Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Economie

L’Ipad, "une fenêtre vers un monde qui s’hybride et se cybernétise de plus en plus"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/04/2010

Nouveau coup de maître de la part d'Apple, son Ipad bat des records de vente aux États-Unis. Le directeur du studio multimédia de France 24, Michel Lévy-Provençal, revient sur le phénomène Ipad et sur l’avancée technologique qu'il représente.

France24.com : Moins de 48h après son lancement, l’Ipad a-t-il répondu aux attentes, parfois démesurées, qu’il avait suscitées ?

Michel Lévy-Provençal : Il était en effet très attendu, et l’Ipad n’a pas déçu. C’est une vraie prouesse technique. La plupart des commentateurs influents sur Internet jugent le produit très bon. Ils saluent en particulier sa fluidité et son autonomie, vraiment surprenantes pour un appareil aussi fin. Les applications sont, elles aussi, à la hauteur, même si celles développées initialement pour l’iPhone sont assez laides en raison d’une définition graphique mal optimisée.

Bien sûr, il a quelques points noirs. Notamment la "fermeture" de l’outil, qui ne peut recevoir que des applications de l’Apple Store, et son coût, un peu rédhibitoire (499 dollars pour le premier prix). Mais ces défauts étaient connus bien avant le lancement de l’Ipad. Ils ne constituent donc pas une mauvaise surprise pour l’acheteur.

Même chez les habituel pourfendeurs d’Apple, comme l’influent blogueur francophone Rafi, on salue un objet "révolutionnaire".

Pourquoi cet objet, aussi impressionnant et innovant soit-il, est il présenté comme un produit révolutionnaire ?

M. L.-P.: Nous sommes face à un objet nouveau, qui n’est ni un ordinateur ni un téléphone, et bien plus qu’un gros iPhone, contrairement à ce qu’on a pu entendre avant son lancement. L’objet est à la fois ludique, pratique, connecté en permanence et peut s’emmener partout.

C’est une fenêtre vers un monde qui s’hybride et se cybernétise de plus en plus. Cette ouverture laisse envisager la possibilité d’un monde de "réalité augmentée", dans lequel on ne serait plus "sur" Internet mais "dans" Internet. Au lieu d’être connecté uniquement devant son ordinateur, on le sera bientôt tous en permanence, chez soi mais aussi en se baladant.


Le prestigieux institut de recherche américain du MIT travaille d’ailleurs sur un projet qui va dans ce sens : il tente de développer un outil qui permettrait de projeter des images non plus sur un écran mais dans le monde réel.

France 24 a développé une application pour être présent sur l’Ipad dès sa sortie. Quelles sont ses spécificités ?

M. L.-P.: L’application de France 24 est en effet disponible depuis le tout premier jour. Entièrement gratuite et disponible en trois langues, français, anglais, et arabe, elle catalyse l’intégralité des contenus écrits et vidéos de la chaîne. Il est également possible de regarder l’antenne en direct en mode plein écran.*

On a par ailleurs développé un nouvel outil, une carte du monde sur laquelle sont localisés tous les contenus de France 24. L’utilisateur peut ainsi consulter les articles ou les vidéos qui traitent de l’actualité de sa région du monde.

Les équipes de France 24 ont travaillé pendant deux mois en collaboration avec Backelite sur cette application, grâce à un simulateur. Tout a donc été monté et programmé sans qu’aucun d’entre nous n’ait jamais pu toucher un Ipad.

Première publication : 05/04/2010

COMMENTAIRE(S)