Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

Asie - pacifique

Les pressions internationales renforcent la détermination d'Ahmadinejad

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2010

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré que les pressions internationales ne faisaient que renforcer la détermination de son pays à poursuivre son programme nucléaire.

AFP - Les pressions internationales ne font que "renforcer la détermination" de l'Iran à poursuivre son programme nucléaire, a déclaré samedi le président Mahmoud Ahmadinejad.

"Ne pensez pas que vous pouvez stopper le développement de la nation iranienne sur la voie du progrès", a déclaré le président lors d'un discours à Sirjan (sud-est).

Il évoquait les menaces de nouvelles sanctions agitées par les Occidentaux pour obliger Téhéran à stopper son programme d'enrichissement d'uranium qui inquiète la communauté internationale.

"Vous pouvez vous agiter dans tous les sens, publier des déclarations, adopter des résolutions", a poursuivi M. Ahmadinejad. "Plus votre animosité à notre égard sera ouverte, et plus la nation iranienne sera déterminée à aller de l'avant".

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a pour sa part affirmé que les projets de construction d'une ou deux usines d'enrichissement d'uranium avaient été soumis au président Ahmadinejad.

Il a précisé que la construction des nouveaux sites pourrait commencer au cours de la première moitié de cette année. L'année iranienne se termine en mars 2011.

"Nous allons lancer une ou deux installations", a dit M. Salehi à l'agence de presse Ilna.

"Ces installations sont dispersées dans différentes zones du pays et seront construites sur les sites comme l'aura décidé Ahmadinejad", a-t-il ajouté.

Les déclarations de M. Ahmadinejad, qui n'a cessé de répéter au cours des derniers mois que l'Iran de cèderait à aucune menace, interviennent alors que les pays occidentaux ont intensifié leurs efforts pour tenter de faire adopter de nouvelles sanctions contre l'Iran par le conseil de sécurité de l'ONU.

Les Occidentaux, les Etats-Unis en tête, craignent que Téhéran, qui a lancé en février la production d'uranium hautement enrichi, ne cherche à se doter de l'arme nucléaire en dépit de ses dénégations répétées.

M. Ahmadinejad a réaffirmé samedi que l'Iran avait "coopéré au plus haut degré" avec la communauté internationale pour essayer de la convaincre que son programme nucléaire était pacifique.

"Si vous voulez stopper la prolifération, détruisez vos armes nucléaires et dépensez cet argent pour vos peuples", a-t-il ajouté à l'adresse des dirigeants des puissances nucléaires.

Le président américain Barack Obama a affirmé vendredi que Washington allait "continuer à faire pression" sur l'Iran pour l'obliger à changer de politique, en recherchant le soutien d'une "communauté internationale unie pour (avoir) une position plus forte".

M. Ahmadinejad l'a accusé samedi de n'avoir "rien changé" à la politique hostile à l'Iran de ses prédécesseurs.

"M. Obama est venu (au pouvoir) avec l'annonce d'un changement, et nous l'avons accueilli favorablement. (...) Mais qu'est-ce qui a changé? Les pressions sont toujours là. Les sanctions sont toujours là. Les politiques (de Washington) en Irak et en Afghanistan sont toujours les mêmes".

Téhéran est allé de son côté chercher cette semaine le soutien de la Chine, son principal allié et partenaire économique, en y envoyant son négociateur nucléaire Saïd Jalili.

La Chine a réaffirmé à cette occasion qu'elle demeurait en faveur d'un règlement "pacifique" du contentieux avec Téhéran, plutôt que de sanctions jugées "inefficaces".

 

Première publication : 03/04/2010

COMMENTAIRE(S)