Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

La justice saisie de l'affaire des rumeurs sur le couple Sarkozy

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2010

La justice a été saisie d'une plainte visant à déterminer l'origine des rumeurs apparues en mars sur de prétendus problèmes au sein du couple présidentiel. Le conseiller en communication de l'Élysée évoque un possible complot.

REUTERS - La justice française a été saisie d'une plainte visant à déterminer l'origine des rumeurs sur de supposés problèmes dans le couple présidentiel, qui ont fait le tour du monde et provoqué la colère de l'Elysée.

C'est le Journal du dimanche, lui-même relais via son site internet mi-mars de ces rumeurs, qui a déposé plainte pour "introduction frauduleuse de données dans un système informatique", a révélé le Nouvelobs.com ce week-end.

Une enquête préliminaire de police a été ouverte par le parquet de Paris.

Le groupe Lagardère a déjà poussé à la démission un responsable de Newsweb, filiale éditant le site internet du JDD, et un autre employé, non journaliste, soupçonné d'avoir publié l'article sur un blog hébergé par le site.

Un conseiller du chef de l'Etat, Pierre Charron, s'est exprimé sur le site Rue89.fr dans un entretien publié dimanche pour lancer un avertissement aux auteurs éventuels de la rumeur, avec l'idée d'un possible complot contre l'Elysée.

"Maintenant, ça suffit les conneries de la part de tous ceux qui colportent ça. Ça dépasse l'entendement ! Le fait que ça se retrouve sur un site comme celui du JDD, ça dépasse le stade de la rumeur. C'est inadmissible", a-t-il dit.

"En disant que la peur doit changer de camp, j'exprime une colère face à un tsunami d'ignominies", a-t-il ajouté.

Selon le Journal du dimanche, l'Elysée a mandaté les services de renseignement pour identifier l'origine des rumeurs, ce qui aurait abouti à soupçonner l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati.

Cette accusation serait selon le journal à l'origine de la décision de retirer le 14 mars à Rachida Dati l'escorte de quatre policiers et la voiture officielle dont elle bénéficiait, décision confirmée par le ministère de l'Intérieur mais imputée à un programme plus général sur ces avantages.

CAMPAGNE DE PRESSE INTERNATIONALE

Les rumeurs de problèmes de couple entre Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, qui se répétaient alors chez les journalistes parisiens, ont été alimentées par un article publié sur le site internet du Journal du dimanche le 10 mars.

Malgré son retrait rapide, ce texte, ainsi que des échanges sur Twitter dépourvus de sources, ont servi de fondement à des médias du monde entier pour faire état des supposés problèmes de couple Sarkozy.

La presse française est restée silencieuse, à l'exception d'un magazine "people". D'autres médias internationaux ont
ensuite, pour relater la rumeur, pris appui sur une phrase deNicolas Sarkozy interrogé à Londres le 12 mars en marge d'une visite officielle et parlant "d'élucubrations".

Carla Bruni a ensuite pris position plusieurs fois pour dénoncer cette méthode des médias.

"Cela me semble être une dérive pour la démocratie et une mise en péril des lettres de noblesse d'un métier dont le sens même est l'intégrité de l'information", a-t-elle dit au Figaro Madame fin mars.

Le conseiller du président Pierre Charron souhaite que la police fasse la lumière. "Pour que la peur change de camp, il fallait qu'il y ait une procédure judiciaire. Maintenant, on va voir s'il n'y a pas une espèce de complot organisé, avec des mouvements financiers, pourquoi pas", dit-il à Rue89.

La France compte plusieurs chercheurs spécialisés dans l'étude des rumeurs, dont certaines sont célèbres dans l'histoire du pays, comme la "Grande peur" de 1789.

Le spécialiste Jean-Noël Kapferer soutient que les rumeurs sont, sauf exception, une production sociale spontanée, sans stratégie particulière, similaire à celle des histoires drôles.

Le public se saisit de l'histoire imaginaire car elle revêt une signification pour lui ou parce qu'elle fournit une apparence d'explication à divers phénomènes, explique ce chercheur.

Première publication : 04/04/2010

COMMENTAIRE(S)