Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Raul Castro critique les grèves de la faim, un "chantage parrainé" par les États-Unis et l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2010

Faisant référence au décès du prisonnier politique Orlando Zapata décédé le 23 février dernier des suites d'une grève de la faim, le président cubain a affirmé qu'il ne cèderait jamais à ce genre de "chantage" "parrainé" par les États-Unis et l'UE.

AFP - Le président cubain Raul Castro a assuré dimanche qu'il ne "céderait jamais au chantage" des Etats-Unis et de l'Union européenne, accusés de "parrainer" la grève de la faim d'un dissident cubain et de vouloir "détruire" la Révolution cubaine.

Devant quelque 800 jeunes communistes réunis pour leur premier congrès depuis son arrivée au pouvoir en 2006, Raul Castro a accusé "des centres de pouvoir impérial aux Etats-Unis et en Europe, qui arborent hypocritement la bannière des droits de l'Homme, d'organiser et de financer une campagne de discrédit hors du commun" contre Cuba.

Faisant référence à la mort le 23 février du prisonnier politique Orlando Zapata, "incité à maintenir", selon Castro, "une grève de la faim absurde", il a "dénoncé les uniques bénéficiaires de ce fait, les mêmes qui encouragent" le dissident Guillermo Farinas à continuer depuis plus d'un mois sa grève de la faim et de la soif.

"Comme dans le cas précédent, on fait tout ce qu'on peut pour lui sauver la vie, mais s'il ne change pas son attitude autodestructrice, il sera responsable, avec ses parrains, d'un dénouement que nous ne voulons pas", a dit le général Castro, 78 ans, qui s'exprimait pour la première fois sur le jeûne de Farinas qu'il n'a jamais cité nommément.

"Nous ne céderons jamais au chantage, d'aucun pays ou d'un ensemble de nations aussi puissantes soient-elles (...) Cuba ne craint pas les mensonges et ne s'agenouille pas devant les pressions et les diktats", a déclaré le cadet de Fidel Castro.

"L'actuelle administration des Etats-Unis n'a pas cessé le moins du monde à soutenir la subversion", a estimé le deuxième secrétaire du Parti communiste cubain, alors que le président Barack Obama a récemment dénoncé la "répression" à Cuba.

"L'injuste et discriminatoire position commune de l'Union européenne, parrainée en son temps par le gouvernement américain et l'extrême droite espagnole, reste en vigueur, réclamant un changement de régime dans notre pays ou, ce qui revient au même, la destruction la Révolution", a-t-il ajouté.

La position commune de 1996 lie le dialogue avec l'île communiste au respect des droits et libertés.

L'affaire Zapata a entraîné une dégradation des relations entre l'Europe et le gouvernement cubain, outré par une déclaration du Parlement européen qui avait condamné le 11 mars la mort "évitable" et "cruelle" du prisonnier de conscience de 42 ans.

Guillermo Farinas, un cyberjournaliste, réclame depuis la mort de Zapata la libération de 26 prisonniers politiques malades. Il est hospitalisé depuis le 11 mars à Santa Clara (centre) et nourri par voie intraveineuse.

Le président Obama, dont le pays maintient un embargo depuis 48 ans contre Cuba, a également réclamé la libération de tous les prisonniers politiques cubains, au nombre de 200 selon la dissidence.

Lors du congrès de deux jours de l'Union des jeunes communistes (UJC), le premier depuis décembre 2004, Raul Castro a par ailleurs appelé les jeunes à gagner la "bataille économique", principal défi selon lui "pour préserver le système social" de Cuba.

Très dépendant des importations, l'Etat cubain a été touché de plein fouet par la crise mondiale et fait face à ses pires difficultés économiques depuis la disparition de l'allié soviétique en 1991.

Le congrès de l'UJC, le premier depuis plus de cinq ans, devait servir à préparer la tenue, à une date encore indéterminée, de la "grand-messe" du parti unique, constamment repoussée depuis 2002.

Ce congrès du PC sera crucial car il devra décider de la succession de la génération historique de la révolution de 1959, à commencer par celle de son "Commandant en chef" Fidel Castro qui, à 83 ans, reste officiellement le Premier secrétaire du parti.

Première publication : 05/04/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama dénonce la situation des droits de l'Homme à Cuba

    En savoir plus

  • CUBA

    La Havane ne cédera pas au "chantage" du cyberjournaliste en grève de la faim

    En savoir plus

  • CUBA

    Inhumation de l'opposant mort d'une grève de la faim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)