Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

Afrique

Les bases françaises de Dakar passent sous contrôle sénégalais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2010

À l'occasion du cinquantième anniversaire de l'indépendance du Sénégal, les bases de l'armée française à Dakar, la capitale, sont officiellement passées sous souveraineté sénégalaise.

AFP - Le Sénégal a symboliquement "repris" dimanche, cinquante ans jour pour jour après son indépendance, sa souveraineté sur les bases militaires françaises installées à Dakar, qui accueillent quelque 1.200 hommes, mais les négociations se poursuivent avec l'ex-puissance coloniale.

Les troupes sénégalaises, accompagnées d'un contingent français, devaient défiler dimanche dans la capitale sur le boulevard du général de Gaulle à l'occasion de la fête de l'indépendance et en présence du ministre français de l'Intérieur Brice Hortefeux.

Cette décision "historique" mais sans grand effet concret à court terme, annoncée samedi soir dans un discours à la nation par le président Abdoulaye Wade, est très symbolique pour un pays marqué par 350 ans de présence française et qui fut la plus première colonie française au sud du Sahara.


Dakar constitue une des trois installations permanentes de l'armée française en Afrique, avec Libreville et Djibouti.

Le discours a d'ailleurs été diffusé quelques heures après l'inauguration du monument controversé de la Renaissance africaine, censé symboliser l'émergence d'un continent d'un milliard d'habitants après cinq siècles de traite, d'esclavage et de colonisation.

Pour le président Wade, le fait de conserver des bases militaires, terrestre, aérienne et navale au Sénégal, un des rares pays du continent à n'avoir jamais connu de coups d'Etat, "a paru de plus en plus incongrue et a été souvent ressentie (...) comme une indépendance inachevée".

"Je déclare solennellement que le Sénégal reprend à partir de ce jour 4 avril à 00H00 (locale et GMT) toutes les bases (militaires) antérieurement détenues sur notre sol par la France et entend y exercer sa souveraineté qui repose sur la présente déclaration", a-t-il poursuivi.

Mais selon plusieurs sources françaises, la question de la souveraineté ne se pose pas, car les terrains sont restés sénégalais, n'ont jamais été propriétés de la France mais seulement mis à sa disposition.

Plusieurs questions restent toutefois en suspens.

Que va-t-il se passer après l'annonce sénégalaise? "Les discussions se poursuivent", a très vite réagi auprès de l'AFP à Paris le porte-parole du ministère français de la Défense Laurent Teisseire.

En février, les deux capitales s'étaient entendues pour fermer ces installations. Paris veut à la place créer un "pôle de coopération militaire à vocation régionale" mais avec seulement 300 militaires.

Cela va-t-il précipiter le départ des troupes françaises? "Le président aurait pu annoncer une date de départ, il ne l'a pas fait", a relevé à l'AFP une source française.

Aucun calendrier de retrait n'a officiellement été communiqué. Mais progressivement, les troupes quittant Dakar dans le cadre des habituelles rotations ne seront plus remplacées à effectif constant.

Combien de soldats vont rester à Dakar? Le président Nicolas Sarkozy, absent des cérémonies du cinquantenaire, avait indiqué fin février que seuls 300 hommes resteraient dans la capitale sénégalaise, soit un quart de l'effectif actuel.

Une chose est d'ores et déjà acquise: le 23e Bataillon d'Infanterie de Marine (Bima), installé non loin du port de Dakar, partira.

Où sera situé ce nouveau "pôle régional"? Le Sénégal avait proposé aux Français de mettre en place des installations militaires près de Thiès, à 70 km à l'est de Dakar, à proximité du nouvel aéroport international en construction. Les Français ont refusé, notamment en raison du coût financier.
 

Première publication : 04/04/2010

  • INDÉPENDANCES AFRICAINES

    Le Sénégal fête ses 50 ans d'indépendance en présence de 19 chefs d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)