Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

Afrique

Le leader d'extrême droite Eugène Terre'Blanche assassiné

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2010

Le leader d'extrême droite sud-africain Eugène Terre'Blanche, qui fut un farouche défenseur de l'apartheid au début des années 1990, a été tué, samedi, dans sa ferme. Le président Jacob Zuma a appelé les Sud-Africains "au calme".

AFP - Le leader d'extrême droite sud-africain Eugène Terre'Blanche, farouche partisan de l'apartheid, a été tué samedi après une querelle avec un employé, un meurtre qui semble non politique mais intervient sur fonds de tensions raciales toujours vives, 16 ans après la fin de l'apartheid.

Dès le meurtre connu, le président Jacob Zuma a appelé les Sud-Africains "au calme" et a mis en garde dans un communiqué contre toute provocation qui attiserait "la haine raciale".

"Deux de ses employés "l'auraient battu à mort"

Eugene Terre'Blanche, 69 ans, a été trouvé mort dans son lit en fin d'après-midi, "avec des blessures au visage et à la tête", a indiqué une porte-parole de la police, Adele Myburgh, à l'agence de presse Sapa.

Deux employés de la ferme de Terre'Blanche, âgés de 15 et 21 ans, ont été arrêtés et inculpés de meurtre, a-t-elle ajouté. Ils se seraient disputés avec leur patron pour un salaire non versé.

Le meurtre a eu lieu dans l'exploitation agricole de Ventersdorp (nord-ouest) que l'ancien militant ne quittait plus que rarement.

Pendant plus de vingt ans, Eugene Terre'Blanche avait incarné la lutte pour la suprématie des Afrikaners, descendants des premiers colons néerlandais et huguenots, pour lesquels il réclamait le droit à l'autodétermination.

"Il est le symbole des Afrikaners résistants au changement"
En 1973, l'ancien policier fondait le Mouvement de résistance afrikaner (AWB). Critique du régime d'apartheid dont il estimait qu'il faisait trop de concessions aux Noirs, opposé à la démocratie parlementaire, le mouvement était connu pour ses défilés équestres en tenues paramilitaires et son insigne à trois branches rappelant la croix gammée nazie.

Arrêté à plusieurs reprises, Terre'Blanche a été notamment condamné pour détention d'armes. En 1983, des membres de l'AWB avaient été emprisonnés pour quinze ans pour conspiration contre le gouvernement.

Au début des années 1990, les défilés paramilitaires de l'AWB pouvaient réunir plusieurs milliers de personnes. Alors que l'Afrique du Sud basculait vers la démocratie, le groupe se livrait à des attentats sporadiques.

En 1994, à la veille des premières élections multiraciales, l'AWB orchestrait encore des attaques à la bombe, avant d'être progressivement marginalisé.

Son farouche leader, toujours à cheval lors de ses apparitions publiques, finira par être condamné en 2001 pour tentative de meurtre, après avoir battu à coups de barre de fer un vigile noir, lui causant des lésions cérébrales irréversibles. En 2005, il avait été remis en liberté conditionnelle pour bonne conduite.

Terre'Blanche avait adopté depuis un profil bas, à l'image de son mouvement, alors que l'Afrique du Sud s'installait résolument dans la démocratie multiraciale.

Mais le personnage reste suffisamment symbolique pour que son meurtre puisse être utilisé par des extrémistes, dans un contexte social de plus en plus tendu à mesure que se creusent les inégalités entre les revenus, aux dépens des Noirs.

Plus de 40% des 48 millions de Sud-Africains vivent toujours avec moins de deux dollars par jour. Les townships ne sont plus des ghettos mais les services de base y restent déplorables. Et la terre est toujours pour l'essentiel aux mains de la minorité blanche.

Les fractures raciales se manifestent régulièrement. Le chef de la ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, Julius Malema, vient de susciter la polémique en reprenant une chanson des années de lutte dont le refrain appelle à "tuer les boers" (les fermiers afrikaners, ndlr).

Le petit parti Freedom Front, qui représente les fermiers blancs au sein du gouvernement de M. Zuma, a évoqué dans la nuit une "situation explosive".

Première publication : 04/04/2010

COMMENTAIRE(S)