Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

EUROPE

Peut-on destituer le pape ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/04/2010

Alors que l’Église catholique est mise à mal par une succession de scandales de pédophilie, des manifestants ont réclamé la destitution du pape Benoit XVI. Est-ce seulement possible, conformément aux lois qui régissent l’institution ?

Que dit le droit canon ?

Selon le droit canon, le pape "possède dans l'Église, en vertu de sa charge, le pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel qu'il peut toujours exercer librement" (canon 333).
Il est précisé au canon 1404 que le "premier Siège n'est jugé par personne", et qu’en cas de violation de cette règle "les actes et les décisions sont tenus pour nuls et non avenus".
Le droit canon ne prévoit donc pas la possibilité de destituer le pape.

Il ne prévoit pas non plus de démission en tant que telle. Car, explique Odon Vallet, historien des religions, "le pape est élu par les cardinaux, c’est une manifestation du Saint-Esprit, il n’est donc pas question qu’il remette sa démission dans les mains de qui que ce soit".

Que se passe-t-il en cas de maladie grave ?

En cas de maladie grave empêchant le pape d’exercer son ministère, il est prévu que le pape puisse renoncer à sa charge. Ce recours a par exemple été évoqué peu avant la fin du pontificat de Jean-Paul II, qui souffrait depuis le milieu des années 1990 de la maladie de Parkinson.
L’article 332 du droit canon précise qu’"il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu'elle soit dûment manifestée", afin d’éviter qu’elle soit le résultat d’une quelconque pression. Dans le passé, celles des dirigeants européens étaient choses courantes. L’empereur Napoléon Ier a, notamment, gardé prisonnier le pape Pie VII pendant deux ans au château de Fontainebleau.

Dans l’histoire, un pape a-t-il déjà renoncé à sa charge ?

En plus de 2 000 ans, seuls deux papes ont renoncé à leurs fonctions. En 1294, Célestin V abandonne sa charge, ne se sentant pas à la hauteur. Il aurait été influencé par son successeur Boniface VIII. Grégoire XII est poussé à renoncer à sa tiare pontificale en 1415 pour mettre fin au grand schisme, lors du concile* de Constance qu’il avait lui-même convoqué. Il le fait par la voix de son légat.

Qu’en est-il du dogme de l’infaillibilité pontificale ?

L’idée communément véhiculée est qu’on ne peut rien reprocher au pape, qui est infaillible. Le concile Vatican I, en 1870, a adopté ce dogme pour mieux asseoir l’autorité de l’Église, et en garantir l’unité. Il affirme ainsi la supériorité du Saint-Père sur le concile. L’infaillibilité ne porte cependant que sur les dogmes qu’il pourrait promulguer et non sur ses opinions ou prises de position. Depuis 1870, l’infaillibilité papale ne s’est appliquée qu’une seule fois, en 1950, lors de l’adoption par le pape Pie XII du dogme de l’Assomption de la Vierge Marie.

Que pourrait-il arriver en cas d’une vive pression de la rue ?

"Au vu de l’histoire pour le moins conflictuelle de l’Église, il semble que si un concile poussait le pape à renoncer à sa charge, il pourrait être obligé de se retirer", estime Odon Vallet, qui fait notamment référence au cas de Grégoire XII cité plus haut.
Cependant sachant que tout concile doit être convoqué par le souverain pontife et que ce dernier doit en ratifier les décisions, la marge de manœuvre est quasi inexistante.

En outre, compte tenu du fait que le Pape n’est pas tenu de justifier son renoncement, on peut supposer qu’il choisisse de se retirer pour des raisons autres que la maladie, dans le cas par exemple où, contesté de l’intérieur, il jugerait ne plus être à même de supporter la charge de son poste.

 

 

*Dans l'Église romaine, le mot "concile" désigne la réunion de l'ensemble des évêques convoqués à Rome. Le pape convoque un concile lorsqu’une réforme est nécessaire et que d’importantes décisions doivent être prises, notamment. Le concile Vatican I a, par exemple, défini l’infaillibilité pontificale. De Vatican II, on retient surtout la modernisation de la liturgie.

Première publication : 02/04/2010

  • PÉDOPHILIE

    Un cardinal autrichien reconnaît la responsabilité de l'Église

    En savoir plus

  • PÉDOPHILIE

    Comment l'Église catholique française gère la crise auprès de ses ouailles

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le Vatican durcit le ton sur les affaires de pédophilie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)