de Fontainebleau.

Dans l’histoire, un pape a-t-il déjà renoncé à sa charge ?

En plus de 2 000 ans, seuls deux papes ont renoncé à leurs fonctions. En 1294, Célestin V abandonne sa charge, ne se sentant pas à la hauteur. Il aurait été influencé par son successeur Boniface VIII. Grégoire XII est poussé à renoncer à sa tiare pontificale en 1415 pour mettre fin au grand schisme, lors du concile* de Constance qu’il avait lui-même convoqué. Il le fait par la voix de son légat.

Qu’en est-il du dogme de l’infaillibilité pontificale ?

L’idée communément véhiculée est qu’on ne peut rien reprocher au pape, qui est infaillible. Le concile Vatican I, en 1870, a adopté ce dogme pour mieux asseoir l’autorité de l’Église, et en garantir l’unité. Il affirme ainsi la supériorité du Saint-Père sur le concile. L’infaillibilité ne porte cependant que sur les dogmes qu’il pourrait promulguer et non sur ses opinions ou prises de position. Depuis 1870, l’infaillibilité papale ne s’est appliquée qu’une seule fois, en 1950, lors de l’adoption par le pape Pie XII du dogme de l’Assomption de la Vierge Marie.

Que pourrait-il arriver en cas d’une vive pression de la rue ?

"Au vu de l’histoire pour le moins conflictuelle de l’Église, il semble que si un concile poussait le pape à renoncer à sa charge, il pourrait être obligé de se retirer", estime Odon Vallet, qui fait notamment référence au cas de Grégoire XII cité plus haut.
Cependant sachant que tout concile doit être convoqué par le souverain pontife et que ce dernier doit en ratifier les décisions, la marge de manœuvre est quasi inexistante.

En outre, compte tenu du fait que le Pape n’est pas tenu de justifier son renoncement, on peut supposer qu’il choisisse de se retirer pour des raisons autres que la maladie, dans le cas par exemple où, contesté de l’intérieur, il jugerait ne plus être à même de supporter la charge de son poste.

 

 

*Dans l'Église romaine, le mot "concile" désigne la réunion de l'ensemble des évêques convoqués à Rome. Le pape convoque un concile lorsqu’une réforme est nécessaire et que d’importantes décisions doivent être prises, notamment. Le concile Vatican I a, par exemple, défini l’infaillibilité pontificale. De Vatican II, on retient surtout la modernisation de la liturgie.

Première publication : 02/04/2010

  • PÉDOPHILIE

    Un cardinal autrichien reconnaît la responsabilité de l'Église

    En savoir plus

  • PÉDOPHILIE

    Comment l'Église catholique française gère la crise auprès de ses ouailles

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le Vatican durcit le ton sur les affaires de pédophilie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)