Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Le meurtre du chef des extrémistes afrikaners laisse craindre un regain de violence

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2010

Les extrémistes afrikaners se sont dits prêts à venger l'assassinat du leader d'extrême droite sud-africain Eugène Terre'Blanche (photo), retrouvé mort, samedi, dans sa ferme. Le président Jacob Zuma a lancé un appel au calme.

AFP - Les partisans de l'extrémiste sud-africain Eugène Terre'Blanche, assassiné samedi après une vie consacrée à défendre la suprématie blanche, ont promis dimanche de le venger, tandis que le président Jacob Zuma appelait au calme.

Le Mouvement de résistance afrikaner (AWB) se réunira le 1er mai pour décider de sa réponse après la mort de son leader, apparemment tué par deux ouvriers agricoles pour des questions de salaires.

"Deux de ses employés "l'auraient battu à mort"


"Nous déciderons des actions pour venger la mort de M. Terre'Blanche (...) lors de notre conférence", a déclaré à l'AFP son secrétaire général, André Visagie.

"Il a été tué à coups de pangas (machettes) et de tuyaux de canalisation. Il a été battu à mort", a-t-il souligné. Cette brutalité a suscité la colère de nombreux membres de l'AWB qui ont demandé une "action violente immédiate", a précisé M. Visagie.

"Contrairement à ce que veulent nos membres, nous leur demandons de rester calmes pour le moment", a toutefois ajouté le responsable.

Ce meurtre ravive les tensions raciales dans un pays où la couleur de la peau reste un facteur de divisions seize ans après la fin officielle du régime d'apartheid.

Conscient du risque de dérapage, le président Jacob Zuma a appelé au calme dans la nuit de samedi à dimanche et demandé "aux Sud-Africains de ne pas permettre à des agents provocateurs de tirer profit de la situation pour inciter à la haine raciale".

Dans un autre geste d'apaisement, son ministre de la Police Nathi Mthethwa et le directeur de la police nationale Bheki Cele ont reçu dimanche la famille de la victime, rapporte l'agence Sapa.

"Il est le symbole des Afrikaners résistants au changement"


Eugène Terre'Blanche, 69 ans, a consacré sa vie à la défense de la suprématie blanche. A la tête de milices paramilitaires, doté d'une emblème proche de la croix gammée nazie, il s'était violemment opposé à l'abolition de l'apartheid au début des années 1990.

Emprisonné en 2001 pour avoir tenté d'assassiner un garde de sécurité noir, il avait été libéré en 2004 pour bonne conduite et était tombé dans un oubli relatif.

Son cadavre a été découvert samedi sur sa ferme de Ventersdorp, dans la province du Nord-ouest. La police a arrêté deux travailleurs agricoles, âgés de 15 et 21 ans, qui venaient de se disputer avec le leader radical pour des questions de salaires.

Les deux hommes, qui accusent leur patron d'avoir refusé de leur verser leur salaire mensuel de 300 rands (30 euros) et de les avoir agressés physiquement et verbalement, comparaîtront mardi devant un tribunal, selon un porte-parole de la police.

Même si leurs motivations ne semblent pas politiques, l'AWB a établi le lien entre l'assassinat de son leader et la polémique récente autour d'un chant de libération appelant à "tuer les boers" (fermiers blancs), remise au goût du jour par la ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, le Congrès National Africain (ANC).

Deux tribunaux viennent d'interdire cette chanson, accusée par l'opposition et diverses associations d'inciter à la violence raciale. Mais l'ANC l'a défendue au nom de la mémoire de la lutte anti-apartheid.

La classe politique a condamné dimanche le meurtre d'Eugène Terre'Blanche, mais le parti africaniste Azapo a établi le parallèle avec les crimes commis par l'extrémiste.

"Le meurtre de M. Terre'Blanche nous laisse avec un sentiment mêlé de tristesse, d'horreur, de confusion et un brin d'excitation réprimé", a reconnu son porte-parole Funani ka Ntontela, cité par Sapa.

 

Analyse de la correspondante de FRANCE 24 au Cap

Première publication : 04/04/2010

  • AFRIQUE DU SUD

    Le leader d'extrême droite Eugène Terre'Blanche assassiné

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)