Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

EUROPE

Deux policiers tués dans un attentat-suicide en Ingouchie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2010

Deux policiers ont été tués, ce lundi, dans un attentat-suicide perpétré contre un bâtiment de la police dans la ville de Karaboulak, en Ingouchie, une république autonome du Caucase russe.

AFP - Deux policiers ont été tués lundi dans un attentat perpétré par un kamikaze qui a déclenché sa ceinture d'explosifs devant un bâtiment de la police en Ingouchie, république instable du Caucase russe, a annoncé le comité d'enquête du parquet général russe.

Cette attaque intervient après une série d'attentats meurtriers la semaine dernière en Russie (plus de 50 morts).

"Lundi, vers 08H20 (04H20 GMT), à Karaboulak, un inconnu a déclenché sa ceinture d'explosifs au moment où des policiers en voiture entraient dans l'enceinte d'un bâtiment du ministère de l'Intérieur", a raconté le parquet dans un communiqué.

"Le kamikaze a été tué sur place, deux policiers ont succombé à leurs blessures et trois ont été blessés", a-t-il ajouté.

Moins d'une heure après l'attaque, la police a découvert une bombe dans un véhicule stationné à l'extérieur de l'enceinte de la police de Karaboulak (centre de l'Ingouchie) et l'a désamorcée, provoquant une explosion qui n'a pas fait de victime, a indiqué à l'AFP une source au sein des forces de sécurité.

Après les explosions, plusieurs dizaines de policiers se trouvaient près du bâtiment de la police, protégé par une clôture métallique et des plots en béton, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le kamikaze a tenté d'entrer dans l'enceinte du bâtiment, mais des gardiens l'en ont empêché, a indiqué un porte-parole du ministère régional de l'Intérieur, cité par l'agence Itar-Tass.

Le Caucase russe connaît un regain de violences depuis plusieurs mois, liées notamment à une rébellion exacerbée par les deux guerres qui ont déchiré la Tchétchénie dans les années 1990 et au début des années 2000.

Le 29 mars, à Moscou, deux attentats suicide dans le métro ont fait 40 morts. Une adolescente, originaire du Daguestan, autre république instable du Caucase, a été identifiée comme l'auteur d'un des attentats revendiqués par un groupe islamiste du Caucase.

Deux jours plus tard, un double attentat suicide visant la police à Kizliar (nord du Daguestan) a fait 10 morts, parmi lesquels neuf policiers. Et dimanche, l'explosion d'un engin sur une voie de chemin de fer au Daguestan a fait dérailler un train de marchandises, sans faire de victime.

Première publication : 05/04/2010

COMMENTAIRE(S)